Navigation – Plan du site

L’enquête d’opinion dans l’étude des pratiques sportives de montagne

Jean Corneloup
p. 18-42

Résumés

En référence à la théorie des conflits développée par J.-P. Pagès, une recherche a été menée sur les pratiques sportives de montagne. Le propos consiste à construire les structures de l’opinion sportive en montagne en vue de mieux comprendre les jeux d’opinion concernant la gestion de cet espace de pratique. Au-delà de la présentation des variables explicatives de ces différences, l’article présente le cadre théorique et méthodologique à partir duquel l’enquête a été réalisée. S’inscrivant dans une perspective constructiviste, la formulation des questions d’opinion nécessite la maîtrise d’une procédure méthodologique particulière que nous présentons.

Haut de page

Texte intégral

1Dans la perspective de mieux comprendre les relations qui peuvent exister entre les usages sportifs de la montagne et les valeurs exprimées par les pratiquants lorsqu’on les interroge sur la gestion de cet espace de nature, une enquête d’opinion a été réalisée. L’objectif consiste à montrer l’existence de structures de l’opinion sportive en montagne qui participe grandement au façonnage du regard porté sur cet espace de pratique. Si la nature est bien souvent perçue comme un lieu de loisir où le pratiquant cherche à s’inscrire dans un ailleurs compensatoire (Piole, 1993) riche en émotions et en divertissements, on ne peut sous-estimer la présence de nombreux conflits et controverses qui engagent l’usager, à partir de la position qu’il prend, dans une certaine vision de la pratique, de la nature, de son aménagement et de sa fonction. La montagne doit ainsi se saisir comme un espace social où la définition de la pratique légitime au sens de Bourdieu (1987) ne va pas de soi et est l’objet de nombreuses tensions entre pratiquants, entre acteurs, et entre pratiquants et acteurs.

2Partant du principe que la vérité scientifique est le produit d’une construction théorique et méthodologique en sciences sociales (Berthelot, 1990 ; Champagne, 1989), le propos consiste à présenter la procédure à partir de laquelle nous avons fabriqué notre objet sociologique. S’inspirant de la théorie des conflits de Pages (1999), un ancrage paradigmatique s’affirme à partir duquel nous envisageons la lecture de ces pratiques sportives. Pour exposer notre procédure de recherche, la démarche partira de la présentation de notre cadre théorique à partir duquel il est possible d’envisager la définition de notre méthodologie. Puis, quelques résultats seront diffusés et analysés permettant d’observer les jeux d’opinion en montagne et les structures émergentes qui s’en dégagent. De celles-ci, des prolongements seront effectués en vue de montrer les correspondances existantes entre les structures de l’opinion sportive et les styles sportifs en montagne.

Cadre théorique et méthodologique

3L’approche proposée consiste à faire le lien entre le cadre théorique et méthodologique pour éviter de penser qu’il n’existe qu’une seule manière de produire des données d’enquête et pour prendre ses distances avec les égarements du « méthodologisme quantitativiste » (Champagne, 1989), très en vogue en science politique et en marketing.

Le cadre théorique

4L’étude des opinions sportives nécessite d’effectuer un détour théorique sur la manière d’envisager la construction des représentations sociales, au sens où en parle Abric (2003). Celles-ci correspondent à un processus au carrefour de multiples forces qui participent à orienter la prise d’opinion. Dès lors, l’objectivité du réel n’existe pas dans la façon de penser la décision (Berthoz, 2003), nécessitant de limiter la place accordée aux approches cognitives et à la lecture du réel. Les représentations sont des constructions sociales qui participent à façonner le réel en fonction de la réalité vécue (qui dépend des expériences de vie, des émotions et des connaissances assimilées), de la réalité transmise par les acteurs (médias, leaders d’opinion, experts, ….) ou encore de la réalité sociale issue des échanges avec le public et des informations transmises sur leurs opinions. Le processus décisionnel, lorsqu’il s’agit d’exprimer son opinion sur un sujet, renvoie donc à un jeu complexe que l’on peut illustrer à partir du schéma constructiviste de J.-P. Pages (figure 1). Dépassant les approches behavioristes, déterministes et cognitives, le propos consiste à redonner de l’importance à cette idée de co-production de la représentation à partir du moment où l’individu est considéré comme un acteur dans la manière dont il produit des valeurs, tout en étant engagé dans des champs de force multiples avec lesquels il doit composer. D’une part, l’opinion n’est pas figée. Elle peut évoluer et changer au cours du temps en fonction des conjonctures, des contextes sociaux et des trajectoires individuelles. D’autre part, l’individu est pensé comme étant situé dans un champ de symboles au sein duquel il doit choisir ceux qui l’attirent et rejeter les autres. Ce jeu d’attirance et de répulsion permet à l’individu de se situer en composant son univers symbolique de référence. On considère que la décision n’est pas une démarche strictement rationnelle au sens Coleman du terme (Coleman, 1990), ni réductrice à une approche exclusivement cognitiviste (Boudon, 2003). Dès lors, il semble préférable de limiter les entrées techniciennes et de favoriser une entrée par les représentations sociales en référence à Abric (2003) pour saisir les opinions publiques.

Figure 1 : Approche constructiviste de l’opinion

Figure 1 : Approche constructiviste de l’opinion

Pagès, 1991.

5La perspective théorique consiste à envisager les discours et les opinions émis par le public comme étant la traduction des forces symboliques qui circulent à un moment donné dans la société via les imaginaires, les histoires racontées, les évènements produits et les formes culturelles en circulation. Mais en même temps, l’opinion traduit une position sociale marquant la manière dont l’individu compose sa relation avec le social, les pratiques, l’économique et son milieu de vie. C’est dans cette interaction entre ciel et terre, entre forces symboliques et sociales que les représentations se construisent. Les valeurs, définissant une orientation du monde par rapport aux préférences symboliques et sociales affichées lorsque l’on invite l’individu à prendre position, expriment aussi bien les émotions, les affects, les sentiments que les intuitions ou l’approche discursive et rationnelle des choses.

