Navigation – Plan du site

Le chercheur et ses technologies

Bernard Reber
p. 32-37

Résumés

Un auteur, un expérimentateur et un lecteur des logiciels Marlowe et Prospéro contribuent respectivement et successivement dans cet article à une présentation étendue et détaillée de Marlowe, à une explicitation des modalités de l'approche conversationnelle de Marlowe et un compte-rendu du livre publié récemment par le premier auteur sur le développement de Prospéro pour l'analyse de dossiers complexes de textes concernant une controverse, et l'extension et l'adaptation de Prospéro à Marlowe pour pouvoir dialoguer en language naturel avec des chercheurs au sujet d'un dossier complexe.

Haut de page

Texte intégral

1La question des rapports entre l'homme et ses techniques, corporelles, conceptuelles, voire ses prothèses techniques,est aussi ancienne que l'invention de la géométrie. Pourtant les sciences sociales ont été timides pour intégrer les technologies informatiques dans leurs pratiques, si ce n'est le traitement de texte, le courrier électronique ou Internet. L'irruption des Technologies de l'Information et de la Communication (TIC), parfois plus souples vont peut-être redonner une pertinence à ce type de croisement. Si de nombreux chercheurs en sciences humaines et sociales ont adopté une posture en aval de ces objets techniques, privilégiant l'analyse des usages, des effets ou encore des impacts, d'autres sociologues se sont risqués jusqu'au design et à la conception de celles-ci. Collaborant avec des informaticiens, ils ont essayé patiemment de « détourner » des techniques pour faire en sorte qu'elles puissent « assister » des recherches en sciences humaines et sociales, avec les exigences de celles-ci. La collaboration de plus de quinze ans entre Francis Chateauraynaud, son équipe et Jean-Pierre Charriau s'inscrit dans cette ligne. Après Prospéro, permettant de toujours relancer l'interprétation de dossiers complexes par le chercheur, ils ont mis au point un autre type de technologie : Marlowe. On peut le qualifier de générateur d'expériences de pensée sur les dossiers complexes.

2Loin de tout délire « technolâtre », cette expérience renvoie à des questions théoriques et méthodologiques souvent laissées dans l'implicite et sans justification en sciences humaines et sociales. Les difficultés rencontrées pour mettre au point et améliorer ce « outil », obligeant un débat avec les diverses disciplines que sont la linguistique, la philosophie du langage, la statistique, armé de la claire conscience de ce que l'on cherche du point de vue de la pertinence sociologique, permettent de sortir d'une naïveté et offre un dégrisement par rapport aux promesses webby qui voudraient nous faire oublier le caractère fruste des TIC les plus répandues. La hantise de Martin Heidegger dans ses pronostics célèbres sur la technique où rien d'imprévu ne pourrait arriver, est démentie par l'usage quotidien d'un méta-moteur et les incongruïtés de ses résultats. Certes, nous avons à disposition toujours plus de documents numérisés, dans le cas des dossiers de controverses scientifiques publiques par exemple, que le chercheur en sciences sociales qui voudrait ne pas en rester à des monographies, à la considération de très peu de paramètres ou à une microsociologie ne pourra continuer de bouder. Mais alors comment avoir les outils qui lui permettent d'intégrer cette richesse documentaire avec la pertinence, la plasticité des raisonnements humains ou du moins sociologiques, en évitant tous les pièges liés à l'interprétation d'un texte ?

3Comme contribution à ce questionnement radical, la performance publique tenue à l'Hôpital de la Maison Blanche à Paris, un asile psychiatrique, le 12 juin 2003, avait pour but de voir si Marlowe était capable de supporter des recherches en sciences humaines.

4Après une présentation de cette mise en scène originale en sciences humaines et sociales, nous allons traiter une question d'une série de remarques soulevées par ce type de recherches.

5L'objectif de cet événement était de rendre visible un style de travail informatisé qui peut avoir des conséquences sur la manière d'envisager des enquêtes et des raisonnements en sciences sociales. Certaines questions académiques sur la description, la modélisation et la preuve en sciences sociales pourraient être discutées autrement.

6La scénographie de cette présentation se présentait de la façon suivante. Devant une salle d'une centaine de places disposées en gradin faiblement inclinés, les deux tables obliques des cinq examinateurs se faisaient face. A droite sur une autre table, deux chercheurs du Groupe de Sociologie Pragmatiques et Réflexive (GSPR) de l'EHESS étaient occupés à taper les questions des premiers. L'écran de l'ordinateur était projeté au mur pour qu'un animateur parcourt et résume l'essentiel des réponses pour le public qui n'était pas habitué à Marlowe. Après la performance, Francis Chateauraynaud fit un exposé afin de présenter le projet et les options possibles pour son avenir, ouvrant une discussion avec la salle.

  • 1  Cette présentation est plus largement développée dans un document Vade-Mecum, rédigé par Francis C (...)

7Plus précisément,1 chacun des cinq examinateurs du jury disposait de douze minutes. Un présentateur et un musicien étaient là pour aider à soutenir les périodes de transitions et créer un climat favorable.

