Navigation – Plan du site

Renouvellement du terrain par la photographie

La coopération d'une ethnologue et d'un photographe
Béatrice Maurines et Angel Sanhueza
p. 33-47

Résumés

C'est à la découverte de mondes sensibles riches de sens pour une analyse en termes de représentations sociales que cet article se consacre et ce, à partir d'une rencontre entre une ethnologue et un photographe autour d'un projet de recherche en anthropologie industrielle. L'article rend compte d'un parcours de recherche où des images ont été créées non à une fin unique d'illustration mais en vue d'une meilleure compréhension du terrain. En effet, certains univers sont peu explorables par les méthodes qualitatives et quantitatives "classiques" (entretien, observation, questionnaire). Dans cette perspective, le travail de l'ethnologue doit permettre le passage du "visible au lisible", mais il doit pouvoir aussi s'attarder sur l'invisible – invisible par le chercheur mais aussi parfois pour les informateurs – et sur le non exprimable sans médiation.

Haut de page

Texte intégral

À la recherche de modes d'expression des mondes sensibles et invisibles

  • 1  L'article a été écrit par l'ethnologue et amendé par le photographe. De fait, l'utilisation du "je (...)

1C'est à la découverte de mondes sensibles riches de sens pour une analyse en termes de représentations sociales que cet article se consacre et ce, à partir d'une rencontre entre une ethnologue et un photographe autour d'un projet de recherche en anthropologie industrielle. L'article rend compte d'un parcours de recherche où des images ont été créées non à une fin unique d'illustration mais en vue d'une meilleure compréhension du terrain1. En effet, certains univers sont peu explorables par les méthodes qualitatives et quantitatives "classiques" (entretien, observation, questionnaire). Dans notre perspective, le travail de l'ethnologue doit permettre le passage du "visible au lisible" (Merleau-Ponty, 1993; Laplantine, 1996) mais il doit pouvoir s'attarder à l'invisible – invisible par le chercheur mais aussi parfois pour les informateurs – au non exprimable sans médiation. Accéder au sensible par l'image m'a semblé une méthode d'investigation riche d'informations. Par exemple : comment aborder le monde des sens (froid/chaud, lumineux/sombre, sonore/silencieux...), le rapport à l'espace, l'utilisation des lieux, les frontières entre espace de production et espace de détente, d'isolement, de marquage individuel ou collectif dans l'organisation ?

  • 2  Ce secteur regroupe quatre activités industrielles : la gravure, l'impression, l'apprêtage et la t (...)
  • 3  La notion d'espace usinier désigne simultanément l'espace interne de l'entreprise (la frontière en (...)

2Le terrain de recherche utilisé ici est le secteur de l'ennoblissement textile (Maurines, 1996)2 à partir duquel nous rendons compte du vécu des salariés en mettant au centre de l'analyse le "contexte" du travail – au sens de représentations nivelées et hétérogènes entre l'image de la production, du travail, de l'entreprise. La notion d'espace usinier est approchée en termes de représentation, symbolique ou non (Paul-Levy, Segaud 1983, Fischer,1980).3 L'expérience de la relation avec les lieux est porteuse d'images et de significations. Il faut donc distinguer l'espace industriel "objectif" et les représentations que les personnes en ont (Hall, 1978). L'article se focalise sur ce dernier aspect, en faisant l'hypothèse que les salariés "transportent" en eux des dimensions, des sensations, des rôles et des statuts, des distances par rapport aux lieux qu'ils nomment et/ou utilisent dans leur vie quotidienne. Quelles méthodes peuvent rendre compte de ces univers ?

3A la suite de F. Laplantine (1996), nous considérons que la description ethnographique d'une part, incite à décrire à partir d'une perspective, d'autre part que la photographie doit être à la fois instrumentale et opératoire (p.81). Pour autant, cette perspective ne nous dit rien sur "comment" l'ethnologue peut rendre la photographie opératoire dans un processus de recherche. Une approche complémentaire s'avère nécessaire pour répondre à ces interrogations. De ces constatations est né le désir de coopérer avec un spécialiste de l'image afin d'aborder autrement les multiples facettes de la réalité sociale au travail. L'accord qui a réuni une ethnologue et un photographe s'est construit autour d'un "voir" : "comment voir", que "voir" ? Mais la rencontre et la coopération de deux métiers ayant des techniques, des savoirs, des représentations et des modes de légitimation de la compétence différents ne vont pas de soi. Le regard de l'ethnologue n'est pas celui du photographe. Le présupposé de l'ethnologue était que le photographe ne voit pas "mieux" que l'ethnologue mais qu'il voit autrement et autre chose sur le lieu observé, en l'occurrence, l'entreprise.

De l'utilité de la photographie dans notre processus de recherche

  • 4  En dehors des relations observés/observateur "obscures" – principe d'investigation novateur mais h (...)

