Navigation – Plan du site

La méthodologie des sondages électoraux de l’élection présidentielle française de 2007

Chroniques d’un problème récurrent
Claire Durand
p. 5-17

Résumés

Les sondages pour l’élection présidentielle française de 2002 resteront dans l’histoire parce que leur erreur de prédiction a eu des conséquences importantes. Quelle influence cette élection a-t-elle eu sur les instituts de sondage français ? Ont-ils su réviser leurs méthodes ? Ont-ils amélioré leur estimation du vote ? La recherche montre que, s’ils ont mieux su estimer la répartition du vote entre la droite et la gauche qu’en 2002, ils n’ont pas mieux estimé l’intention de vote pour les principaux candidats. L’écart entre la moyenne des douze sondages publiés durant la dernière semaine et le vote varie de 1,8 points pour Royal à 3,2 points pour Sarkozy et 3,8 points pour Le Pen. Les résultats montrent que l’erreur d’estimation pour Le Pen est aussi forte en 2007 qu’en 2002, mais en sens inverse. Comme en 2002, les échantillons sont biaisés pour le niveau d’éducation – forte sous-représentation des moins scolarisés – et le profil de vote – forte sous-déclaration du vote pour Le Pen. Le problème d’estimation du vote d’extrême droite demeure entier et les méthodes des instituts ont peu changé. Une coopération entre les instituts et les chercheurs permettrait sans doute d’esquisser des pistes d’explications et de solutions.

Haut de page

Notes de l’auteur

Remerciements : Cette étude a été rendue possible grâce à une subvention du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH). Nous tenons à remercier particulièrement le secrétariat de la Commission des sondages pour sa précieuse collaboration, les nombreux chercheurs français qui nous ont aidé à mieux comprendre la situation française et la manière dont les sondages étaient effectués, de même que Adrien Jouan pour la recherche documentaire sur le vote Le Pen.

Texte intégral

1Les sondages électoraux constituent une occasion unique de comprendre les problèmes méthodologiques liés à l’échantillonnage et à la non-réponse, tout comme les questions plus proprement sociologiques liées à la sous-déclaration et à la relation entre intention de comportement et comportement effectif. De plus, dans les pays industrialisés, il y a généralement un nombre important de sondages durant les campagnes électorales, ce qui permet d’étudier l’impact possible des différences de méthodologie entre les firmes de sondage, lorsqu’elles existent.

  • 1  Les élections présidentielles françaises comportent deux tours. Seuls les deux candidats qui recue (...)

2Les sondages électoraux de l’élection présidentielle française de 2002 resteront sans doute dans l’histoire des sondages comme ceux pour lesquels l’erreur de prédiction a eu les conséquences les plus dramatiques. En effet, l’incapacité des six instituts de sondage français à anticiper – ou à laisser savoir publiquement – que le candidat d’extrême droite, Jean-Marie Le Pen, pouvait se qualifier pour le deuxième tour1 aurait amené des électeurs convaincus de la qualification des deux principaux candidats – Jacques Chirac et Lionel Jospin – à reporter leur vote sur des candidats plus mineurs. Ce faisant, selon Blais (2004), ils auraient fait perdre 18% de ses voix à Jospin et 15% à Chirac, permettant à Jean-Marie Le Pen de devancer Lionel Jospin au deuxième rang.

3La catastrophe de 2002 a fait l’objet de nombreux articles et analyses, que ce soit pour les aspects méthodologiques (Durand, Blais et Larochelle, 2004, 2005) ou socio-politiques (Perrineau et Ysmal, 2003; Cautrès et Mayer, 2004). Il fallait entre autres chercher à comprendre pourquoi le vote Le Pen – et seulement celui-là chez les principaux candidats – avait été si mal estimé par les instituts de sondage français. On peut penser que cette catastrophe a eu une forte influence sur les électeurs lors de l’élection présidentielle suivante, celle d’avril 2007, en les incitant à voter « utile ». Mais quelle influence a-t-elle eu sur les instituts de sondage français, eux qui avaient été attaqués de toutes parts en 2002 ? Ont-ils su réviser leurs méthodes ? Ont-ils amélioré leur estimation du vote ? Cet article vise à contribuer à la réponse à ces questions et à progresser dans la compréhension des facteurs qui peuvent expliquer les problèmes d’estimation du vote.

4Comment mesurer la qualité des sondages?