6Cette manière d’aborder l’opinion prend ces distances avec le modèle, inspiré des travaux de Fishbein et Ajzen (1975) dans l’analyse des risques, et bien souvent appliqué en marketing en référence au modèle compensatoire utilisé dans l’étude du processus d’achat (Filser, 1994 ; Dubois, 1994). On sort d’une approche des enquêtes d’inspiration behavioriste, psychométrique et/ou cognitiviste qui envisagent l’opinion comme découlant d’attributs attachés à chaque objet de consommation ou d’attitudes vis-à-vis d’un comportement. Dans ce modèle, la lecture technicienne de la pratique sert de référence, considérant qu’il suffit de modifier les propriétés internes de l’objet concerné ou/et faire passer une communication plus convaincante (sur un plan rationnel) pour changer les opinions. Les représentations individuelles, bien souvent saisies comme des attitudes chez Fishbein, sont supposées dépendre essentiellement des croyances personnelles. Dans la manière de concevoir les enquêtes, on contraint l’individu à se glisser dans le moule du technicien quand on l’incite en le questionnant à formaliser son savoir à travers la batterie d’arguments-attributs. Les importances accordées à chaque attribut sont censées relever des valeurs. Bref, cette approche techniciste et mécaniste, observant le public comme une agrégation suspecte d’individualités, est bien loin de l’approche que nous proposons ici.

7La définition des valeurs, dans une perspective relativiste, dépend dès lors de choix que l’individu fera en fonction des préférences qui sont les siennes, par rapport à un ensemble de propositions présentes dans l’espace des opinions. Derrière la lecture technicienne des opinions liés à des sujets conflictuels (sécurité, aménagement, nature, financement, compétition, accès, public, …) s’observe la présence d’une économie des rôles au sein de laquelle ces opinions se transforment en biens, producteurs de controverses entre différentes parties prenantes, en fonction des positions occupées au sein de ce champ et des enjeux existants. Dès lors, le « réel », tel que l’envisage le technicien, ne constitue plus l’essentiel de ce qu’on a appelé « la réalité transmise ». On se situe sur un « marché », au sens de Bourdieu : les arguments développés par le public expriment les valeurs des individus en fonction des différents symboles qui circulent dans l’univers de cette pratique, des sensibilités issues des expériences vécues et des jeux acteurs-publics. Les objets politiques de la pratique se transforment ainsi en biens d’échange sur le marché sportif de la montagne, producteur de débats et de controverses autour de la définition légitime de la pratique. Le détour par l’économie des rôles (figure 2) permet ainsi de rendre compte de la situation sociale au sein de laquelle l’opinion se façonne.

Figure 2 : Schéma de l’économie des rôles

Figure 2 : Schéma de l’économie des rôles

Pagès, 1991.

  • 1  Les processus politiques sont construits autour d’échanges entre acteurs (1), entre acteurs et pub (...)

8La gestion de la montagne sportive ressemble à une économie des rôles où des acteurs (prestataires, fédérations, stations sportives, …) et des publics (locaux, touristes, pratiquants de proximité), via différents médias, s’ajustent pour définir la pratique et l’espace de pratique légitimes. Les biens sportifs matériels (pratiques, prestations, services, aménagement, vestimentaires, …) et symboliques (images, revues, livres, discours, récompenses) constituent l’ensemble des biens qui s’échangent sur le marché de la montagne via les territoires de pratique. Des jeux de lutte sont ainsi présents au sein de ce système entre acteurs, entre publics et entre acteurs et publics en vue de la définition de l’orientation sportive, technologique ou culturelle de ces espaces de pratique. Des conflits émergent via les médias (scène publique, revues de montagne, radios, télévision, …) autour de la définition du marché économique, de l’organisation des pratiques, de l’aménagement de la nature ou encore des formes sécuritaires acceptables. Ils produisent de la controverse à partir du moment où des différences apparaissent dans la manière de concevoir le fonctionnement de cet ensemble. Bref, c’est dans un ajustement perpétuel entre les trois processus de ce système1 via les médias que se construit la dynamique de cet ensemble autour d’un principe de construction/déconstruction.

9L’opinion montagnarde exprime une force sociale et symbolique que l’on doit intégrer dans la gestion de ces espaces pour améliorer les procédures décisionnelles (Corneloup et al, 2001) en favorisant l’expression des différences lors de la mise en place d’une démocratie participative et de scènes délibératives. Ces différences d’opinion vont émerger entre pratiquants concernant l’approche sécuritaire, par rapport aux comportements des autres ou encore concernant l’aménagement de la montagne. Le propos consiste à construire et à rechercher ces structures de l’opinion sportive en montagne qui permettent d’observer les jeux d’oppositions entre groupes de pratiquants dans la manière de penser la montagne. Les symboles présents dans les prises de position portant sur certains thèmes en débat permettront aux publics d’exprimer les valeurs qui sont les siennes au sein de l’espace des opinions sportives de la montagne. Ces valeurs se profilent (par différence) en fonction du poids que l’on accorde à certains symboles par rapport à d’autres. L’agrégation de symboles, proches les uns des autres, forme un méta-symbole qui permet de révéler une force symbolique autour de laquelle certains publics se lient. L’opinion sur la montagne se construit ainsi en fonction des attirances et des répulsions que l’on exprime par rapport aux symboles qui circulent au sein de l’espace des représentations de la montagne. La théorie des conflits formulée par Pages (Pages et Ansel, 1996) permet d’envisager les opinions comme des variables productrices de différences sociales permettant à partir d’un questionnaire d’extraire les méta-symboles actifs dans la déclinaison des structures symboliques de l’opinion.