4Cette approche du "voir" autrement et, par la suite, du "faire dire" aux informateurs sur ce "vu" du photographe a permis l'accès à des représentations sociales et spatiales qui n'avaient pas pu être découvertes autrement dans ce processus spécifique de recherche. Quatre facteurs éclairent cette affirmation. Tout d'abord, si l'on peut émettre l'hypothèse que l'observation participante aurait pu permettre la découverte des mêmes informations, il est nécessaire de rappeler que cette forme d'observation n'est aujourd'hui plus guère acceptable en entreprise. En effet, je ne souhaite pas camoufler mon statut d'ethnologue (Bernoux, 1973 ; Linhart, 1981),4 pour des raisons déontologiques qui s'avèrent être en accord avec les principes de la description ethnographique. De fait, cette recherche est une "participation par observation" du monde du travail et non une observation participante.

  • 5  Sauf exception, les enquêtes en entreprises industrielles n'excèdent pas quelques mois.

5Par ailleurs, peu de travaux en sociologie ou en anthropologie du travail se sont attachés à comprendre la vie quotidienne dans l'organisation (Bernoux, 1981, Bouvier 1989). Toutefois, aucun d'entre eux, à ma connaissance, ne s'est attardé aux banlieues de la production. Celles-ci sont les mondes qui entourent la production et qui ne renvoient pas directement au travail, à la machine et aux rapports sociaux qui y sont liés. Il s'agit par exemple de s'intéresser aux vestiaires, coins, salles de repos, lieux de passage, etc... en posant l'hypothèse que, de "ces lieux" ou "non lieu", on pouvait apprendre plus et/ou autrement sur le travail, le rapport au travail. Dans ce cadre, la photographie peut aider à percevoir les formes "visibles" et "invisibles" évoquées précédemment. De plus, la durée du terrain en entreprise est plus courte que dans des lieux non fermés,5 notre présence et la manière d'organiser la recherche sont largement déterminées par la commande. Et effet, celle-ci regroupait trois partenaires : l'entreprise, un musée régional d'ethnologie et la Mission du Patrimoine Ethnologique ; ils n'avaient ni les uns, ni les autres, les mêmes attentes face à cette recherche. Pour les satisfaire, il me fallait trouver des moyens d'investigation qui allient recherche et mise en valeur du patrimoine industriel. Par conséquent, une approche par le "visuel" me paraissait indispensable à la fois à l'élaboration de la connaissance mais également au projet de mise en valeur. Pour terminer, nous affirmons qu'il ne s'avère pas possible de généraliser les informations glanées ici, le particulier prime sur le général, l'induction sur la déduction.

6Mais racontons à présent la rencontre de ces deux métiers autour d'un parcours de recherche.

Chemins de traverses : la rencontre de deux professionnalités

  • 6  Angel Sanhueza, photographe et reporter pour la presse, est spécialisé dans le monde du travail. P (...)

7Travailler à deux, même ponctuellement, sur un terrain n'est pas aisé pour l'ethnologue. En revanche, il ne m'a pas semblé pertinent de faire moi-même mes photographies : à la fois par absence de connaissances techniques et d'envie de me confronter à l'autre avec un appareil de photo, la relation d'investigation et d'observation directe me semblant déjà suffisamment complexe à gérer. Le choix de travailler avec un photographe professionnel allait dès lors de soi. Plusieurs points communs ont réuni les auteurs de ces lignes en dehors de leur alliance matrimoniale, qui ne présuppose en rien de la capacité de travailler ensemble ! Tout d'abord, la tolérance, l'acceptation, mais surtout leur connaissance du monde du travail.6 En revanche, l'un et l'autre portent sur le monde du travail un regard différent lié à leurs expériences et à leur "être", chacun a une réflexion personnelle qui s'est transformée au fur et à mesure de la coopération.

  • 7  D'autres interrogations de départ sur "comment réaliser la commande", la technique d'approche, le (...)
  • 8  Dans le cas de cette l'entreprise d'impression, les salariés n'ont pas eu le choix de dire non. La (...)

8Des points nous ont opposés,7 par exemple celui du rythme de travail : à l'ethnologue convient la durée, la lenteur (toute relative en entreprise) ; au photographe de presse, la rapidité de perception et d'action. Dans le cas de l'investigation dans cette entreprise d'impression sur étoffe, j'ai fait huit mois de terrain, A. Sanhueza est intervenu trois jours sur le site. Il me dira en cours de travail, alors que je m'inquiétais sur le peu de temps que nous accordait l'entreprise pour ses prises de vues, "ne t'inquiète pas, j'ai compris ce que tu souhaites, je sens la situation. J'explique ce que je fais aux gens, je leur dis : 'je prends une photo de votre travail, pas de vous'. Mon souhait, c'est de passer le plus inaperçu possible. Il faut faire vite dans mon métier, on n'a pas le temps et surtout on évite de déranger les gens. (...), je ne vole pourtant pas l'image. Je présente ce que je fais ensuite, je ne parle plus, je ne négocie pas, je suis là sans être là et j'agis. Les gens ne peuvent pas se demander tout le temps où je suis. Ils acceptent ma présence, parfois... malgré eux peut être... ".8