5L’aulne à laquelle sont jugés les sondages électoraux est d’abord et avant tout leur capacité de prévoir l’ordre d’arrivée de telle sorte que de moins bonnes estimations ne sont même pas relevées par les médias et les analystes lorsque l’ordre d’arrivée est bien prédit, alors qu’à l’inverse, des estimations qui se trouvent à l’intérieur de la marge d’erreur sont dénoncées sur toutes les tribunes si elles entraînent un ordre d’arrivée qui n’est pas le bon. Toutefois, d’un point de vue méthodologique, plusieurs autres critères de la qualité des estimations produites par les sondages doivent être prises en compte puisque l’ordre d’arrivée est, entre autres, tributaire de l’écart réel entre les candidats dans la population. La question se pose donc : Comment mesurer la qualité des sondages ?

  • 2  La part du vote récoltée par les quatre principaux candidats lors de l’élection présidentielle de (...)

6Dans un article marquant, Mitofsky (1998) rappelle les huit méthodes proposées par Mosteller in 1949 dans l’analyse des sondages de l’élection présidentielle américaine de 1948. L’erreur de prédiction dans cette élection – les sondages avaient prédit la victoire de Dewey et c’est Truman qui l’avait emporté – et les analyses qui avaient suivi avaient amené des changements historiques dans la conduite des sondages, dont l’abandon de la méthode des quotas, jugée partiellement responsable de la mauvaise estimation, ainsi que la poursuite des sondages jusqu’à la fin des campagnes électorales. Mitofsky propose de retenir comme meilleurs indices synthétiques de la qualité des sondages, soit la moyenne des écarts absolus entre les prédictions des derniers sondages et le vote pour les principaux candidats, soit la moyenne des écarts absolus entre l’estimation de l’écart entre les deux principaux candidats et l’écart réel. Ces indices sont encore à ce jour privilégiés aux Etats-Unis (Traugott, 2001, 2005). Toutefois, ils sont valides uniquement avec un nombre restreint de candidats2 et ne donnent pas un indice du biais possible des sondages – pro-Démocrate ou pro-Républicain dans le cas des Etats-Unis. Certains auteurs (Lau, 1994; Durand, Blais et Vachon, 2001; Durand, Blais et Larochelle, 2004, 2005) ont privilégié la comparaison des résultats avec la prédiction des séries chronologiques des sondages. Cette méthode a l’avantage d’utiliser toute l’information disponible, y compris l’évolution des estimations, et d’évaluer également le biais en faveur ou à l’encontre d’un candidat ou de tendances politiques. D’autres mesures ont été proposées, en Grande Bretagne (Jowell, Hedges, Lynn, Farrant et Heath, 1993), en Irlande (McElroy et Marsh, 2003) et au Québec (Durand, Blais et Vachon, 2001) pour les élections législatives dans les systèmes électoraux de type parlementaire. L’écart entre le vote et les sondages de la dernière semaine – en l’absence d’événements majeurs durant cette période – ou les derniers sondages publiés par chaque institut de sondage demeure un critère quasi-universel. Au niveau collectif, la moyenne des sondages est utilisée alors qu’au niveau individuel, la performance de chaque institut peut être mesurée par le fait que ses estimations se situent à l’intérieur de la marge d’erreur ou ne se différencient pas significativement des estimations des autres sondages effectués durant la même période.

Tableau 1 : Sondages publiés durant la dernière semaine avant le premier tour

Tableau 1 : Sondages publiés durant la dernière semaine avant le premier tour

7Cet article concentre son attention sur le premier tour de l’élection présidentielle de 2007 et sur les sondages de la dernière semaine, soit 12 sondages réalisés entre le 13 et le 20 avril et publiés à partir du 16 avril. Ces sondages et les estimations faites pour les quatre principaux candidats sont présentés au tableau 1. D’autres analyses ont examiné plus spécifiquement les prédictions des séries chronologiques (Durand, 2007b, soumis) et les sondages effectués pour le deuxième tour.

Que s’est-il passé en 2007 ?

  • 3  Un seul sondage a mal prédit l’ordre d’arrivée, faisant passer Le Pen devant Bayrou en troisième p (...)

8Lors de l’élection présidentielle de 2007, l’ordre d’arrivée des quatre principaux candidats – Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal, François Bayrou et Jean-Marie Le Pen – a été généralement bien prédit3, ce qui a amené les instituts français – tout comme les médias commanditaires des sondages – à pousser un soupir de soulagement. Que révèle toutefois un examen scrupuleux des estimations ?