Cadre méthodologique

10La production du questionnaire a pour fonction d’évaluer la valeur des thèmes actifs dans la constitution des opinions sportives en montagne et des structures qui y sont attachées, tout en observant les relations existantes avec les styles sportifs. La réalisation d’une A.C.P. (analyse en composantes principales) permet à la fois d’observer les axes (composantes principales) organisateurs du cercle de corrélation et les liens existants entre cette structure et les variables stylistiques et sociales présentes sur le plan principal. La réalisation du questionnaire doit ainsi intégrer ces deux parties qui sont construites sur le même principe. A chaque fois, il s’agit de proposer à l’individu un ensemble de propositions qui lui permettront de décliner son choix sur le « marché » des biens présentés selon une procédure quanti-quali. Que ce soit pour les mots affectionnés (approche sémiométrique), les actions réalisées en montagne et les opinions sportives exprimées, la démarche est identique (cf. annexe 1). Au niveau des réponses, l’utilisation de l’échelle de Likert en cinq points permet d’apprécier le degré d’accord sur les thèmes d’opinion (en négatif ou en positif) ; une échelle de notation en cinq points sur les pratiques et actions réalisées permet d’évaluer le degré d’investissement ; enfin, une échelle de notation en 10 points sur les mots affectionnés (peur, froid, émotion, jeu, …) indique la sensibilité de l’enquêté aux figures de l’imaginaire attachées à la pratique de la montagne.

Annexe 1 : Formulation des questions d’enquête quanti-quali

Annexe 1 : Formulation des questions d’enquête quanti-quali

Annexe 1 (suite)

Annexe 1 (suite)

11Si cette procédure, sur un plan statistique, est assez classique et fait l’objet de nombreux écrits (Loubet, 1989), bien souvent l’évocation de la démarche pour constituer les thèmes d’enquête est contournée. Cependant, on peut penser que celle-ci est fondamentale pour produire les structures de l’objet sociologique étudié. Faisant le détour par une problématique de recherche qui permet de poser notre cadre théorique, la priorité est donnée au constructivisme méthodologique dans la manière de façonner le questionnaire (Lahire, 2002 ; Bourdieu, 2001) et les thèmes d’étude. C’est l’observation que l’on produit, en relation avec le cadre théorique élaboré, qui participe à créer le réel inscrivant la recherche dans une approche paradigmatique du social (Berthelot, 1990 et Corneloup, 2002).

12Considérant l’espace des opinions sportives comme étant organisé autour d’un jeu construit du mouvement et de la stabilité, et de la dramatisation et du compromis, en référence aux écrits de Pages (1991), la démarche consiste à rechercher les multiples sujets de controverses (aménagement, sécurité, comportements sociales, préférences culturelles, économie, services, …) qui participent à créer de la différence politique. Il importe alors d’avoir une connaissance fine du monde la montagne et des discours produits pour se rapprocher au plus près des dimensions socio-politiques discriminantes. La méthode consiste alors à effectuer une lecture assidue des médias spécifiques (revues spécialisées, journaux locaux, articles dans les médias nationaux) sur une période de deux ans avant l’enquête pour avoir une représentation la plus précise des thèmes de controverses évocateurs. A cela, la connaissance historique et conjoncturelle portant sur la dynamique des pratiques et des cultures sportives en montagne permet une vision globale de cet univers. Cette première partie permet ainsi de référencer un ensemble de thèmes que l’on décline ensuite sous une formulation ordinaire pour se rapprocher du langage commun. La référence aux formulations médiatiques des thèmes est intéressante pour avoir quelques points de repère sur la forme du discours porteur auprès du public.

13Les variables d’opinion définies doivent inviter le pratiquant à prendre position en évitant toute ambiguïté sur le sens de l’affirmation présentée, tout en se rapprochant des échanges publics tels qu’ils se produisent dans le quotidien. La procédure vise à favoriser la construction d’un référentiel sémantique adapté à la population étudiée pour limiter les biais communicationnels (Ghiglione, 1987). Dès lors, les propositions doivent être claires, courtes et percutantes quant à la signification du symbole évoqué, tout en respectant la procédure usuelle dans la formulation des questions d’enquête (Singly, 1992). On peut à titre d’exemple présenter quelques propositions : Il faut faire payer les secours en montagne ; la montagne est devenue une véritable poubelle ; les groupes deviennent envahissants ; les secours sont excellents en France, Pour la création de parcs loisir-aventure (tyrolienne, saut en élastique, jeux aériens), … Elles doivent présenter une vision élargie des débats sur la montagne en vue d’obtenir une distribution complète autour des axes de l’analyse factorielle. Par exemple, un mixage entre des thèmes positifs et négatifs s’impose pour éviter une sur-représentation de certaines dimensions.

14La deuxième partie de la méthode concerne l’évaluation des formulations auprès du public et des experts. La démarche, s’inspirant de la méthode établie par Thurstone (Loubet, 1989), consiste à faire échapper la construction de l’échelle à l’arbitraire d’un seul chercheur pour limiter la subjectivité de la procédure. Des tables rondes sont organisées pour tester la valeur des thèmes et des formulations proposées et pour inviter les participants à évoquer d’autres thèmes et formulations qui sembleraient absents dans le corpus présenté. Ces tables rondes fonctionnent sous la forme du débat et de la controverse permettant d’évaluer la force des propositions. Il importe alors d’avoir une représentation diversifiée des acteurs et des publics pour observer les jeux conflictuels produits. Considérant l’espace des opinions présenté dans le questionnaire comme un marché soumis à une régulation au sein de l’économie des rôles montagnarde, une procédure erratique est instaurée. Elle simule un espace des possibles, d’une part, en produisant une discussion entre acteurs lors de l’organisation de tables rondes en vue d’observer les thèmes de conflits évocateurs qui seront présents dans le questionnaire ; d’autre part, lors de l’administration du questionnaire, lorsque l’on invite les enquêtés à se positionner dans le jeu de l’attirance/répulsion de l’ensemble des thèmes de conflit présentés. L’enjeu consiste à sélectionner les propositions qui produisent le plus de controverses et donc de différences entre les individus, sans toute fois arriver à des positions retranchées représentantes uniquement les extrêmes.

