Skip to navigation – Site map

Un quart de siècle de méthodologie

L’émergence du longitudinal, des réseaux et de la statistique textuelle
Gérard Boudesseul
p. 34-41

Abstracts

A Quarter of a Century of Methodology – The Emergence of Longitudinal Analysis, Social Networks and Textual Statistics: Using the titles, abstracts and key words (in French) of the 318 articles in the BMS, issues 1 to 99, the author analyzes this corpus with hierarchically ascending and descending classification programs and with factoral correspondence analysis. With the results of these three methods, he describes in detail five major thematic classes: Survey Situation, Longitudinal Analysis, Social Network Analysis, Theoretical Debate and Textual Analysis. Their interrelationship and evolution over time is also described.

Top of page

Full text

1La diversité des sujets abordés dans le BMS, l’origine internationale des contributions et la longue durée, un quart de siècle, offrent un bon plan d’observation de la réflexion méthodologique en sociologie.

2À titre exploratoire sont traités ici les titres et les résumés en français de 318 articles publiés dans le Bulletin de Méthodologie Sociologique (BMS) de 1983 à 2008, ajoutés des mots-clés propres à chaque résumé. Suivant une procédure déjà expérimentée antérieurement et avec les précautions d’usage (Boudesseul, 2005, 2006a et 2006b), ce corpus se prête à une analyse textuelle par double classification hiérarchique, aboutissant à des « mondes lexicaux ». Ce résultat demande à être recoupé par d’autres traitements, dont une analyse factorielle de formes lexicales extraites du corpus.

3Dans une première partie la méthode de classification descendante hiérarchique avec le logiciel Alceste produit quelques résultats qui peuvent être vus sous trois angles, selon que sont privilégiés les grandes oppositions entre classes lexicales, ou, à l’opposé ce qui semble unir chacun de ces mondes lexicaux tels qu’ils sont livrés par une classification ascendante hiérarchique à l’intérieur de chacune des classes précédentes. Enfin, ces mondes lexicaux peuvent être mis en rapport avec le sort réservé aux questions méthodologiques au cours des deux congrès précédents de l’Association Française de Sociologie (AFS), qui ont donné lieu à un traitement analogue.

Deux traditions : La méthodologie de l’enquête et le débat théorique

4En premier lieu, il convient de se souvenir que la classification descendante hiérarchique opère les regroupements lexicaux par oppositions successives. Les points communs à l’intérieur des classes ne peuvent être induits qu’ensuite.

5La première grande ligne de partage isole 36 % du corpus (plus exactement, 36 % des unités de contexte retenues par le logiciel, soit 88 % de l’ensemble du corpus). Les tout premiers mots-clés sont réponse, interview, qualité, enquête, vie, pauvre, panel, population, âge. Ils dessinent un paysage de recherche de terrain à dominante empirique pour lesquelles une attention particulière est prêtée au recueil des données. Celui-ci est classique en sociologie et prend deux formes : l’enquête par questionnaire ou l’entretien. D’un autre coté, les 64 % du corpus traité restant paraissent plus distants du terrain, soit parce qu’ils sont conceptualisés au travers de catégories fréquentes comme celles de lien, groupe, institution, discrimination, soit parce que les contributions des acteurs portent sur des productions antérieures des sociologues au travers du patrimoine scientifique commun (ainsi apparaissent les notions de sociologie, empirique, théorique, idéal type, champ, discipline), ou enfin parce que les textes sont considérés en eux-mêmes comme l’objet d’un commentaire, d’une discussion voire d’un traitement informatisé : corpus, analyse de correspondance, graphe, discours, logiciel.