Tableau 2 : Comparaison des sondages de la dernière semaine avec les résultats de l’élection (premier tour)

Tableau 2 : Comparaison des sondages de la dernière semaine avec les résultats de l’élection (premier tour)

9Le tableau 2 présente une comparaison des résultats de l’élection au premier tour et de la moyenne des estimations des sondages de la dernière semaine. Chez les candidats de la gauche, le vote pour Ségolène Royal, seul candidat majeur, est sous-estimé de près de deux points (1,8), contrairement aux autres candidats de la gauche, tous assez bien estimés, dont les parts de vote varient de moins de 1% (Schivardi) à un peu plus de 4% (Besancenot). Par contre, chez les candidats associés à la droite, Le Pen est fortement surévalué de 3,8 points en moyenne, alors que Sarkozy est sous-évalué dans les mêmes proportions, soit 3,2 points. Bayrou, situé plutôt au centre, est très bien évalué, tout comme les deux autres candidats de la droite. Par contre, au total, la répartition de l’électorat entre la gauche et la droite est très bien estimée.

10Si on compare ces résultats à ceux de 2002 (Durand et al., 2004), on remarque à la fois une estimation nettement meilleure de la répartition droite-gauche et une moins bonne estimation de la part du vote des principaux candidats. En effet, en 2002, la droite était sous-estimée de 5,6 points, mais l’erreur d’estimation était concentrée sur le vote Le Pen (-4,2 points). A gauche, la surestimation était généralement répartie entre les candidats sauf pour Jospin, surévalué de 1,8 points. Il faut donc conclure que, tant pour Le Pen que pour Royal (comparée à Jospin), l’erreur d’estimation en 2007 est aussi importante mais en sens inverse qu’en 2002 et qu’en plus, le vote pour le principal candidat, Sarkozy, est sous-estimé.

Tableau 3 : Comparaison des écarts entre les quatre principaux candidats dans les sondages de la dernière semaine avec les résultats de l’élection (premier tour)

Tableau 3 : Comparaison des écarts entre les quatre principaux candidats dans les sondages de la dernière semaine avec les résultats de l’élection (premier tour)

11Le tableau 3 montre les résultats de la comparaison de la moyenne des écarts entre les quatre principaux candidats dans les sondages publiés durant la dernière semaine et les résultats de l’élection. Il permet de constater que ce sont les écarts entre le vote Le Pen et les votes pour les autres candidats qui sont, de loin, les plus sous-estimés, de 6,8 points pour l’écart entre Sarkozy et Le Pen et de 5,5 points pour l’écart entre Royal et Le Pen. En comparaison, en 2002 (Durand et al., 2005), les écarts avec le vote Le Pen avaient été fortement surestimés, de 6 points pour l’écart entre Jospin et Le Pen et de 4,3 points pour l’écart entre Chirac et Le Pen.

12Ces résultats confirment les autres analyses effectuées (voir Durand, 2007a, 2007b, soumis) : les prédictions issues des séries chronologiques montrent de la même manière que c’est l’estimation du vote Le Pen qui était et demeure la plus problématique pour les instituts de sondage français et que les estimations du vote pour les principaux candidats en 2007 n’étaient pas meilleures qu’en 2002.

  • 4  La loi française oblige les instituts de sondage à déposer un ensemble d’informations sur chacun d (...)

13La question se pose : Comment une méthodologie similaire peut-elle produire une forte sous-estimation du vote d’extrême droite en 2002 et une forte surestimation du même vote à l’élection suivante en 2007 ? Est-il possible que le problème d’estimation – quelle que soit sa cause – se soit résorbé au point de provoquer un problème inverse ? Les données déposées par les instituts de sondage auprès de la Commission des sondages4 permettent d’examiner cette possibilité.

Les échantillons sont-ils biaisés ?

  • 5  Il s’agit ici de la réponse donnée par les répondants à la question portant sur leur vote à l’élec (...)

14Pour examiner cette question, nous avons recueilli, pour chacun des instituts, les fiches techniques déposées à la Commission des sondages et ce, pour un sondage effectué durant la dernière semaine avant le premier tour de l’élection. Cinq des six instituts ont déposé auprès de la Commission les informations sur la reconstitution du vote au premier tour de l’élection présidentielle de 20025, ce qui donne une bonne indication des biais possibles des échantillons. Le tableau 4 donne, pour chaque regroupement de candidats, la moyenne, le minimum et le maximum de proportion de vote déclaré. Il permet de constater qu’en moyenne le vote pour la gauche modérée est fortement sur-déclaré (+7,5 points) et le vote pour l’extrême droite sous-déclaré (-8,2 points). Par ailleurs, cette situation est similaire pour les cinq instituts de sondage, les variations étant minimes.

