Navigation – Plan du site
Ongoing Research/Recherche en cours

Compte rendu succinct de l’analyse du Congrès de l’AISLF (Tours 2004)

Christian Roy
p. 58-67

Résumés

Dans la ligne de ce que visait le numéro de janvier 2005 du BMS (n. 85, à partir des résumés du congrès de l’Association Française de Sociologie - février 2004 ), on cherche dans cet article à optimiser l’usage qu’on peut avoir, en sciences humaines, des logiciels d’analyse textuelle. Mais c’est maintenant sur la base des comptes-rendus du dernier colloque de l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française - AISLF, juillet 2004)) ; on utilise ici le logiciel ALCESTE de façon à extraire de ce corpus, dans un premier temps, le maximum de classes lexicales “terminales” (soit 15, dans ce cas). Dans un second temps, et à partir du repérage des  étapes de la Classification Descendante Hiérarchique (CDH) ayant conduit à ce résultat, on interroge la genèse de ces partitions successives.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les résumés du dernier congrès de l’Association Française de Sociologie (AFS) publiés dans le BMS, numéro 85, janvier 2005 (Boudesseul, 2005 ; de Saint Léger et van Meter, 2005 ; Patrick Trabal, 2005) ont permis d’illustrer l’intérêt présenté par divers logiciels d’analyse textuelle dans ce type de contexte. On s’arrêtera ici aux résumés des communications au dernier colloque de l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française (AISLF), résumés que nous avons soumis à une analyse lexicale informatisée (logiciel Alceste), pour n’en retenir ici que les principaux résultats.

2Face à ces résultats, l’embarras qu’on éprouve à les caractériser est toujours assez grand, d’où un questionnement qui peut se formuler ainsi : quelle est la « raison » permettant de comprendre la cohérence et l’unité propres à chaque classe lexicale dégagée − puisque telle est la base que vise d’abord à construire le logiciel − et qu’est-ce qui par ailleurs justifie sa séparation d’avec toutes les autres ? S’il y a donc une « raison » à cette classification, ne laisse-t-elle pas une trace dans la procédure qui conduit à son obtention ? D’où la démarche suivie ici, qui attend d’un examen un peu détaillé de cette procédure une meilleure compréhension de cette raison souterraine, et de sa production finale : les classes dites terminales.

3Cette analyse lexicale fait donc paraître, d’emblée, l’existence de deux grandes orientations, la comparaison des vocabulaires de chacune marquant bien déjà les différences qui fondent, pour notre échantillon, cette première coupure (ci-dessous). Celle-ci correspond au niveau des deux premières classes figurées ci-dessous : 2.817 et 2.725 « unités de contexte élémentaires » (uce).

4Nous n’avons ici conservé, comme variables d’identification, que les 28 Comités de Recherche (CR 01 à CR 28) et les 22 Groupes de Travail (GT 02 à GT 23) − les textes des séances plénières n’étant pas alors disponibles sur le site de l’AISLF. Pour rester dans les limites d’un aperçu rapidement appréhendable, nous avons délibérément laissé de côté les  contextes de référence du vocabulaire typique de nos classes (les « phrases » et/ou unités de contexte élémentaires). Il aurait été très intéressant, évidemment, d’être plus complet, mais ç’eût été au prix d’un volume bien supérieur à celui de ces quelques pages.

5Ce travail n’ayant pas d’autre justification que les nombreux essais, erreurs et interrogations appelés par une pratique d’Alceste remontant à ses premières versions, on se reportera au numéro 85 du BMS (Boudesseul, 2005) − et autres − pour des indications bibliographiques complémentaires.

Figure 1 :

Figure 1 :

L’analyse du corpus, avec ses 15 classes terminales, leurs effectifs en uce, et les différentes étapes de leur construction (dont on ne retiendra ici que les niveaux suivants : 2 classes, 4 classes, et enfin 15).

6Cette première séparation a donc pour base, principalement, le primat que les uns accordent à des perspectives imaginaires et/ou théoriques, à gauche, alors qu’on semble plutôt préoccupé par des questions d’un ordre plus matériel et plus empirique, à droite.

7C’est ce qu’on retrouve figuré dans l’analyse factorielle des correspondances (AFC) à la fin de cet article où les deux grands ovales réunissent les groupes mentionnés ci-dessus (les cercles plus petits rassemblant ce qui sera détaillé plus loin).

8Approfondissant le questionnement, on observe alors que des distinctions plus subtiles opèrent à nouveau pour révéler de nouvelles différences à l’intérieur de chacun de ces grands groupes. Du côté des sociologues pour lesquels les dimensions idéelles paraissent avoir plus de poids (le côté gauche du premier graphique, avec 2817 uce), ce sont des intérêts plutôt portés vers des questions théoriques et disciplinaires, d’un côté (graphique ci-dessous), ou imaginaires et idéologiques, de l’autre, qui fondent une nouvelle coupure.

Figure 3 :

9Revenant aux domaines plus empiriques des recherches et des groupes signalés (2.725 uce, côté droit), on les voit se dissocier eux aussi en deux nouvelles classes. Quoiqu’il soit encore hasardeux de les qualifier avec un peu d’exactitude, le premier de ces groupes paraît mettre l’accent sur des questions de formes de vie, d’interaction et de lien social.