6Au-delà de cette première ligne de clivage selon la distance au terrain, d’autres regroupements se dessinent. L’objet de la revue incite à choisir les options méthodologiques les plus visibles au sein de chacun des cinq classes. Le premier tiers à dominante empirique évoqué se scinde en fait en deux classes distinctes. La première porte spécifiquement sur la Situation d’enquête. Elle est alimentée par une réflexion sur le biais d’entretiens téléphoniques et d’interviews, en même temps que des questionnaires. Si la notion de terrain est mentionnée, on ne sait pas précisément lequel. En revanche, dans la classe connexe, nombre d’entre eux sont suggérés explicitement : pauvre, âge, sexuel, santé, vie, drogue, mais aussi ville, culture et chômage. Peut-on conclure à une séparation entre les auteurs préoccupés seulement des techniques d’entretien et ceux qui parlent de leurs objets privilégiés ? Non, car dans cette dernière classe certaines options méthodologiques ressortent spécifiquement : si la notion d’enquête est commune aux deux classes à un haut niveau de signification, la perspective longitudinale est nettement privilégiée. C’est pourquoi il est tentant d’attribuer le libellé d’Analyse longitudinale à cette classe, qui est structurée autour des analyses de panel, de périodes, de cohortes et de trajectoires. Il y aurait donc une spécificité méthodologique autour de ces objets de recherche. Nous verrons plus loin si la chronologie des publications intervient en ce sens.

7Les deux tiers restants font l’objet d’un découpage plus complexe. La classe Analyse des réseaux la plus significative représente 17 % du corpus traité. Des indications méthodologiques apparaissent avec un khi-deux d’association à la classe très élevée (40 à 80) : les notions de liens, de réseaux, des groupes, d’élites, mais aussi d’inférence, d’équation, de distribution et de structure sont particulièrement saillants, dont la chronologie nous dira si elle est une tendance émergente de l’analyse des réseaux sociaux. Les objets de recherche sous-jacents sont ceux des institutions, des entreprises, des métiers, mais aussi du pouvoir et de la politique, et enfin des femmes et de la famille.

8La classe Débat théorique présente une spécificité relative, mais représente une grande partie du corpus retenu, 32 %. Elle reflète sans doute une tradition du débat sociologique autour de la science, de la théorie et du paradigme, de la méthodologie et de l’épistémologie plus que de la méthode, mais aussi des oppositions empirique/théorique, qualitatif/quantitatif. Les outils mobilisés sont ceux de l’idéal type, du principe, du sens, de l’idée et du modèle. Il n’est pas fait référence significativement à des objets empiriques de recherche ou de terrains, mais à des champs, des domaines, des cadres. On peut ainsi penser que cette classe présente le moins de spécificité dans la revue au regard de la structure générale de la sociologie : elle en reflète une composante traditionnellement importante.

9Enfin,  une dernière classe, Analyse textuelle, présente à la fois une spécificité faible et une importance faible dans le corpus (15 %). Elle est centrée sur les analyses de correspondance et leurs représentations graphiques. Elle s’appuie sur des outils numériques et une réflexion sémantique à propos des corpus textuels et de l’analyse du langage, dont relève la présente contribution.

10Dans l’ensemble, les cinq classes suggèrent bien cinq entrées méthodologiques préférentielles. Les classes 1 et 3 privilégient l’entretien et l’analyse longitudinale, alors que les classes 2, 5 et 4 sont centrées sur l’analyse de réseaux, la modélisation et l’analyse textuelle.

11En troisième lieu, cette penta-répartition peut être rapprochée du sort réservé aux questions de méthode dans la sociologie française du moins telle qu’elle s’est traduite dans les congrès de l’Association Française de Sociologie.

12Lors du congrès de Bordeaux de 2006, une classe sur cinq relevait spécifiquement de question de méthode. Même si celles-ci traversaient aussi les autres classes fondées sur une thématique de recherche, en particulier les réflexions sur la passation des questionnaires et des entretiens.

13Trois sous-ensembles s’en dégageaient pourtant. Le premier portait  sur la sociologie, la connaissance, la posture et les auteurs que l’on retrouve ici. Le second avait plus trait aux usages, aux situations, aux dimensions subjectives et cliniques, que l’on ne retrouve pas ici puisqu’on a vu que les récits de vie, par exemple, se retrouvaient rapprochés de l’analyse longitudinale. Le troisième sous-ensemble, enfin, était centré sur l’analyse et l’interprétation des énoncés, des discours et du langage, vus sous l’angle de la compréhension, des idées, des concepts, et de la portée heuristique, qui est, ici, déportée nettement vers les outils numériques de traitement des discours.