15Mais comment administrer l’enquête permettant d’observer ces structures de l’opinion publique et d’exprimer la représentativité de la population de référence ? Partant du constat que la population sportive de référence n’est pas connue en montagne, il semble difficile d’appliquer le modèle probabiliste. Comment tendre alors vers une certaine objectivité dans la production de données ? Le principe consiste à interroger une diversité de pratiquants dans l’optique d’avoir une représentation la plus large des différents styles en vue de pouvoir construire les structures et faire émerger des corrélations. L’important ne se situe pas dans les pourcentages obtenus au niveau des tris à plat (les moyennes) mais dans les relations entre variables et les structures qu’elles manifestent (tris croisés, corrélations et analyse factorielle). L’enjeu porte sur la possibilité d’exprimer ces structures de l’opinion sportive en montagne révélant la présence de différences politiques entre groupes de pratiquant, de forces symboliques structurantes et de marquages sociaux et culturels qui permettent de comprendre ces positions politiques. Ce travail méthodologique permet de traduire nos concepts en variables (Boudon, 1969) à partir d’une approche spéculative et empirique des débats en montagne. L’objectivité produite à partir des données collectées permettra de valider un cadre de recherche inscrit au sein d’un paradigme scientifique en référence à une approche systémique, structuraliste et constructiviste (Pages, 1991). L’objectivité est donc relative à notre paradigme scientifique et elle s’exprime à partir d’un angle de vue et une focale de lecture du social (Lahire, 2002 ; Elias, 1986).

16Concernant les variables explicatives, situées sur le plan principal, la démarche consiste à trouver les indicateurs pertinents par variable permettant d’expliquer les différences sociales entre pratiquants et d’observer les corrélations significatives. La procédure consiste à travailler sur des grands nombres pour éviter les segmentations trop affinées et pour éviter une trop grande dispersion statistique, selon la procédure usuelle en sciences sociales (Combessie, 1996). Les variables présentées concernent un signalétique classique (sexe, CSP, âge, …), les actions affectionnées par les pratiquants (prendre des risques, contempler la nature, se lever tôt et partir en montagne, …), et les mots en référence à une approche sémiométrique qui expriment le mieux leur vision de la montagne (mort, souffrance, plaisir, affrontement, …). Là encore, la constitution de l’univers des mots évocateurs des symboles de la montagne et des actions sportives affectionnées présentant les univers culturels de la montagne nécessite un travail préalable pour saisir du mieux possible l’espace des styles de pratique. Toute une recherche historique et conjoncturelle a été réalisée pour observer la dynamique des cultures sportives en montagne et les jeux de différences entre styles de pratique (Corneloup, 1999).

  • 2  Pour limiter les effets de « contextualisation normative » (pression institutionnelle imposée par (...)

17Concrètement, le questionnaire a été administré durant l’été 2002 dans les Alpes françaises (administration directe). Sur un total de 2.000 questionnaires, 870 ont été retournés par courrier.2 Une fois la saisie effectuée, un traitement statistique a été réalisé à partir d’une ACP (analyse en composantes principales) et de différents tableaux de corrélation permettant d’observer les liens entre variables à expliquer et variables explicatives. Des tests de significativité ont été réalisés sur chaque tableau de corrélation dans la perspective d’évaluer le degré de corrélation entre variables. La probabilité affichée dans les tableaux présentés (annexes 2 et 3) est associée à un test de chi 2. Plus elle est petite, plus la liaison est considérée comme significative. Ajoutons la nécessité d’établir un plan statistique de traitement de données pour construire le plan principal et les tableaux en tris croisés imposant au préalable de réfléchir sur les variables stylistiques explicatives des opinions formulés et sur la limitation des indicateurs par variable.

Annexe 2 : Tranches d’âge et controverses montagnardes

Annexe 2 : Tranches d’âge et controverses montagnardes

Annexe 3 : C.S.P. et controverses montagnardes

Annexe 3 : C.S.P. et controverses montagnardes

Les résultats de l’enquête

  • 3  On peut regretter une polarisation trop forte des thèmes autour de ces deux méta-symboles. Pour un (...)

18En référence à l’ACP, deux méta-symboles, situés autour des axes principaux, structurent les débats entre pratiquants : la montagne ludique et la dramatisation écologique (figure 3). C’est autour de ces deux univers que s’organise le positionnement du public-pratiquant.3 On peut en quelques mots présenter la manière de lire cette ACP autour des deux graphiques qui la composent : le ciel (graphique supérieur) présente le cercle de corrélation au sein duquel va se répartir les symboles portés par les affirmations proposées dans l’enquête ; la terre (graphique inférieur) correspond aux variables du signalétique dans la perspective de préciser les liens avec le ciel par rapport à la distribution des symboles et avec les différentes variables (et indicateurs) présentés sur la terre. Schématiquement, on dira que les affirmations du quadrant 1 sur le ciel (définissant les symboles) correspondent aux positions des individus situés dans le quadrant 1 de la terre (les valeurs). Idem pour le quadrant 2, etc. Plus on s’éloigne du centre des graphiques, plus les variables sont signifiantes. L’important étant surtout d’observer les différences entre indicateurs d’une même variable (sexe, âge, CSP, …) répartis sur un graphique (la terre), et les liens entre les indicateurs des autres variables. Les oppositions en diagonal (quadrant 1 et 3, par exemple) étant les plus marquantes.

Les oppositions remarquables

19Les données récoltées permettent d’observer la présence d’une forte structuration des opinions autour de deux axes : montagne ludique versus montagne contemplative et conservatrice (1° axe) ; dramatisation écologique et sociale versus maintien des équilibres (2° axe). On peut succinctement présenter les forces symboliques qui composent ces axes en précisant que les propositions sont présentées sous la forme de libellés réduits.

  • 4  Cette observation s’appuie sur les données d’enquête issues des tris à plat qui expriment avec for (...)

20Les opinions autour de la montagne ludique (axe vertical supérieur) : plus de lieux de fêtes ; plus de pratiques culturelles et ludiques ; plus d’activités riantes : les sites ne sont pas assez sécurisés ; pas assez d’épopées et d’aventure ; pour des parcs aventure ;  « just do it », « no rule », « no limit » ; la montagne est trop réglementée, trop de contraintes ; sensations sans effort et contrainte ; montagne, univers de machos. Tout un discours est mis en avant pour demander un changement par rapport à l’existant. Une demande est ainsi formulée pour transformer la culture de la montagne, les produits proposés et les aménagements présents. Cette dimension, qui n’est pas dominante et qui ne caractérise pas l’opinion générale des usagers de la montagne aujourd’hui, exprime sans nul doute un ensemble de revendications de la part d’une frange de la population qui est attentive à l’innovation, à l’effervescence ludique et festive et qui est prête à s’ouvrir à de nouvelles dynamiques culturelles.4 Les dimensions free ride et libertine apparaissent fortement dans cette demande de prise de distance avec le monde institutionnel, avec les contraintes, avec la règle, avec l’univers machiste. La montagne conservatrice se présente par différence (axe vertical inférieur) en opposition à toutes ces variables du ludisme et de l’ouverture que l’on rejette.