9Alors que, par la présence de l'appareil photographique, le rôle du photographe est plus explicite pour les salariés, la perception de ce que fait l'ethnologue est plus complexe à décrypter. De fait, l'ethnologue s'interroge sur l'autre, sur lui, sur la co-construction du terrain, soupese la difficulté d'accès à l'autre ... et parfois se paralyse dans cette posture d'observateur engagé/désengagé (Devereux G. 1980). Tandis que le photographe perçoit la situation et agit. La médiation entre pensée et acte est chez celui-ci plus brève et parfois plus immédiatement productive. C'est peut être lié au fait que la restitution du "vu", perçu, senti est médiatisé, transformé par l'écrit chez l'ethnologue alors que le photographe passe d'un "vu" à une écriture visuelle de ce "vu". Autrement dit, comme le dit A. Sanhueza, "la photographie matérialise ici concrètement ce qui est 'senti' ou parfois peu explicite pour l'ethnologue".

10Le statut de la commande est toujours ambigu dans une recherche en sciences sociales : quelles libertés avons-nous par rapport à l'appel d'offre soumis ? quelles places laissons-nous au hasard, au processus même d'investigation ? Ces questions sont à la fois celles de l'ethnologue et celles du photographe. En effet, la recherche commanditée par trois institutions avait aussi un objectif de mise en valeur du patrimoine ; dans ce cadre, j'ai proposé de mettre en oeuvre un travail photographique qui a été accepté par les commanditaires. L'ethnologue doit donc des comptes à ses commanditaires et le photographe doit des comptes à l'ethnologue : cette configuration complexe de la commande entraîne pour les deux à la fois un travail de technicien et d'auteur. "Technicien" quand il s'agit de répondre peu ou prou au cahier des charges et "auteur" parce que, tant dans la démarche ethnologique que photographique, la création, la liberté sont au rendez-vous par la subjectivité de l'un et de l'autre des partenaires, par les jeux autour d'une marge de liberté qu'ils s'octroient. De ces actes émergent l'inédit, le non prévisible et une stimulation pour la recherche, comme nous le verrons dans les exemples sélectionnés.

Naissance d'une pratique d'investigation

  • 9  La première série présente la chaîne opératoire telle qu'elle est mise en oeuvre dans l'entreprise (...)

11Après une phase d'investigation longue sur le terrain de l'entreprise ayant permis de réaliser des observations et des entretiens de type exploratoire, il me semblait pertinent de systématiser les données recueillies en réalisant des biographies auprès des salariés. Ces biographies portaient d'une part sur les parcours de vie (travail et hors travail), leur relation à l'emploi, au travail, aux autres et, d'autre part, sur trois séries de photographies réalisées par le photographe.9

121er acte : Les prises de vues n'ont été faites qu'après la préformulation d'hypothèses de travail constituées à partir, entre autre, de "couples de représentations". Ces couples sont des traces de l'entreprise, de l'organisation du travail et non de l'acte productif et des produits. Par exemple, ils peuvent être liés soit aux lieux et aux mouvements dans l'entreprise (rues/ruelles, impasses, coins ; haut/bas ; intime/public ; mouvement/immobile ; connu/inconnu ; ordre/désordre, dedans/dehors ; lieux de production/banlieues de production (vestiaire, pointeuse, etc..), soit aux personnes (jeunes/vieux ; féminin/masculin ; ouvriers/hiérarchies ; etc...). Ces représentations, saisies à la fois dans leurs oppositions et dans leurs complémentarités, sont considérées comme des entrées possibles pour comprendre les dynamiques dans l'organisation. Dans certains discours, ces couples affleurent, dans d'autres ils sont implicites, mais ils sont toujours fortement structurants. Ils pouvaient s'avérer partiellement validés ou être invalidés ; c'est, entre autre, ce à quoi servaient les photographies. Toutefois, l'invalidation partielle ou totale s'est avérée plus intéressante a posteriori : elle a laissé voir comment l'ethnologue avait cru comprendre le monde étudié ; le rôle des informateurs est de déconstruire partiellement les représentations du chercheur pour l'emmener plus loin, ailleurs (Geertz, 1983).