14Dans l’ensemble, on note quelques distorsions qui peuvent aussi être considérée comme une certaine autonomisation du débat de méthodes : l’analyse des réseaux, l’analyse longitudinale et l’analyse textuelle se présentent comme des productions originales dans le présent corpus, alors qu’elles n’apparaissent pas significativement dans le congrès de 2004 et 2006 de l’AFS. En revanche, deux traditions de la recherche sociologique impriment leur marque sur le corpus du BMS : celles des précautions concernant le recueil des données empiriques, particulièrement par voie d’enquête et d’entretien, et celle du débat scientifique structuré autour des œuvres, des auteurs et des champs disciplinaires. Une absence notable est à relever : les manuels présentent souvent l’analyse de contenu comme une méthode importante du recueil de données et de leur traitement. Elle n’apparaît nulle part, ni dans les deux congrès de l’AFS, ni dans un quart de siècle de BMS.

15En quatrième lieu, la datation des contributions au BMS, permet-elle de saisir des tendances déclinantes ou émergentes ? En dehors d’effets propres à certains numéros, la chronologie montre que certaines classes semblent atemporelles, alors que d’autres sont plus nettement datées. En effet, peu d’années ressortent de la première classe Situation d’enquête (1999), ce qui suggère qu’elle constituerait une préoccupation permanente, confirmant l’hypothèse précédente d’un reflet d’une tradition de précautions méthodologiques au moment du recueil de données. Cette hypothèse d’une méthodologie comme reflet d’une pratique permanente de recherche a aussi été formulée pour le débat conceptuel et le traitement des auteurs. La chronologie est en effet peu discriminante : tout au plus les années 1994 et 1997 sont elles un peu plus spécifiques de ces débats.

16En revanche, les trois classes qui paraissent portées par une production méthodologique originale sont plus nettement datées : la classe Analyse des réseaux est très nettement datée à 1984 et 1992, ainsi que les années intermédiaires qui propulsent la période 1983-1992. La classe Analyse longitudinale est moins nettement datée mais mentionne toutefois l’année 1993 comme particulièrement significative. Enfin, la classe Analyse textuelle est à la fois nettement datée dans un premier temps, en 1983, et plus récemment pendant  les années 2005-2007 et 2001-2008 apparaissant avec un degré d’association élevé à cette classe.

17Ainsi la chronologie confirmerait l’hypothèse d’une production méthodologique propre dans ces trois dernières classes.

Lorsque l’analyse factorielle paraît réductrice

18La sélection des mots-clés les plus fréquents par numéros de la revue est peu exploitable en vue d’une analyse factorielle. Un regroupement est nécessaire par proximité sémantique : ainsi entretien, interview, réponse, répondre, téléphone ont été regroupés dans entretien. Il a également été tenu compte de la proximité de ces formes lexicales dans la classification ascendante précédente. Ainsi, enquête qui apparait dans deux classes n’a pas donné lieu à un regroupement, de même que méthode et analyse. Restent ainsi 56 super mots-clés projetés ci-dessous selon les 99 numéros de la revue. Les années de publication ainsi que les classes lexicales issues de la correspondance ascendante hiérarchique sont mentionnés en variables supplémentaires.

19Le premier plan (16 % des contributions) présente en première approche un système d’opposition familier à la sociologie : l’axe horizontal semble structuré autour du recueil des données et de leur analyse, alors que le second opposerait des données plutôt quantifiées d’un côté ou des données textuelles d’un autre.

20Horizontalement, vers la droite du plan, les contributions positives au premier axe sont apportées par analyse, correspondance, catégorie alors que les contributions négatives, représentées sur la partie gauche du plan se concentrent autour des mots entretien, enquête, question. La présence de nombreux mots ayant trait à la situation d’entretien à attitude, expérience révèle une attention particulière aux situations d’interaction dans cette phase de la recherche. A l’autre pôle, le type d’analyse est plutôt formalisé, en étant fondé sur la mise en évidence de correspondances et de catégories.

21Verticalement, suivant le deuxième axe, les données textuelles sont illustrées du côté le plus interactif par la référence à la mémoire qui inclut rétrospectif et événement. De l’autre côté, plus formalisé, apparaissent les corpus textuel analysés à l’aide des outils numériques et les catégories de la linguistique qui sont mobilisées à cette occasion. Les données quantifiées apparaissent tout particulièrement dans les opérations de classification et de commentaires sur les distributions, qui incluent les références à simulation, inférence et stabilité.