21La dramatisation écologique (axe horizontal droit) : la montagne, une poubelle ; les étrangers se croient tout permis ; les groupes envahissants ; trop de monde, trop de bruit ; de plus en plus d’accidents : de plus en plus de conflits sur les sites ; interdire la compétition. Tout un groupe de pratiquants se retrouve autour d’une sphère symbolique exprimant le rejet de l’autre et la peur de voir la montagne devenir une poubelle. Leur seuil de saturation sociale est faible ; ce sont des adeptes de la montagne sauvage et éloignée du monde qui fustigent la sur-fréquentation et qui considèrent que les rapports entre les gens deviennent de plus en plus difficiles. Un effet de dramatisation est bien présent parmi ce public qui rejette tout ce qui peut favoriser l’augmentation des flux, des masses, des groupes et des collectifs et qui pense que la montagne est devenue une véritable poubelle. Par opposition, on retrouve, dans l’univers du « maintien des équilibres » situé sur l’axe horizontal gauche, les individus qui ne critiquent pas la montagne, qui ne dramatisent pas sur certains sujets et qui seront plutôt d’accord pour dire : les gens sont dans l’ensemble responsables, prudents et informés. Cette lecture s’oppose avec force à ceux qui disent : les accidents sont de plus en plus nombreux en montagne et qui expriment une saturation par rapport au surnombre et la dégradation de la nature, .... Bref, on est ici du côté des gens qui se soumettent à la réalité et qui sont pour le maintien des équilibres.

Positionnements sportif et imaginaire par rapport aux structures politiques

22De cette lecture des structures politiques de la montagne, on peut, en schématisant, observer trois univers politiques qui organisent les jeux de position autour des controverses de la montagne. Ces univers organisent les représentations des pratiquants de la montagne en fonction des attirances et des répulsions qu’ils expriment pour certains thèmes. Considérant ces thèmes comme des symboles qui attirent ou repoussent, ils permettent d’observer le « noyau central » des représentations par univers politique, si l’on suit la pensée d’Abric (2003) à partir du moment où un jeu de différences symboliques va organiser la lecture politique de la montagne. Ainsi, les libertins, les alarmistes et les traditionalistes composent ces univers que l’on peut observer d’un peu plus près à partir de la lecture des plans principaux. En approfondissant la lecture de ces données, on peut révéler les variables sociales et stylistiques qui permettent de mieux situer l’identité de ces groupes socio-politiques par rapport aux thèmes de débat.

23La pratique d’une activité ne semble pas neutre dans la définition des valeurs (figure 4). Des différences sont aussi à noter en fonction des modalités de pratique et de l’intensité de l’engagement. On observe, par exemple, que la randonnée se présente comme une activité fortement marquée politiquement dans le traditionalisme par opposition aux autres. De même, les valeurs ne sont pas les mêmes entre des grimpeurs pratiquant régulièrement et intensément, … La prise en compte des actions affectionnées (figure 5) permet d’observer combien les usages sportifs de la nature, exprimant la diversité des modalités de pratique, ne sont pas neutres quant aux opinions que l’on émet sur la gestion de la montagne. Les pratiques contemplatives et dilettantistes s’inscrivent dans l’univers politique de la tradition par opposition aux actions aventurières, touristiques et ludiques qui se situent dans l’univers libertin et alarmiste. Par exemple, les alarmistes se caractérisent par un engagement dans les profondeurs de la nature (immersion longue dans la nature, se lever tôt et aller en montagne, vivre comme un trappeur, faire bivouac, pratiquer lieux sauvages). Une forte correspondance existerait entre la position alarmiste exprimant la dramatisation écologiste et une pratique caractérisée par un engagement dans les profondeurs de la nature ; la lecture politique de la nature effectuée par les pratiquants entre ainsi en correspondance avec les actions qu’ils affectionnent.

Figure 4 : Plan principal des pratiques sportives

Figure 4 : Plan principal des pratiques sportives

Figure 5 : Plan principal des actions affectionnées

Figure 5 : Plan principal des actions affectionnées

24Poursuivant l’analyse, on peut noter la présence d’une « alliance » entre différents groupes de pratiquants (les aventuriers, les ludiques et les jeunes branchés) autour du changement qui s’opposent ainsi aux contemplatifs et aux dilettantistes, engagés dans le repli et la tradition. Cette proximité dans la déclinaison des valeurs autour de thématiques référentielles communes cache en même temps des divergences culturelles lorsque l’on observe les opinions différentes entre groupes de pratiques autour d’un même axe référentiel. L’étude sociale des opinions présentées dans la partie suivante permettra d’observer ces divergences confirmant la présence de noyaux centraux (Abric, 2003) propres à chaque groupe de pratiquant autour d’un même axe.

  • 5  On s’inspire ici des travaux d’Osgood (1979) lorsqu’il s’agit de poser l’attirance et la répulsion (...)
  • 6  Les travaux d’Abric (2003) ont montré que le contenu du « noyau central » des représentations ne c (...)

25A partir d’une approche « sémiométrique » (figure 6), on observe combien les configurations symboliques décrivant les représentations de leurs pratiques sportives en montagne sont des indicateurs pertinents dans la construction des opinions concernant la gestion de la montagne sportive.5 Les libertins s’approprient certains mots (sexe, vitesse, décalé, jeu, éclate, transgression, amusement) et les alarmistes (souffrance, extrême, mort, prise de risque, peur) par opposition aux traditionalistes qui s’inscrivent dans un univers plus religieux et classique par rapport à la symbolique de la montagne (contemplation, élévation, atmosphère, spiritualité, humilité, Dieu). L’ensemble de ces données permet de montrer que la prise de position des individus exprimant leurs opinions sportives portant sur la montagne est en relation avec les univers symboliques affectionnés. La manière de se représenter la montagne autour de cette opposition (ludisme/contemplation) et (engagement/contemplation) n’est pas neutre. Elle engage l’individu dans une vision politique de la montagne autour des opinions exprimées. Une liaison forte existe entre les référents sémiométriques (ludique, contemplation, ….) et les méta-symboles idéologiques (tradition, mouvement, dramatisation, …) permettant de considérer les représentations comme un processus dans la manière dont celles-ci sont engagées dans la définition des opinions sportives sur la montagne. Au-delà des différences interactionnelles et contextuelles qui émergeront en fonction des situations vécues,6 cette approche « sémiométrique » révèle la pertinence de ce cadre cognitif pour comprendre le processus de construction des opinions montagnardes. A partir de cet angle de vue et de la focale de lecture de cet objet du social, une connaissance est produite qui permet d’élaborer une intelligibilité du social pour décrypter les variables de la pratique montagnarde explicatives des préférences politiques.