132e acte : Chercheur et photographe ont sélectionné les photos à présenter aux informateurs selon deux critères : leur qualité visuelle et informationnelle. Ethnologue et photographe ont opté pour les photos où les deux étaient réunis. Si nous ne trouvions pas d'accord entre nous, je choisissais seule la photographie en m'engageant à ne l'utiliser que dans les phases exploratoire et analytique de la recherche et non pour la diffusion. En effet, cherchant à vérifier mes couples de représentations, j'étais plus particulièrement exigeante sur l'aspect informationnel : je considérais les photographies comme des données instruisant la recherche. Premièrement, elles devaient permettre d'exprimer ce qui n'était pas observable dans mes conditions ordinaires de travail ; deuxièmement de focaliser mon intérêt sur ce dont personne ne voulait parler ouvertement : les conflits, les tensions, les rancoeurs. Bref, il me fallait trouver un moyen d'aborder le non dit dans une entreprise qui souhaite diffuser à l'extérieur une image fortement consensuelle (Maurines, 2000). En revanche, pour le photographe, l'esthétique de la photo est primordiale pour sa reconnaissance professionnelle institutionnelle et pour une appropriation de ses images par les salariés photographiés. A partir d'une situation photographiée, il souhaitait signifier : "Regardez, c'est vous, votre atelier, vous reconnaissez- vous ?" "Les techniques de la photographie sont là pour faire 'mieux voir' cette quotidienneté, pour la mettre à distance mais esthétiquement. Si les gens ne se reconnaissent pas, c'est que quelque part je n'ai pas su sentir".

143e acte : la présentation des photos en cours d'entretien. Je ne présentais pas oralement les photographies afin de ne pas orienter le regard et le discours des salariés enquêtés. La réaction de ces derniers devait être spontanée. Méthodologiquement, l'analyse des photos repose donc sur les discours mis en oeuvre par les informateurs. Ils interprètent les photos, les valident ou non, rectifient les hypothèses autour des couples de représentations. Chercheur, photographe et informateurs sont donc des sujets qui se "mêlent" de la co-construction de l'objet et de son interprétation : les uns et les autres contrôlent, négocient, modifient ce que montrent les images.

La photo comme déclic émotionnel

15Les prises de vue de l'espace usinier sont des grilles de lecture construites a priori par l'ethnologue autour de couples de représentation de l'entreprise, du travail, des statuts sociaux. Les photographies sont considérées comme des sortes d'aide-mémoire destinées à libérer la parole. La mémoire est une mémoire du sensible, du symbolique (Jeudy, 1986). Les déclics sont émotionnels. La photographie a donc une fonction de support à un discours. Elle n'est pas l'objet sur lequel porte cette recherche. En revanche, ce sont les thèmes suggérés par les photographies qui le sont : le temps, les lieux, les points de rencontre, les espaces stigmatisés, etc... Il s'agit donc moins, pour moi, de s'interroger sur le statut de l'image photographique en sciences sociales (Péroni, Roux, 1996), que de mobiliser celle-ci dans le souci de permettre et/ou favoriser la prise de parole de chacun des acteurs enquêtés, par un réinvestissement de l'espace photographié.

Itinéraires dans les banlieues de la production

16L'étude de deux photographies met en perspective cette coopération professionnelle. Nous prêtons ici à cet exercice à la seule fin d'illustrer le précédent propos. En effet, soulignons que l'analyse d'images isolées à la fois de leur corpus photographique d'origine ainsi que des autres modalités de la recherche (biographies, observations directe et indirecte) segmente la narration des faits au lieu de la réinscrire dans la dynamique générale du travail qui a été le nôtre.

17La première photo explicite l'intérêt d'un autre support d'investigation que ceux mis en oeuvre classiquement par l'ethnologue. En effet, les données recueillies via la photographie ont permis l'accès à des informations non perçues lors de la phase exploratoire de la recherche. La seconde porte son regard sur un lieu conçu a priori par l'ethnologue et le photographe comme point de rencontre, de détente dans l'entreprise, et qui s'avérera être un lieu de stigmatisation sociale.

Photographie 1 : Du "bâti usine-pensionnat" à la symbolique de la domination sociale du parking

18(en préparation/under preparation)

  • 10  Les autres bâtiments de l'usine ont été construits tout au long du XXème siècle alors que l'usine (...)

19Ancien lieu de production, jusque dans les années 60, ce bâtiment type "usine pensionnat", est aujourd'hui réservé à la gestion de l'organisation. Par cette photographie s'insérant dans au début du reportage sur l'entreprise, le professionnel de l'image souhaitait situer l'entreprise dans son contexte spatial et donner une information visuelle sur "Le bâtiment" représentant le "mieux" l'organisation pour les salariés, les passants, ... . En revanche, mon choix de faire parler les informateurs sur cette photographie visait à comprendre les représentations, l'identification, et l'assignation de ce bâtiment autour de deux couples de représentation "anciens/nouveaux"10 (changements d'affectation des locaux, modes de production, relations à ces transformations) et "connu/inconnu". Ces idées n'ont pas été reprises par les interlocuteurs, pas plus que celle émise par le photographe. Nous avions, l'un et l'autre, fait fausse route.