Figure 4 :

10Toujours de ce côté empirique, mais sur un versant que qualifieraient plutôt les notions d’organisation, de norme et de régulation (avec les mêmes réserves quant à la précision, à ce niveau de l’analyse).

Figure 5 :

Figure 6 : Résumé schématique et résultats de l’analyse

Figure 6 : Résumé schématique et résultats de l’analyse

Cette arborescence retrace et résume les différenciations successives ayant conduit à la mise en évidence de la structure argumentative rencontrée. Pour un résumé plus complet, on devrait ajouter ici, par branche, les CR et GT concernés, ce que ne permettaient pas les contraintes de la mise en pge. L'AFC qui suit - quoique moins lisible - y pourvoira partiellement.

11On retrouve enfin, avec l’analyse factorielle des correspondances, les mêmes grandes catégories à l’œuvre dans les classifications, mais structurant maintenant un espace des représentations où se distribuent les groupes de chercheurs. Les « branches » et les « rameaux » du dendrogramme précédent sont ici encore clairement regroupés, comme le montrent les « bouquet » que forment les classes terminales (en italiques). C’est ce qui permet d’interpréter les grands axes étirant cet espace.

Figure 7 : L’analyse factorielle des correspondances (AFC) de l’espace des recherches et travux de l’AISLF

Figure 7 : L’analyse factorielle des correspondances (AFC) de l’espace des recherches et travux de l’AISLF

Conclusion

12Sommairement schématisé dans ces quelques pages, tel est le « sens commun » à (de) ce réseau de chercheurs et d’institutions que fédère l’AISLF : on y a vu une myriade de signes et de mots (1,7 Mo, plus de 40.000 lignes), une pléiade de chercheurs et de laboratoires, se résoudre et se résumer, finalement, en une structure hiérarchisée de machineries conceptuelles et de provinces de signification (sans que les raccourcisse ou les rallonge, semble-t-il, un quelconque lit de Procuste).

13En recherchant, d’emblée, une classification aussi fine que possible, on a ainsi disposé  d’une trace elle-même interrogeable : celle de la genèse de cette arborescence. C’est par cette approche génétique qu’on s’est assuré une meilleure compréhension d’ensemble, après avoir conduit une nouvelle analyse à chacun des niveaux que l’on pensait pouvoir être éclairant. Les classes terminales ont alors composé avec quelque évidence, localement, l’extension de ce qui caractérisait cette compréhension, plus globalement.

14En négligeant ici de revenir aux phrases elles-mêmes, on est bien sûr passé à côté de toute la richesse de cette diversité ; mais on peut encore y accéder − les « unités de contexte élémentaires » sont disponibles, par classe et par khi2 décroissant, dans un « rapport d’analyse » − au prix évidemment d’un retour vers une certaine complexité − et d’une longueur − qu’on a voulu ici éviter.

Haut de page

Bibliographie

Gérard Boudesseul (2005), « De quoi parlent les sociologues réunis en congrès ? Eléments de complémentarité entre une analyse lexicale ouverte et le cumul de variables fermées », Bulletin de Méthodologique Sociologique, n. 85, pp. 68-84.

Mathilde de Saint Léger et Karl M. van Meter (2005), « Cartographie du premier congrès de l’ASF avec la méthode des mots associés », Bulletin de Méthodologique Sociologique, n. 85, pp. 44-67.

Patrick Trabal (2005), « Le logiciel Prospero à l’épreuve d’un corpus de résumés sociologiques », Bulletin de Méthodologique Sociologique, n. 85, pp. 10-43.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 :
Légende L’analyse du corpus, avec ses 15 classes terminales, leurs effectifs en uce, et les différentes étapes de leur construction (dont on ne retiendra ici que les niveaux suivants : 2 classes, 4 classes, et enfin 15).
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 2 :
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/427/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Figure 6 : Résumé schématique et résultats de l’analyse
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/427/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Cette arborescence retrace et résume les différenciations successives ayant conduit à la mise en évidence de la structure argumentative rencontrée. Pour un résumé plus complet, on devrait ajouter ici, par branche, les CR et GT concernés, ce que ne permettaient pas les contraintes de la mise en pge. L'AFC qui suit - quoique moins lisible - y pourvoira partiellement.
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/427/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 7 : L’analyse factorielle des correspondances (AFC) de l’espace des recherches et travux de l’AISLF
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/427/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/427/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 8 :
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/427/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Roy, « Compte rendu succinct de l’analyse du Congrès de l’AISLF (Tours 2004) », Bulletin de méthodologie sociologique, 95 | 2007, 58-67.

Référence électronique

Christian Roy, « Compte rendu succinct de l’analyse du Congrès de l’AISLF (Tours 2004) », Bulletin de méthodologie sociologique [En ligne], 95 | 2007, mis en ligne le 01 juillet 2010, consulté le 26 juin 2017. URL : http://bms.revues.org/427

Haut de page

Auteur

Christian Roy

Centre d’Etude des Rationalités et des Savoirs (CERS), Université de Toulouse - Le Mirail ; contact@image-zafar.com

Haut de page

Droits d’auteur

© BMS

Haut de page
  • Revues.org