26

Figure 6 : Plan principal sémiométrique

Figure 6 : Plan principal sémiométrique

L’analyse sociale des différences

27Ces prises de position peuvent s’expliquer par des variables sociales permettant d’observer les liaisons existantes entre les styles de pratique et les logiques sociales dans la continuité des écrits de Pociello (1995). Au regard des CSP (figure 7 et annexe 1), il apparaît que les étudiants, les ouvriers-employés et les professionnels de la montagne sont les catégories les plus investis dans le changement par rapport aux retraités (les autres), les enseignants, les indépendants et les cadres supérieurs. En référence à d’autres analyses et écrits que nous avons effectué sur l’analyse de styles de pratique en montagne (Corneloup, 2003), différentes interprétations peuvent être présentées : ainsi les ouvriers-employés se situent, au niveau du style sportif, dans le groupe des dilettantes marqué par une très faible pratique de la montagne. Leur absence de culture montagne, qu’ils vivent plutôt comme une insatisfaction, les engage à demander le développement d’activités plus ludiques, sensationnelles et sécurisées, d’épopées ou encore de parcs-aventure. Ce besoin d’aménagement plus important de la montagne se justifie pour voir augmenter la présence d’une pratique plus facile et moins engagée. Du côté des professionnels de la montagne, ceux-ci tiennent un discours ambivalent entre la dramatisation (trop de monde en montagne, la montagne poubelle, pratiquants pas responsables, les groupes envahissants, …) et le ludisme (plus de lieux de fêtes, de ludisme, « just do it », activités plus riantes, …).

Figure 7 : Plan principal des C.S.P.

Figure 7 : Plan principal des C.S.P.
  • 7  On rejoint dès lors les contenus théoriques d’Abric (2003) sur la question du noyau central permet (...)

28On peut comprendre leur position autour de la dramatisation comme la conséquence d’une sur-fréquentation de la montagne qui, au quotidien, les expose au nombre, au groupe et aux tensions sur les sites de pratique. Tout comme on peut penser que leur sur-implication dans le local et la haute-montagne les pousse à revendiquer plus d’effervescence à leur retour de course dans une optique de déroutinisation (Elias et Dunning, 1986). Par contre, on observe que leur demande d’ouverture a une limite à partir du moment où leur position professionnelle dans la montagne peut être remise en cause.7 Ainsi, sur les thèmes suivants (pour la création de parcs-aventure, faire payer les secours aux accidentés, les pratiquants responsables, les sites de pratique pas assez sécurités), les opinions exprimées se comprennent par rapport à la défense de leur profession, par rapport à des concurrents potentiels (les prestataires ludiques), et par rapport aux pratiquants qu’il faut considérer comme étant des éternels imprudents et fautifs en cas d’accidents ! On rejoint les lectures classiques effectuées par les professionnels de la montagne sur l’analyse des comportements à risque en montagne (Soulé et Corneloup, 2001 ; Hoibian, 2002). Dès lors, on peut émettre l’idée suivante : les études d’expertise réalisées dans l’aménagement et la sécurité, ainsi que dans les études prophylactiques par ces professionnels, ne sont pas neutres. Leurs valeurs ne sont pas absentes de leurs discours d’expertise. On rejoint dans cette perspective les critiques réalisées par de nombreux théoriciens portant sur ce sujet (Roqueplo, 1995 ; Callon et al., 2002).

  • 8  Les réponses matérialistes (assurer un haut niveau de croissance économique, faire respecter la lo (...)

29Concernant l’âge (figure 8 et annexe 2), il est possible de montrer combien cette variable apparaît discriminante pour expliquer les opinions des pratiquants. Nos recherches confortent certains écrits effectués en sociologie portant sur le poids des générations dans la construction des représentations sociales (Smith, 1994). Les jeunes apparaissent ainsi ouverts sur le changement autour des dimensions ludiques et culturelles (jeu, « free ride », « just do it », …). Ce sont eux qui dramatisent le plus autour des dimensions sociales (trop de monde, trop d’étrangers, trop de groupe) et qui sont les plus sensibles aux dimensions écologiques (stop à l’urbanisation, pour des refuges austères, la montagne trop marchande, …). En revanche, les seniors sont demandeurs de confort en refuge, opposés au développement des pratiques ludiques, engagés plus fortement sur certains thèmes sécuritaires, moins sensibles que les jeunes aux thèmes écologiques et distants vis-à-vis de la culture « free ride ». Sur un autre plan, en référence à l’échelle d’Inglehart (1977),8 on observe une position post-matérialiste de ces jeunes (épanouissement personnel, satisfaction esthétique et respect d’autrui) par rapport aux seniors beaucoup plus matérialistes (importance aux biens matériels et à la sécurité physique) ; voir figure 8. Les effets générationnels viendraient ainsi expliquer les valeurs en fonction de l’âge des pratiquants. La fracture sur l’échelle des tranches d’âge semblerait se situer autour de la 35ème année : les 15-34 ans formant un groupe assez proche dans leur conception de la montagne par rapport aux 35 ans et plus qui se rapprochent dans leurs opinions (annexe 2).