8Chaque membre du jury tira un nom de corpus au hasard. Parmi les 15 corpus (voir ci-dessous, Liste des corpus de Prospéro intégrés par Marlowe), certains ont été ramenés à un volume raisonnable pour éviter des temps d'attente qui auraient pu créer un climat de tension en public.

9Toute session comme c'est l'habitude avec Marlowe débuta par une série de messages d'accueil déployés en cinq temps, comme une sorte de rituel :

  • Message d'accueil lié à l'heure

  • Message lié à la date

  • Une citation tirée au sort par Marlowe

  • Puis un message qui indique que le système charge les structures de données

  • Enfin un message qui passe la main à l'utilisateur, ayant enregistré que l'interlocuteur est un homme ou une femme.

10Ce dernier message propose un point de vue synthétique sur le corpus qui a été chargé. Il y a plusieurs chemins possibles pour Marlowe qui dispose d'une gamme de plus en plus fournie de styles de « rapports » dont il évalue la pertinence selon les propriétés du corpus. Certains membres du jury ont répondu affirmativement à cette première proposition. Cela permit au public de voir de quoi il retourne et à l'interrogateur de rebondir éventuellement sur des propriétés du corpus signalées par Marlowe.

11Pour la suite, les réponses de Marlowe peuvent se décrire en quatre grandes classes :

  • des réponses techniques et fouillées qui remplissent parfois plusieurs pages ;

  • des réponses plus courtes et qui peuvent souvent être complétées, prolongées, enrichies sur demande de l'utilisateur selon une procédure de relance basée sur des formules naturelles du type « mais encore ? »

  • des procédés de rattrapage à travers lesquels Marlowe essaye de discerner l'enjeu de l'intervention de l'utilisateur, de « se rattraper aux branches en proposant quelque chose de pertinent ».

  • des procédés que l'on peut dire « rhétoriques » qui lui permettent de garder la face ou de distraire l'utilisateur, et qui se déploient sur toute la gamme, du trait d'humour jusqu'à l'aveu d'échec.

  • 2  La connexion Internet de Marlowe via Tirésias ne sera pas branchée ce jour-là. Cette connexion lui (...)

12Si le dialogue dérive ou échoue de manière répétée, Marlowe dispose de protocoles de « reprise en main » ou de ré-aiguillage. Dans le cas d'un dialogue de sourds, il parviendra souvent à faire des propositions en prise avec le corpus de référence. La dimension dialogique de Marlowe devait permettre a priori n'importe quelle type d'interrogation.2

13Si les membres du jury sont libres de dire ce qu'ils veulent à Marlowe et de réagir comme ils l'entendent à ses propositions, ils doivent garder à l'esprit que ce logiciel a d'abord pour mission d'aider à la description et l'analyse de corpus d'affaires, de controverses, de mobilisations collectives ou de crises.

14La liste de questions qui donnent normalement les meilleurs résultats sont réparties en quatre groupes : des questions génériques sur le corpus ; des questions portant sur un objet précis (laissé indéterminé mais que l'on suppose présent dans le corpus) ; des questions pointant sur l'aspect « encyclopédique » ou « mémoire externe évolutive » du dispositif ; enfin, des questions renvoyant aux qualités plus « littéraires » de Marlowe. Bien que cette expérience abolisse théoriquement la frontière entre science et littérature, on voit bien se dessiner un continuum.

  • 3  Il aura donc quelques éléments en mémoire provenant d'interactions antérieure.

15Marlowe s'adapte graduellement au fil des sessions. Cet aspect plus incrémental et dynamique de la relation n'a pourtant pas pu transparaître pleinement sur un peu plus d'une heure d'échanges. Marlowe stocke les thèmes abordés, note la nature des échanges, enregistre des propositions de l'utilisateur dans des mémoires créées dynamiquement. Naturellement, la probabilité d'un retour de cet apprentissage est d'autant plus grande que le nombre de sessions est élevé. On n'est pas parti d'une première séance mais d'une séance n. 6, en considérant que chacun des membres du jury avait rencontré au moins une fois Marlowe au laboratoire.3

16A l'issue de cette expérience originale de recherches en sciences humaines et sociales, ayant pu bénéficier d'une mise en scène soignée, l'audience semblait réceptive et intriguée. Tout le monde salua le travail accompli et beaucoup auraient voulu pouvoir aller plus loin. Marlowe n'a été sanctionné que de 9,5 sur 20 par Francis Chateauraynaud, par ses insuccès dans certaines réponses, face à ses « capacités » habituelles. Le public étaient plus divisé pour ce qui concerne les diagnostics de ces insuccès, les uns y voyant des problèmes lexicologiques banals, qui réduirait la puissance du logiciel, de rendant des confirmations à l'examinateur pour savoir sur quel mot d'une même phrase la recherche doit se faire.