Tableau 4 : Écart entre le vote déclaré et le vote réel au premier tour de l’élection présidentielle de 2002 dans cinq sondages réalisés durant la dernière semaine avant le premier tour en 2007

Tableau 4 : Écart entre le vote déclaré et le vote réel au premier tour de l’élection présidentielle de 2002 dans cinq sondages réalisés durant la dernière semaine avant le premier tour en 2007

15De même, les reconstitutions du vote au premier tour de l’élection de 2007 dans les jours qui ont suivi ce vote montrent une sous-estimation du vote pour Le Pen (Durand, 2007b, soumis). Ainsi, pour les trois instituts pour lesquels cette information était disponible, dans les sondages réalisés le soir même ou le lendemain de l’élection, de 3,3% à 7,1% des répondants déclarent avoir voté pour Le Pen et dans ceux réalisés deux semaines plus tard à la veille du deuxième tour, de 4,2% à 5,6%; rappelons que Le Pen a recueilli 10,4% des voix. Ces mêmes biais apparaissaient dans la reconstitution du vote de premier tour de 2002 en mai et en juin 2002 (Durand et al., 2005) : Alors que Le Pen avait recueilli 19,2% du vote, les reconstitutions variaient entre 7,8% et 11,1% durant le mois suivant le vote. Les biais des échantillons semblent donc assez similaires.

16Ces constatations permettent d’écarter l’hypothèse d’un problème lié à la mémoire du vote – puisque la déclaration du vote Le Pen est tout aussi mauvaise dans les jours qui suivent le vote que cinq ans plus tard – et doivent nous amener à chercher l’explication dans des facteurs méthodologiques ou sociologiques. On peut donc penser que la méthode, à peu près identique pour toutes les firmes, n’a pas beaucoup changé entre 2002 et 2007, et est responsable des résultats. Toutefois, contrairement à ce qui s’est passé en 2002, il y a en 2007 une différence entre les estimations des différents instituts (Durand, 2007a, 2007b, soumis).

Questions sur les quotas

17Il y a eu de nombreux débats sur les mérites respectifs de la méthode des quotas et de la méthode aléatoire dans la constitution des échantillons, débat qui s’est conclu, pour ce qui est des sondages académiques et gouvernementaux, par l’adoption de la méthode aléatoire, seule méthode conforme à la théorie statistique. Toutefois, pour ce qui est des sondages commerciaux, la méthode des quotas s’est maintenue, de façon plus ou moins ouverte, et ce dans la plupart des pays (Taylor, 1995), principalement pour deux raisons. D’une part, à l’époque où les sondages se faisaient en face à face, la méthode des quotas permettait de récolter les informations de façon plus efficiente et rapide que la méthode aléatoire. D’autre part, à une époque où les comportements de vote étaient très liés à la classe sociale, le fait de s’assurer d’une bonne représentation des divers segments de la société semblait garant d’une meilleure estimation de l’intention de vote. En passant au sondage téléphonique, la tendance a été de simplement adapter les méthodes utilisées en face à face.

18La méthode actuellement utilisée en France n’est pas une méthode de quotas « pure » mais plutôt une méthode d’échantillonnage probabiliste avec quotas puisque l’échantillon de départ est probabiliste et que les quotas orientent la sélection dans les ménages. L’examen des fiches techniques déposées à la Commission montre que les quotas semblent parfaitement respectés ou presque, du moins formellement, puisque l’on ne peut pas vérifier que les interviewers font bien leur travail et ne font pas des entorses à l’occasion. Toutefois, malgré cela, pour les trois instituts pour lesquels nous avons obtenu les informations, la structure de l’échantillon montre qu’il existe une très forte sous représentation des personnes moins scolarisées. Celle-ci est concurrente à la sous représentation du vote déclaré pour Le Pen constatée plus haut. Ceci va dans le sens de plusieurs études (voir entre autres, Mayer, 2002; Le Hingue, 2003) qui ont montré que les répondants moins scolarisés sont plus susceptibles de déclarer avoir voté Le Pen ou avoir l’intention de voter pour lui.