  • 11  On ne pouvait pas, par l'observation, voir de hiérarchie sociale par le type de véhicule présent s (...)

20En revanche, cette photographie a fait parler les informateurs sur les hiérarchies sociales dans l'organisation alors qu'ils ne les abordent jamais directement dans leur biographie. L'inédit émerge à travers les discours sur le parking. De fait, pour prendre l'usine pensionnat dans son ensemble, l'angle de vue nécessitait de photographier partiellement le parking. Ce dont nous ont parlé les informateurs c'est ce qu'il y a dans le dos du photographe : d'autres places de parking, des boxes, des parkings cachés derrière un autre bâtiment de production... Bref, tout un univers périphérique au parking lui-même. Le parking dont il est question dans les biographies est un parking lieu de pouvoir, parfois de haine, lieu de petites stratégies individuelles et collectives, lieu de régulation de conflits. En effet, ce lieu de circulation est fortement hiérarchisé socialement. Par exemple, il s'avère que le placement des véhicules ne s'organise autour d'aucune règle formelle à la différence de grand nombre d'entreprises françaises. Toutefois, les discours font valoir que certaines places sont réservées informellement à chaque catégorie de personnel.11

  • 12  Certains membres de la direction m'avaient conviée à garer mon véhicule sur ces emplacements extér (...)

21Après discussion autour de la photographie, il s'avère que certains membres de la Direction ont des places de parking couvertes, ou se garent à l'extérieur de l'organisation sur le parking des visiteurs, afin d'éviter que leur voiture ne soit couverte d'une fine pellicule de peinture liée à l'activité productive du site.12 Les cadres et les employés stationnent sur les places situées au plus proche de leurs bureaux. Même s'ils arrivent plus tard que les premières équipes ouvrières, ces emplacements resteront libres malgré le manque chronique de places sur le parking. En effet, les ouvriers n'ont pas envie d'être vus depuis les fenêtres des bureaux lors de leur arrivée et leur départ. Ils utilisent plus souvent le parking situé dans la partie supérieure de l'usine, plus proche de la pointeuse et plus caché. Cela en dit long sur la relation que les ouvriers entretiennent avec l'entreprise : "vite arrivés, vite repartis".

"Le premier arrivé à la place, je me gare en haut, c'est plus facile pour sortir. Je sors de la voiture, je pointe et je vais directement me garer. Alors que sinon, on se gare en bas et on est obligé de monter les escaliers, donc on perd du temps. Les chefs [contremaîtres] se garent comme les ouvriers. Il y a des fumées qui salissent les voitures, donc il vaut mieux se garer en haut. Les cadres évitent ce problème avec leur espace réservé, ils ont ainsi leur voiture protégée." (Ouvrier)

"On se pointe en voiture et on repart pour perdre le moins de temps. Je sais qu'il y a un parking de direction et un parking ouvrier." (Ouvrier)

"J'arrive et je repars en bleu de travail, je ne retire même pas mes chaussures, je ne veux pas perdre mon temps ici. Je me gare là-haut (parking supérieur), (...) c'est pas le plus proche de l'atelier mais en passant par là je suis tranquille". (ouvrier, non qualifié)

22Pour le photographe, toute écriture visuelle est subjective, "Il y aura autant d'interprétation possible que d'individus regardant chacune de mes photos. C'est une surprise pour moi que les salariés aient parlé du parking parce que ce n'est pas ça que je souhaitais montrer, il apparaît certes sur la photo, mais c'était par une obligation de cadrage. Cette apparition involontaire du parking a permis la parole des gens, de les laisser d'exprimer sur ce qu'ils avaient à dire, mais là ce n'est plus mon boulot".

23Ainsi, le monde décrit est celui des rumeurs, des ragots et du contrôle social des uns sur les autres, des uns contre les autres. La violence verbale des exécutants s'accentue d'autant plus qu'ils parlent des personnels non ouvriers et surtout des cadres.

Photographie 2 : Les distributeurs de boissons : du coin de détente au marquage professionnel

24(en préparation/under preparation)

25Pour nous, la prise de vue des distributeurs de boissons avait pour objectif de faire parler nos interlocuteurs sur la sociabilité et les réseaux relationnels au travail. Ces distributeurs sont situés dans un lieu de passage obligé entre deux univers de la production : l'atelier des imprimeurs, métier noble, et celui des préparateurs de couleur, la "cuisine", où exercent des ouvriers peu qualifiés. Ces machines ont été revendiquées par deux salariés du comité d'établissement. Elles visaient à améliorer les conditions de travail et à faire reconnaître les temps de pause qui, selon les propos recueillis, sont soit peu respectés, soit aléatoires, en tous les cas, non vérifiables.

  • 13  En fait, je ne pouvais choisir que des personnes préalablement désignées par la hiérarchie !