22Finalement, quatre classes sur cinq dégagées par Alceste se retrouvent ici assez aisément : la classe Situation d’enquête sur le premier axe Recueil, la classe Analyse des réseauxpartagée entre le premier axe, côté Analyse et le second, côté Données quantifiées, suivie de la classe Analyse textuelle entre les pôles Analyse et Données textuelles. Enfin, la classe Analyse longitudinale se situe plutôt entre le pôle Données textuelles de l’axe 2 et le pôle Recueil de l’axe 1. Seule la classe Débat théorique est peu visible, à proximité de l’origine des axes, ce qui peut être mis en rapport avec le fait qu’elle apparaissait comme relativement atemporelle selon la datation des publications.

23La tendance chronologique des différents numéros du BMS présente une boucle ouverte qui part du pôle Analyse du premier axe pour ensuite se rapprocher de l’autre extrême du même axe, vers les conditions de Recueil des données, puis, à l’issue de quelques spirales, tendre vers les données textuelles, longitudinales, puis numériques.

24Dans l’ensemble, l’analyse factorielle, dont les trois premières dimensions ont été testées, apporte peu d’informations supplémentaires au regard de la classification descendante et de la classification ascendante des formes lexicales. Un enseignement majeur de cette brève mise en perspective est que deux traditions de recherche semblent relativement atemporelles et donc faire partie intégrante de la sociologie et des débats de méthode qui la traverse : les précautions méthodologiques au moment crucial du recueil des données, mais aussi les débats autour des paradigmes, des disciplines proches et de l’épistémologie. Le second enseignement est que trois courants ont été particulièrement valorisés par le BMS, avec une datation assez précise : l’analyse longitudinale et les catégories qui l’accompagnent, en particulier autour du travail de la mémoire et des données rétrospectives, l’analyse des réseaux, armée d’un vocabulaire spécifique assez formalisé autour de graphes, de noyaux et de cibles, et enfin la statistique textuelle qui tente de concilier un usage raisonné des outils numériques et des emprunts à la sémantique et plus largement à la linguistique. Il est encore un peu tôt pour savoir si ces trois formes émergentes sont candidates à un renouvellement des traditions des méthodes de recherche en sociologie.

Graphique 1 : AFC des mots clés selon les numéros du BMS 1 à 99 ; plan des premier et troisième facteurs

Graphique 1 : AFC des mots clés selon les numéros du BMS 1 à 99 ; plan des premier et troisième facteurs
Top of page

Bibliography

Gérard Boudesseul (2005), « De quoi parlent les sociologues réunis en congrès ? Eléments de complémentarité entre une analyse lexicale ouverte et le cumul de variables fermées », BMS, n. 58, janvier.

Gérard Boudesseul (2006a), « Le sens des mots par la répétition ou en dépit d’elle ? Dimension sémiotique des statistiques textuelles » in Didier Demazière et al. (sous la direction de), Analyses textuelles en sociologie. Logiciels, méthodes, usages, Presses Universitaires de Rennes.

Gérard Boudesseul (2006b), « Brève sociographie du Second Congrès de l’AFS – Bordeaux septembre 2006 », BMS, n. 92, octobre.

Top of page

List of illustrations

Title Graphique 1 : AFC des mots clés selon les numéros du BMS 1 à 99 ; plan des premier et troisième facteurs
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/3193/img-1.png
File image/png, 81k
Top of page

References

Bibliographical reference

Gérard Boudesseul, « Un quart de siècle de méthodologie », Bulletin de méthodologie sociologique, 100 | 2008, 34-41.

Electronic reference

Gérard Boudesseul, « Un quart de siècle de méthodologie », Bulletin de méthodologie sociologique [Online], 100 | 2008, Online since 01 October 2011, connection on 18 October 2017. URL : http://bms.revues.org/3193

Top of page

About the author

Gérard Boudesseul

CMH-CNRS-ENS-EHESS, gerard.boudesseul@caen.iufm.fr

By this author

Top of page

Copyright

© BMS

Top of page
  • Revues.org