Figure 8 : Plan principal des tranches d’âge, diplôme, échelle d’Inglehart

Figure 8 : Plan principal des tranches d’âge, diplôme, échelle d’Inglehart

30Enfin, ajoutons l’intérêt que l’on peut accorder aux discours formulées par les pratiquants lorsqu’on leur donne l’occasion d’exprimer librement leurs critiques et leurs demandes vis-à-vis de la gestion de la montagne. Après classement des discours dans des grandes catégories, il apparaît que les plus demandeurs d’une protection forte de la nature (*) et d’une limite à sa marchandisation (*) se trouvent parmi les traditionalistes qui confortent ainsi leur position dans l’univers du repli. La présence des enseignants dans cet univers, que l’on sait fortement consommateur de parcs et de nature sauvage (Pociello, 1995), et la sur-présence des diplômés très sensibles à l’écologie, expliquent en partie ce discours protectionniste. La question ouverte en fin de questionnaire permet la libre expression des individus, renforce l’approche qualitative et personnelle, et favorise la triangulation méthodologique (Apostolidis, 2003) dans la perspective de donner plus d’objectivité aux analyses présentées.

Conclusion

31L’étude des opinions sportives en montagne a permis de montrer l’existence de structures à partir desquelles s’organisent les représentations sociales telles que celles-ci sont engagées par le pratiquant dans la définition des valeurs portant sur la gestion de cet espace de pratique. Des lignes de tension et de controverse sont ainsi observables et permet de rendre compte des enjeux autour de la définition de l’orientation politique de ces pratiques de montagne. L’étude a permis aussi de montrer que le processus décisionnel, à partir duquel se définissent les opinions, est fortement lié aux styles de pratique et aux variables du social. Le rapport au corps, les actions affectionnées, le groupe social d’appartenance, le degré d’immersion dans la nature, … participent largement à la construction des représentations sociales. On rejoint ainsi les propos développés par Berthoz (2003) lorsque celui-ci explique les limites des approches exclusivement rationnelles et probabilistes dans l’étude des décisions. Les émotions, le corps senti, le rapport à l’espace, … doivent être prise en compte pour comprendre ce processus.

32Sur un plan méthodologique, notre approche marque ses distances avec les recommandations usuelles présentées pour réaliser un questionnaire (Loubet, 1989) à partir du moment où la formulation des questions d’opinion n’est pas neutre mais s’inscrit dans le champ des controverses. Cette démarche renvoie à notre cadre théorique au sein duquel nous envisageons les opinions comme étant le produit des représentations sociales, situées au sein des structures de l’opinion et donc attachées à des symboles. On demande à l’individu d’afficher son positionnement par rapport à un ensemble de symboles présents dans l’univers conjoncturel des opinions montagnardes. Pratiquement, nous avons présenté la méthodologie permettant de construire les thèmes relatifs à la question posée. En plus de l’approche par les médias, il apparaît fondamental d’avoir une connaissance précise de l’objet social sur lequel porte l’enquête pour bien comprendre les mécanismes et les différences sur lesquelles se construisent les jeux d’opinion. La méthodologie ne se réduit pas à un seul jeu technique. En plus de sa relation à un cadre théorique et à des hypothèses définies, la méthodologie, au niveau du choix des questions et de la formulation des thèmes, nécessite une enculturation à l’objet étudié. Dans notre cas, le détour par une approche culturelle et politique des pratiques sportives de la montagne s’avère indispensable pour élaborer la méthodologie de l’enquête, et pour construire et faire le choix des thèmes porteurs.

33Enfin, sur un plan théorique, nous avons pu montrer l’intérêt de la théorie des conflits sociaux et des structures de l’opinion publique élaborées par Pages (Pages et Ansel, 1996) pour réaliser des enquêtes d’opinion qui dépassent de bien loin la méthode conseillée dans la réalisation de sondages d’opinion. Notre étude permet de dégager les structures de l’opinion montagnarde qui révèlent la présence de jeux de différences entre le mouvement et la stabilité, la dramatisation et le compromis. Une même logique semblerait se reproduire quelles que soient les pratiques étudiées, confortant cette idée qu’à chaque niveau, au-delà des particularités spécifiques au milieu concerné, on retrouve les mêmes principes qui organisent les jeux d’opinion.

Haut de page

Bibliographie

Abric J. C. (sous la direction de). (2003) Méthodes d’étude des représentations sociales. Ramonville : Erès.

Apostolodis T. (2003) Représentations sociales et triangulation : enjeux théorico-méthodologiques in : Abric, J. C. (sous la direction de) Méthodes d’étude des représentations sociales, Ramonville : Erès, pp. 13-36.

Berthelot J. M. (1990) L’intelligence du social. Paris : PUF.

Berthoz A. (2003) La décision. Paris : Ed. Jacob.

Boudon R. (1969) Les méthodes en sociologie. Paris : PUF.

Boudon R. (2003) Raisons, bonnes raisons. Paris : PUF.

Bourdieu P. (1984) Question de sociologie. Paris : Ed. de Minuit.

Bourdieu P. (1987) Choses dites, Paris : Ed. de Minuit.

Bourdieu P. (2001) Science de la science et réflexivité. Paris : Raison d’agir.

Callon M. et al (2002) Agir dans un monde incertain. Paris : Seuil.

Champagne P. (1989) La rupture avec les préconstructions spontanées au savantes, in Champagne et al. (1989) Initiation à la pratique sociologique, Paris : Dunod, pp. 163-219,

Champagne P. (1990) Faire l’opinion. Paris : Ed. de Minuit.

Coleman J. S. (1990) Foundations of social theory. Cambridge (MA)  : Belknap Harvard University Press.

Combessie J. C. (1996) La méthode en sociologie. Paris : La Découverte.

Corneloup J. (1999) Les imaginaires en escalade Les cahiers de l'imaginaire 18 : 28-37.

Corneloup J. (2002) Les théories sociologiques de la pratique sportive. Paris : PUF.

Corneloup J. (2003) Les cultures sportives de la montagne d’aujourd’hui et de demain, in Barzach et al. (2003), Les Pyrénées entre deux mondes, Perpignan : PUP, pp. 135-162.

Corneloup, J. Bouhaouala M., Vachée C., Soulé B. (2001) Formes de développement et positionnement touristique des espaces sportifs de nature, Loisir et société, Canada 24 (1) : 21-46.

Dubois B. (1994) Comprendre le consommateur. Paris : Dalloz.