26Pour le photographe, dont le plaisir est la réalisation d'image d'hommes ou de femmes en action, il a été surprenant de ne jamais pouvoir saisir quelqu'un s'arrêtant ou faisant une pause devant les distributeurs. "C'est frustrant pour moi qu'il n'y ait pas d'homme sur ces photographies, ce qui m'intéresse c'est la photo où les gens se retrouvent et sont contents. Généralement, les salariés n'ont pas de photos d'eux au travail alors qu'ils y passent une très grande partie de leur vie. C'est valorisant pour moi d'être celui qui rend possible cela et les salariés me le font savoir". C'est ainsi qu'il a pu observer que c'était un lieu de passage et non d'arrêt. De mon côté, je n'avais pas compris – avant le recueil des discours à partir des photographies – qu'il s'agissait d'un "non-lieu". La position qui m'avait été attribuée dans, et par, l'organisation était de suivre des personnes sur un poste de travail.13 Parfois on m'invitait à boire un café, je me retrouvais alors seule avec le salarié au distributeur. En fait, ma présence signifiait : "Regardez, j'ai été choisi par la hiérarchie, comme un bon élément". Si, comme le déclare F. Laplantine, "l'ethnographe est celui qui doit être capable de vivre en lui la tendance principale de la culture qu'il étudie" (1996, p.20), je dois reconnaître que je me suis engluée dans le rôle que l'on me demandait de tenir. Le photographe avait interprété cette absence de passage aux distributeurs comme une opposition, ou tout au moins, un refus de se faire photographier. En fait, ce n'était ni le photographe ni la photographie qui gênaient les salariés. Ce qu'ils refusaient, c'était d'être photographiés dans un lieu stigmatisé négativement et d'être ensuite exposés aux yeux de tous, lors des séances de travail où étaient présentées les images.

27De fait, les discours recueillis nous relatent que, dans une usine où les syndicats sont proscrits, "prendre un café", c'est s'exposer au regard de l'autre, au "qu'en-dira-t-on" des collègues. Auparavant, chacun faisait sa pause dans le vestiaire, dans la salle de détente, "dans un coin" en discutant avec un collègue, et ce à l'heure à laquelle chacun le souhaitait. La mise en place des distributeurs de boissons par la direction a été une manière de rationaliser et de surveiller les temps de pause, d'interdire à la fois l'accès aux vestiaires pendant la journée mais aussi la circulation des personnes dans une entreprise éclatée en de multiples lieux de production. Par conséquent, prendre une boisson revient à s'exposer au regard de l'autre, quel que soit cet "autre" : collègue ou hiérarchie. Pour la majorité des salariés, il vaut mieux s'abstenir de prendre sa pause auprès des distributeurs s'ils veulent éviter d'être "catalogués" ; pour d'autres, c'est une forme de rébellion que d'y aller. Bref, s'arrêter aux distributeurs n'est pas neutre, ce n'est nullement le lieu de détente et de sociabilité auquel nous avions pensé a priori. Il a été question que l'entreprise qui loue la machine au comité d'entreprise la reprenne, elle ne fait pas de bénéfice suffisant !

"Je ne bois plus rien, si c'est pour aller se faire mater par les autres (les imprimeurs), ce n'est pas là peine." (Ouvrier, atelier couleur)

"Le chef l'a fait exprès [sous-entendu d'installer la machine ici], son bureau est de l'autre côté de l'atelier d'impression, mais comme il a une fenêtre, il nous voit de loin. Une fois il m'a fait remarquer que je m'étais arrêté deux fois." (Ouvrier, atelier couleur)

"Moi, je ne fais pas de pose, je ne suis pas ici pour glander". (Imprimeur)

"Je ne vole pas mon salaire, ici je travaille ; on n'est pas là pour boire un coup." (Imprimeur)

28L'analyse des représentations des hiérarchies sociales et spatiales sous-jacentes dans cette photographie nous indique que l'espace industriel étudié est fortement cloisonné, qu'il fonctionne par atelier et non comme une entreprise socialement et spatialement homogène. Elle nous confirme que ces hiérarchies ne s'expriment pas directement au cours des entretiens, mais que les informateurs avaient besoin d'un médiateur comme la photographie pour s'exprimer sur les tensions, les conflits, le contrôle social dans l'organisation.

  • 14  Bertaux parle de polyfonctionnalité des biographies. Cette approche a été mise en oeuvre dans cett (...)