19Deux hypothèses découlent de ces constatations. D’une part, on peut mettre en cause les critères utilisés pour les quotas qui ne garantiraient pas – ou ne garantiraient plus – une bonne représentation sociodémographique de la population, du moins en ce qui a trait au niveau d’éducation. D’autre part, on peut penser que, dans les faits, les quotas ne sont pas respectés et que c’est ce qui apparaît dans les informations sur le niveau de scolarité. Ces biais sont similaires à ceux constatés dans les sondages électoraux britanniques réalisés avec des quotas (Curtice et Sparrow, 1997). D’autres recherches seraient nécessaires pour examiner ces hypothèses. Par ailleurs, il y a d’autres aspects de la méthodologie des sondages qui peuvent expliquer ces biais et qui méritent également notre attention dont la méthode utilisée pour sélectionner les numéros de téléphone (inclusion ou non de numéros sur liste rouge), la durée du terrain d’enquête et le nombre de rappels effectués pour rejoindre les ménages, ainsi que la pondération et les redressements utilisés.

Questions sur les redressements

  • 6  A cette étape, il faudrait normalement décider de la manière de traiter les personnes qui n’ont pa (...)

20Tous les instituts français redressent les données en fonction du vote déclaré à une ou plusieurs élections précédentes. Le tableau 4 a présenté les résultats pour le vote déclaré au premier tour de l’élection présidentielle de 2002. C’est à partir de ces données et de données recueillies pour d’autres élections – régionales, législatives, européennes, référendaires – que l’on procède à des ajustements de façon à refléter le vote réel6, soit à chaque élection séparément, soit pour l’ensemble des élections conjointement en utilisant un processus itératif. De plus, certains instituts tiennent également compte des réponses aux questions portant sur la probabilité que le répondant aille voter ainsi que sur la certitude déclarée de son choix. Ces méthodes ne sont pas spécifiques à la situation française : Le redressement par le vote antérieur avait été recommandé par Curtice et Sparrow (1997) comme « remède » au biais des échantillons par quotas et certains instituts américains utilisent ce qu’ils appellent un « Likely voter model » similaire au modèle français.

21Toutefois, ce qui distingue la France, c’est la pratique de certains instituts consistant à sélectionner, parmi les divers redressements basés sur divers votes antérieurs déclarés pris séparément, ainsi que sur la probabilité de vote et la fermeté du choix, les estimations jugées les plus plausibles. Ainsi, les estimations publiées pour un même sondage peuvent provenir, selon les candidats, de redressements différents et ces choix varient selon les sondages. Dans ces cas, les résultats publiés ne sont donc généralement pas le fruit d’un processus d’estimation reproductible. Ils résultent plutôt d’une appréciation des résultats basée sur diverses estimations produites et sur l’analyse politique faite par le sondeur. Il s’agit d’une fusion des étapes de production et d’interprétation des données. Les instituts justifient cette pratique par la nécessité de lisser les évolutions de sorte de ne pas alerter inutilement la population en laissant croire à des mouvements brusques de l’opinion (voir Commission des sondages, rapport annuel 2002).

22Quelles sont les conséquences de ces pratiques ? Comme toutes les estimations, les déclarations de vote antérieur varient normalement de la même manière que celles de l’intention de vote. En redressant en fonction du vote antérieur déclaré, on atténue automatiquement les variations dans la mesure de l’intention de vote, créant ainsi une impression de précision dans les estimations nettement plus forte que la précision réelle.

23Enfin, en redressant en fonction du vote déclaré, on agit comme si le problème relevait uniquement d’un biais d’échantillon − les personnes ayant voté Le Pen n’ont pas été interviewées − mais non d’un biais de sous déclaration ; elles ont été interviewées mais soit n’ont pas révélé leur vote ou ont révélé un vote différent. On postule également que ceux qui déclarent avoir voté Le Pen se comportent de la même manière que ceux qui, ayant voté Le Pen, n’ont pas été rejoints ou n’ont pas révélé leur vote. Or, si cette hypothèse n’est pas avérée, en redressant ainsi les répondants qui déclarent avoir voté Le Pen, on peut amplifier le biais plutôt que le réduire. Cette possibilité, de même que la sélection des estimations opérée par les instituts, apparaissent comme les principales hypothèses d’explication du fait qu’une sous estimation du vote Le Pen en 2002 s’est transformée en surestimation en 2007 et ce, malgré des biais d’échantillon qui paraissent similaires.