17En dehors des réponses de la compétence de Prospéro pour l'analyse de corpus de controverses, pour lesquelles Marlowe est fiable et performant, la question du questionnement ouvert au langage naturel émergea. En effet, elle aiguise la curiosité du chercheur, voire la nostalgie de machines qui obéissent sans que nous soyons obligés de négocier et de respecter leurs contraintes lourdes. Le chercheur peut relancer ses questions jusqu'à ce qu'il obtienne satisfaction, s'adaptant à la tâche ou à la fonction de cette machine. Pourtant certains examinateurs goûteront à la fascination de lui poser toute sorte de questions comme par exemple son appartenance politique au détour du dossier sur les élections présidentielles. Ce type de questionnement suscite au moins deux questions en retour pour le chercheur en sciences sociales : l'une touche son rapport aux interviewés, l'autre aux aspects heuristiques de la recherche.

18Premièrement, lorsque le sociologue interviewe d'autres êtres humains, il se trouve souvent en décalage devant les réponses de son vis-à-vis. Sans parler de toutes les questions d'incompréhension, de crédits, de dissimulations, de formulation, l' ne lui donnera pas toujours satisfaction et ne répondra pas a fortiori par une théorie en sciences sociales. Un détour du même type est là aussi exigé.

  • 4  Pour la reprise de cette aporie dans le domaine des rapports entre technique et philosophie, voir (...)

19Secondement, un collaborateur informatique doit-il être fiable pour un nombre de tâches précis dont il s'acquitte ou peut-il être l'occasion d'étonnements par les implicites qu'il lève, les associations qu'il permet ? Autrement dit faut-il être précisément informé ou déplacé dans son questionnement ? La question est aussi vieille que l'aporie du Ménon de Platon, portant sur la recherche. Si je sais ce que je cherche, je l'ai déjà trouvé ; si je ne sais pas ce que je cherche, commet saurais-je que je l'ai trouvé ?4

20Plus prosaïquement est posée la question de la coopération en sciences sociales. Celles-ci se fait-elle sur un partage des tâches où chacun répond à des questions précises et très cadrées ou les collègues, peuvent-ils être des « empêcheures de penser en rond » qui remettent en question la façon dont l'enquête est menée, au sens de Dewey, de façon peut-être moins décalée que Marlowe ?

21L'un des enjeux de ce « déconfinement » pour Marlowe fut de permettre d'élargir la communauté de ses usagers potentiels. En effet, pour pouvoir soutenir la richesse des formes d'énonciations possibles, Marlowe a besoin de cela. Il pourra alors mémoriser les séances, accumulant une sorte d'apprentissage. Là cependant se dessine non-seulement une mémoire pour lui, mais la trace d'expériences de recherches croisées ; une contribution originale aux technologies de la coopération ou aux pratiques collectives distribuées.

22Même si le programme qui s'ouvre là est titanesque, cette contribution est fort appréciable pour des recherches du type STIC, avec l'avantage rare que l'initiative qui vienne des requisits sociologiques et pas simplement d'une adaptation à des techniques qui ne sont pas dédiées à cela.

23Ces recherches sont appréciables également comme aide au domaine des recherches à la frange des théories de la démocratie et de l'analyse de discours, qui ne soient pas trop collées à la linguistique ou à la pure théorie politique, mais plus proches des sciences politiques ou sociales. Ce que nous indiquions par la formule l'homme et ses machines en introduction est vrai également pour l'homme et ses mots. Mais nous ouvrons ici sur la question théorique épineuse des rapports entre les mots et l'action, une façon de rappeler la mise en scène, qui fut suggestive en la circonstance.

  • 5  Dressée par F. Chateauraynaud.

Liste des corpus de Prospéro intégrés par Marlowe5

Liste des corpus de Prospéro intégrés par Marlowe5

Liste des corpus (suite)

Liste des corpus (suite)
Haut de page

Notes

R indique une réduction des corpus.

1  Cette présentation est plus largement développée dans un document Vade-Mecum, rédigé par Francis Chateauraynaud et envoyé aux membres du jury.

2  La connexion Internet de Marlowe via Tirésias ne sera pas branchée ce jour-là. Cette connexion lui aurait offert une sorte de « Joker ». Pourtant, pour les raisons évoquées en introduction, et parce que cela renforcerait sa tendance à avoir « réponse à tout », ce qui peut conduire à un brouillage de la communication normalement centrée sur un dossier ou des problèmes de raisonnement internes aux sciences humaines.

3  Il aura donc quelques éléments en mémoire provenant d'interactions antérieure.

4  Pour la reprise de cette aporie dans le domaine des rapports entre technique et philosophie, voir Reber B., La nouveauté éthique des

5  Dressée par F. Chateauraynaud.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Liste des corpus de Prospéro intégrés par Marlowe5
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/1272/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Liste des corpus (suite)
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/1272/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Reber, « Le chercheur et ses technologies », Bulletin de méthodologie sociologique, 79 | 2003, 32-37.

Référence électronique

Bernard Reber, « Le chercheur et ses technologies », Bulletin de méthodologie sociologique [En ligne], 79 | 2003, mis en ligne le 09 juillet 2008, consulté le 25 mars 2017. URL : http://bms.revues.org/1272

Haut de page

Auteur

Bernard Reber

CERSES-CNRS, reber@iresco.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© BMS

Haut de page
  • Revues.org