29En guise de synthèse, disons que le parcours de recherche mis en oeuvre s'articule autour du principe d'une polyfonctionnalité de la photographie. En effet, le recours à la photographie s'inscrit dans un triple objectif : une démarche épistémologique, méthodologique et théorique. Ainsi, l'image est présente aux trois moments de la recherche : la collecte, le traitement de l'information, la restitution. Notre propos est ici de considérer que ces trois fonctions ne sont pas dissociables, elles sont considérées comme polyfonctionnelles (Bertaux, 1998).14 Dans cette mesure, les photographies remplissent à la fois les fonctions "exploratoire", "analytique" et "expressive". La fonction "exploratoire" est l'étape de l'"émergence des traits structurels saillants, les enjeux centraux, les lignes forces du terrain". La photo est utilisée en début d'enquête pour débroussailler l'information. Dans l'étape "analytique", il s'agit de mettre en rapport des phénomènes, d'esquisser un cheminement analytique : c'est le passage des idées à la formulation des hypothèses, à la construction d'une "théorie". La fonction "expressive" consiste à utiliser les photographies comme mode d'illustration du discours construit par le chercheur (rapport de recherche, exposition).

30Plus précisément, du point de vue épistémologique, la photo accorde une place au cours de chaque étape aux trois partenaires de la recherche : informateurs, photographe, ethnologue. Ce dernier n'est pas le détenteur du savoir, il est plutôt considéré comme un passeur, un médiateur entre les acteurs de terrain et les commanditaires. Le savoir ainsi constitué est donc co-énoncé, co-construit (Devereux, 1980). Du point de vue théorique, la photographie m'a permis de cerner, d'une part, les assignations sociales et spatiales et d'autre part, de valider ou d'invalider des couples de représentations construits en cours d'investigation. Les photographies ont confirmé le rôle fédérateur des assignations-interdictions et les assignations selon les statuts. En effet, les premières peuvent être formelles ou liées à des représentations de soi et d'autrui. Si l'espace peut être assigné, il en résulte des interdictions. Celles-ci sont alors connues par les personnes qui peuvent alors en jouer. Les secondes assignations – selon le statut – conduisent au fait que l'entreprise fonctionne sur un double marquage : le marquage proprement dit (exemple : ouvrier/non-ouvrier) et l'assignation coercitive (Paul-Levy, Segaud, 1983). La compréhension de ces assignations permet de répondre aux questions suivantes : qui est-il ? où doit-il être ? comment le caractériser ? comment le reconnaître ?

31Globalement, la photographie a été une démarche d'investigation complémentaire aux méthodologies classiques en ethnologie, elle nous a permis de dépasser l'apparence du consensus social, de découvrir la subtilité des jeux de non dit et des silences. Le refus de porter la parole sur le travail et devant les collègues devait pouvoir être traité autrement. En abordant les banlieues de la production via la photo, on apprend sur le travail et le rapport entretenu avec lui beaucoup plus que si on les avait abordés de front.

Haut de page

Bibliographie

Bertaux (D.) -1998- Les récits de vie, Paris, Nathan, collection 128.

Bernoux (P.) -1981- Un travail à soi, Toulouse, Privat.

Bernoux (P.) et al. -1973- Trois ateliers d'OS, Paris, Les éditions ouvrières.

Bouvier (P.) -1989- Pour une anthropologie de la quotidienneté au travail, Cahier internationaux de sociologie, vol. LXXIV.

Bouvier (P.) -1989- Le travail au quotidien : démarche socio-anthropologique, Ethnologie française -1984- T. 14, n. 2.

Bureau International du Travail -1989- Le travail, un regard photographique.

Cahiers du Lersco -1991- numéro hors série "Iconographie et sociologie", sept.

Castells (M.) -1975- Sociologie de l'espace industriel, Paris, Anthropos.

Devereux (G.) -1980- De l'angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Flammarion.

Dewerpe (A.) -1985- "Miroirs d'usines : photographie industrielle et organisation du travail de l'Ansaldo", n. 5, Annales ESC.

Fischer (G.N.) -1980- Espace industriel et liberté, Paris, PUF.

Geertz (C.) -1983- Bali, interprétation d'une culture, Paris, Gallimard, Bibliothèque des Sciences Sociales.

Hall (E.T.) -1978- La dimension cachée, Paris, Seuil, Points.

Jeudy (P.H.) -1986- Mémoires du social, Paris, PUF.

L'Ethnographie -1991- n. 109, LXXXVII, "Ethnographie et photographie".

Laplantine (F.) -1996- La description ethnographique, Paris, Nathan, coll. 128.

Linhart (R.) -1981- L'établi, Paris, Minuit.

Maresca (S.) -1996- La photographie. Un miroir des sciences sociales, L'Harmattan.

Maurines (B.) -1996- Stratégies familiales, espace local et dynamiques industrielles, Mission du Patrimoine Ethnologique, Musée Dauphinois. Rapport Autrement Dit/GLYSI-CNRS.

Maurines (B.) Familles, entreprises, espace local, les métamorphoses des relations privées, in Giraud (C.), Maurines (B.) -2000- Univers publics et privés, dynamiques de recomposition, L'Harmattan, pp. 167-208.