En conclusion

24Quels que soient les indicateurs utilisés, une seule conclusion peut être tirée de l’analyse des sondages électoraux de l’élection présidentielle de 2007 en France. Il n’y a pas d’amélioration notable dans l’estimation des principaux candidats par rapport à 2002 ; par contre, contrairement à 2002, la répartition droite-gauche est très bien estimée. Par ailleurs, l’estimation du vote Le Pen demeure le talon d’Achille des instituts français. Il y a peu d’indices de changements majeurs dans les méthodes utilisées, les échantillons sous estimant toujours fortement le vote Le Pen déclaré. Par contre, il y a une moins grande homogénéité dans les estimations des sondeurs (Durand, 2007, soumis).

25En France, comme ailleurs, lorsque les sondages électoraux se trompent de façon importante, il y a une tendance à jeter la pierre aux répondants qui, selon certains, mentiraient aux sondages. Quoique, dans le cas du vote d’extrême droite, il est permis de penser qu’il y a une certaine tendance à la sous-déclaration, il est quand même important de tenter de comprendre les raisons d’une telle situation et de tenter de la contrer ou sinon, d’évaluer son ampleur. Les sondages électoraux constituent un terrain d’opportunité pour mieux comprendre l’impact des méthodes, du mode de sélection de l’échantillon, des quotas, ainsi que de la non-réponse. Le développement d’une meilleure collaboration entre chercheurs et instituts pourrait permettre d’en tirer un meilleur parti à l’avantage de tous et de développer des méthodes scientifiques valides pour mieux estimer l’intention de vote (voir à cet égard la tentative de solution proposée par Bachelet, 2007).

26Par ailleurs, les sondages électoraux sont soumis, comme aucune autre méthode d’enquête sociale, à des forces politiques et médiatiques qui exigent non pas un résultat à l’intérieur de la marge d’erreur, non pas une analyse rigoureuse et prudente, mais des résultats d’une précision que la méthode elle-même ne permet pas. Ces pressions ont sans doute contribué aux dérives actuelles. Il est très difficile dans ce climat de sortir du guêpier dans lequel se sont empêtrés les instituts. La solution dépasse largement la bonne volonté des instituts et doit être posée en termes méthodologiques et sociologiques.

Haut de page

Bibliographie

Bachelet, Daniel (2007), “Propositions de nouvelles méthodes pour estimer les intentions de vote : Application au duel Le Pen – Jospin dans le premier tour de l’élection présidentielle de 2002”, Revue française du marketing, février 2007, 11–30.

Blais, André (2004), “Y a-t-il un vote stratégique en France ?”, dans Bruno Cautrès et Nonna Mayer (sous la direction de), Le nouveau désordre électoral: les leçons du 21 avril 2002, Paris : Presses de Sciences Po.

Cautrès, Bruno et Nonna Mayer (2004), Le nouveau désordre électoral : les leçons du 21 avril 2002, Paris : Presses de Sciences Po.

Commission des sondages (2002), Rapport annuel 2002, http://www.commission-des-sondages.fr/

Curtice, John and Nick Sparrow, (1997), “How Accurate Are Traditional Quota Opinion Polls?”, Journal of the Market Research Society, 39, 433-448.

Durand, Claire (2007a), “1French Polls and the Aftermath of 2002”, Wapor Newsletter, 2nd quarter, 2007.

Durand, Claire (2007b), La méthodologie des sondages préélectoraux français, a-t-elle changé ?, présenté au Colloque francophone sur les sondages, Marseille, France, 5 novembre 2007, disponible sur http://www.mapageweb.umontreal.ca/durandc/

Durand, Claire (soumis), 1The Polls of the 2007 French Presidential Campaign: Were Lessons Learned from the 2002 Catastrophe?, 29-page manuscript.

Durand, Claire, André Blais and Mylène Larochelle (2005); “The Polls of the French Presidential Election: An Autopsy”, Public Opinion Quarterly, 68 (4) 602-22.

Durand, Claire, André Blais et Mylène Larochelle (2004), “Sondages et estimation du vote: une analyse de l’élection présidentielle française de 2002”, dans Ardilly, P. (sous la direction de), Échantillonnage et méthodes d'enquêtes,Dunod Editeur, Paris, 313–320.

Durand, Claire, André Blais and Sébastien Vachon. (2001), “A Late Campaign Swing of the Failure of Polls: The Case of the 1998 Quebec Election”, Public Opinion Quarterly, 65 (1) 108-23.