Elias N. et Dunning E. (1986) Sport et civilisation. Paris : Fayard.

Filser M. (1994) Le comportement du consommateur. Paris : Dalloz.

Fischbein M., Ajzen I. (1975) Belief, attitude, intention and behavior ; an introduction to theory and research. New York : Addison – Wesley.

Ghiglione R. (1987) Questionner, in Blanchet A. et al, Les techniques d’enquête en sciences sociales, Paris : Dunod, pp. 127-182.

Hoibian O. (2002) Accident de montagne et médiatisation. Construire l’événement, in O. Hoibian et Defrance, J. (eds) Deux siècles d’alpinismes européens, Paris : L’Harmattan, pp. 311-331.

Inglehart R. (1977) The silent revolution. Princeton : Princeton University Press.

Lahire B. (2002), Portraits sociologiques. Paris : Nathan.

Loubet Del Bayle (1989) Introduction aux méthodes des sciences sociale. Toulouse : Privas.

Osgood C. (1979) Focus on Meaning. New York : Mouton Publishers.

Pages J.-P. (1991) Comprendre l’opinion en période de crise : la prise en compte des représentations. in Tixier M., La communication de crise, New York : Mc Graw-Hill.

Pages J.-P. (1999) Démocratie délibérative et perception des risques, rapport de recherche. Paris : Agoramétrie.

Pages J.-P., et Ansel, P. (1996) Démocratie, scène médiatique et mesure des opinions, Actes du Colloque Atome et Société, Paris (Palais du Luxembourg) : Ed Béclère, pp.113-124.

Pociello C. (1995) Les cultures sportive., Paris : PUF.

Piolle X. (1993) La montagne « ailleurs » priviligié des citadins favorisés, in Aménagements et environnements montagnards, Dossier de la Revue de Géographie alpine n° 11, Grenoble, pp. 107-111.

Roqueplo Ph. (1995) L'expertise scientifique entre pouvoirs politiques, administrations et opinions publiques, Gazette nucléaire 143-144 : 27-32.

Singly de F. (1992) L’enquête et ses méthodes : le questionnaire. Paris : Nathan Université.

Soulé B., Corneloup J. (2001) La place du public dans le dispositif de sécurité en station de sports d’hiver, STAPS. 43-60.

Smith W. T. (1994) Is there real opinion change. International Journal of Public Opinion Research 6 (2) : 188-203.

Haut de page

Notes

1  Les processus politiques sont construits autour d’échanges entre acteurs (1), entre acteurs et public (2) et entre publics (3).

2  Pour limiter les effets de « contextualisation normative » (pression institutionnelle imposée par l’enquêteur), évoqués par Adric (2003), on a pratiqué la technique de l’auto-administration.

3  On peut regretter une polarisation trop forte des thèmes autour de ces deux méta-symboles. Pour une meilleure lecture des structures de l’opinion sportive, une distribution plus équilibrée autour des axes aurait été préférable. Pour cela, il s’agit de modifier la construction des variables d’opinion lors de la réalisation d’une autre enquête.

4  Cette observation s’appuie sur les données d’enquête issues des tris à plat qui expriment avec force la domination des symboles du repli et de la tradition. Mais, dans le cadre de notre étude, l’approche scientifique de notre objet ne nous permet pas de vérifier la valeur statistique de ces tris à plat.

5  On s’inspire ici des travaux d’Osgood (1979) lorsqu’il s’agit de poser l’attirance et la répulsion vis-à-vis de mots référents par rapport à l’objet montagne et non pas par le simple structuration du champ sémantique des mots.

6  Les travaux d’Abric (2003) ont montré que le contenu du « noyau central » des représentations ne change pas en fonction du contexte. Mais certains éléments du noyau peuvent changer selon les contextes favorisant l’apparition de la zone muette.

7  On rejoint dès lors les contenus théoriques d’Abric (2003) sur la question du noyau central permettant d’observer des différences autour d’un même axe entre groupes de pratiquant.

8  Les réponses matérialistes (assurer un haut niveau de croissance économique, faire respecter la loi et l’ordre, assurer la sécurité du pays en disposant d’une armée puissante, lutter énergiquement contre l’inflation) ;  les réponses post-matérialistes (permettre au citoyen d’intervenir davantage dans les décisions du gouvernement, encourager la liberté d’expression, permettre aux gens de s’épanouir le plus possible, réduire les inégalités) ; les réponses écologistes (protéger l’environnement et la nature ; évoluer vers une société où la nature et l’environnement comptent plus que l’argent).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Approche constructiviste de l’opinion
Légende Pagès, 1991.
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 2 : Schéma de l’économie des rôles
Légende Pagès, 1991.
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/224/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Annexe 1 : Formulation des questions d’enquête quanti-quali
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/224/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Annexe 1 (suite)
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/224/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Annexe 2 : Tranches d’âge et controverses montagnardes
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/224/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Annexe 3 : C.S.P. et controverses montagnardes
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/224/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 3 : Les structures de l’opinion en montagne
Légende Corneloup, 2004.
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/224/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/224/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 4 : Plan principal des pratiques sportives
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/224/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 5 : Plan principal des actions affectionnées
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/224/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 6 : Plan principal sémiométrique
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/224/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 7 : Plan principal des C.S.P.
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/224/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 8 : Plan principal des tranches d’âge, diplôme, échelle d’Inglehart
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/224/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Corneloup, « L’enquête d’opinion dans l’étude des pratiques sportives de montagne », Bulletin de méthodologie sociologique, 83 | 2004, 18-42.

Référence électronique

Jean Corneloup, « L’enquête d’opinion dans l’étude des pratiques sportives de montagne », Bulletin de méthodologie sociologique [En ligne], 83 | 2004, mis en ligne le 09 juillet 2008, consulté le 28 juin 2017. URL : http://bms.revues.org/224

Haut de page

Auteur

Jean Corneloup

(MCF – HDR, Territoires, UMR Pacte 5194, Grenoble et UFR STAPS, UBP Clermont-Ferrand, BP 104, 63172 Aubière cedex ;  j.corneloup@libertysurf.fr)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© BMS

Haut de page
  • Revues.org