Maurines (B.) -1999- Les usages de la photographie et du dessin comme mode d'exploration des représentations en sciences sociales, Actes du colloque "Représentation(s)", MSH, Poitiers, 5-7 mai 1999.

Merleau-Ponty (M.) -1993- Le Visible et l'Invisible, Paris, Gallimard/Tel.

Paul-Levy (F.), Segaud (M.) -1983- Anthropologie de l'espace, Paris, CCI, Centre Georges Pompidou, (Coll Alors).

Peroni (M.), Roux (J.) (sous la dir.) -1996- Le travail photographié, Université de St-Etienne, CNRS.

Piette (A.) -1992- La photographie comme mode de connaissance anthropologique, Annales ESC, n. 18, pp. 129/137.

Sociologie du travail -1978- L'espace comme nouvelle lecture du travail, n. 4, pp. 397-422.

Haut de page

Notes

1  L'article a été écrit par l'ethnologue et amendé par le photographe. De fait, l'utilisation du "je" fait appel au discours de l'ethnologue, alors que le "nous" fait référence aux deux professionnels

2  Ce secteur regroupe quatre activités industrielles : la gravure, l'impression, l'apprêtage et la teinture.

3  La notion d'espace usinier désigne simultanément l'espace interne de l'entreprise (la frontière entre espace intérieur et extérieur étant ses murs d'enceinte) et les représentations afférentes à l'univers que l'on considère comme appartenant au monde industriel pour lequel on travaille.

4  En dehors des relations observés/observateur "obscures" – principe d'investigation novateur mais historiquement marqué – on peut souligner l'impossibilité pour ce type de recherche de comprendre la totalité de l'organisation puisque l'observateur est rivé à un poste de travail.

5  Sauf exception, les enquêtes en entreprises industrielles n'excèdent pas quelques mois.

6  Angel Sanhueza, photographe et reporter pour la presse, est spécialisé dans le monde du travail. Par ailleurs, il réalise des travaux en collaboration avec des sociologues et des ethnologues. Exposition photographique en France et à l'étranger sur les Andes dans le cadre du 500ème anniversaire de la découverte de l'Amérique Latine en collaboration avec B. Maurines, sur les affiches humanitaires et leur signification avec S. Franguiadakis (CRESAL-CNRS).

7  D'autres interrogations de départ sur "comment réaliser la commande", la technique d'approche, le mode de restitution (écrit/image) ont constitué des points de divergences et de discussions forts.

8  Dans le cas de cette l'entreprise d'impression, les salariés n'ont pas eu le choix de dire non. La direction du site a signalé qu'un photographe interviendrait dans les ateliers. La contrainte sociale de cette organisation étant forte, les salariés n'ont pas été hostiles ouvertement au photographe. Certains tournaient ostensiblement le dos à l'appareil : le photographe en prenait acte en ne les photographiait pas.

9  La première série présente la chaîne opératoire telle qu'elle est mise en oeuvre dans l'entreprise. La deuxième propose des documents sur les différents espaces de l'entreprise (architecture, lieux autre que ceux de fabrication, banlieue de la production, etc. ...). La troisième expose des photographies évoquant le monde des sensations dans l'organisation. Les exemples étudiés dans cet article sont extraits des deux dernières séries.

10  Les autres bâtiments de l'usine ont été construits tout au long du XXème siècle alors que l'usine pensionnat remonte à la création de l'entreprise en 1835.

11  On ne pouvait pas, par l'observation, voir de hiérarchie sociale par le type de véhicule présent sur le parking. Il n'y a pas adéquation entre cylindrée des voitures et catégories socioprofessionnelles ! Par ailleurs, je n'avais pas prêté attention à "qui se gare où ?".

12  Certains membres de la direction m'avaient conviée à garer mon véhicule sur ces emplacements extérieurs, sans m'en expliquer les raisons. Mon interprétation était donc que ma place, en tant qu'étrangère, était dehors.

13  En fait, je ne pouvais choisir que des personnes préalablement désignées par la hiérarchie !

14  Bertaux parle de polyfonctionnalité des biographies. Cette approche a été mise en oeuvre dans cette recherche et a été également adaptée pour la photographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Maurines et Angel Sanhueza, « Renouvellement du terrain par la photographie », Bulletin de méthodologie sociologique, 81 | 2004, 33-47.

Référence électronique

Béatrice Maurines et Angel Sanhueza, « Renouvellement du terrain par la photographie », Bulletin de méthodologie sociologique [En ligne], 81 | 2004, mis en ligne le 09 juillet 2008, consulté le 29 avril 2017. URL : http://bms.revues.org/1122

Haut de page

Auteurs

Béatrice Maurines

GLYSI-SAFA, CNRS, beatrice.maurines@ish-lyon.cnrs.fr

Angel Sanhueza

Photographe professionnel

Haut de page

Droits d’auteur

© BMS

Haut de page
  • Revues.org