Jowell, Roger, Barry Hedges, Peter Lynn, Graham Farrant, and Anthony Heath (1993), “The 1992 British Election: The Failure of the Polls”, Public Opinion Quarterly, 57 (2) 238-63.

1Lau, Richard R. (1994), “An Analysis of the Accuracy of ‘Trial Heat’ Polls During The 1992 Presidential Election”, Public Opinion Quarterly, 58, 2-20.

Le Hingue, Patrick (2003), “L’objectivation statistique des électorats : que savons-nous des électeurs du Front National?”, in Jacques Lagroye (sous la direction de), La politisation, Paris, Belin, 147-278.

Mayer, Nonna (2002), Ces Français qui votent Le Pen, Paris, Flammarion.

1McElroy, Gail and Michael Marsh, (2003), “Why the Opinion Polls Got it Wrong in 2002”, in Michael Gallagher, Michael Marsh and Paul Mitchell (editors), How Ireland Voted 2002, London, Palgrave, 159-176.

Mitofsky, Warren J. (1998), “The Polls - Review: Was 1996 a Worse Year for Polls than 1948?”, Public Opinion Quarterly, 62 (2) 230-49.

Perrineau, Pascal et Colette Ysmal (sous la direction de) (2003), Le vote de tous les refus: les élections présidentielles et législatives d’avril-mai, Paris, Presses de Sciences Po.

Taylor, Humphrey (1995), “Horses for Courses: How Survey Firms in Different Countries Measure Public Opinion with Different Methods”, Journal of the Market Research society, 37 (3) 211-219.

Traugott, Michael W. (2001), “Assessing Poll Performance in the 2000 Campaign”, Public Opinion Quarterly, 65 (3) 389-419.

Traugott, Michael W. (2005), “The Accuracy of the National Preelection Polls in the 2004 Presidential Election”, Public Opinion Quarterly, 69 (5) 642-654.

Haut de page

Notes

1  Les élections présidentielles françaises comportent deux tours. Seuls les deux candidats qui recueillent le plus de voix peuvent participer au deuxième tour.

2  La part du vote récoltée par les quatre principaux candidats lors de l’élection présidentielle de 2002 en France était de 61,6% et de 86,1% en 2007, alors que, dans le cas américain, les deux principaux candidats totalisent généralement près de 100% du vote.

3  Un seul sondage a mal prédit l’ordre d’arrivée, faisant passer Le Pen devant Bayrou en troisième place. Il s’agit du dernier sondage de la firme CSA.

4  La loi française oblige les instituts de sondage à déposer un ensemble d’informations sur chacun des sondages électoraux publiés. Ces informations sont analysées par des spécialistes qui peuvent faire des observations sur la fiabilité des estimations publiées. Depuis 2002, une partie des informations déposées sont accessibles à tout citoyen en faisant la demande.

5  Il s’agit ici de la réponse donnée par les répondants à la question portant sur leur vote à l’élection présidentielle précédente.

6  A cette étape, il faudrait normalement décider de la manière de traiter les personnes qui n’ont pas voté à l’élection précédente ou qui disent ne pas se souvenir de leur vote. Nous n’avons pu trouver aucune information sur ces questions dans les fiches techniques déposées à la Commission des sondages.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Sondages publiés durant la dernière semaine avant le premier tour
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/1357/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 2 : Comparaison des sondages de la dernière semaine avec les résultats de l’élection (premier tour)
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/1357/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 3 : Comparaison des écarts entre les quatre principaux candidats dans les sondages de la dernière semaine avec les résultats de l’élection (premier tour)
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/1357/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 4 : Écart entre le vote déclaré et le vote réel au premier tour de l’élection présidentielle de 2002 dans cinq sondages réalisés durant la dernière semaine avant le premier tour en 2007
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/1357/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Durand, « La méthodologie des sondages électoraux de l’élection présidentielle française de 2007 », Bulletin de méthodologie sociologique, 97 | 2008, 5-17.

Référence électronique

Claire Durand, « La méthodologie des sondages électoraux de l’élection présidentielle française de 2007 », Bulletin de méthodologie sociologique [En ligne], 97 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://bms.revues.org/1357

Haut de page

Auteur

Claire Durand

(Département de sociologie, Université de Montréal; Claire.Durand@umontreal.ca)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© BMS

Haut de page
  • Revues.org