Navigation – Plan du site

Une autre manière de construire des milieux sociaux ?

Pourquoi ? Comment ?
Monique Dalud-Vincent, Odile Rissoan et Rachel Gasparini
p. 5-38

Résumés

L’analyse secondaire de l’enquête « Education et Famille » de l’INSEE nous a conduit à réfléchir à la construction de milieux (et sous-milieux) sociaux sur la base des Professions et Catégories Socioprofessionnelles (PCS) des 6 ascendants (parents et grands-parents) de l’enfant afin de mieux expliquer les relations parents/enfants. Les milieux se caractérisent par une certaine homogénéité/hétérogénéité (équivalence/non équivalence des PCS). Les sous-milieux sont les décompositions des différents milieux et tiennent compte de l’origine sociale (PCS).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Professions et Catégories Socioprofessionnelles.

1Les catégories socioprofessionnelles sont un critère d’analyse central des comportements et des opinions en France, au point que certains les considèrent aujourd’hui comme des « catégories quasi naturelles de représentation de notre société » (Kieffer, Oberti, Préceteille, 2002). Non que cette grille de lecture ne soit discutée, ni critiquée (Desrosières, Thévenot, 1996 ; Merllié, Prévot , 1991). Mais les critiques s’adressent essentiellement à la construction et aux limites de cette nomenclature, attestant par là même la valeur heuristique de cet outil qu’il s’agit d’aménager régulièrement pour tenir compte des transformations de la société qu’elle entend décrire. Cependant, en différents domaines d’investigations sociologiques, la seule PCS1 de l’individu ne suffit pas à l’analyse des pratiques et représentations, puisque ces pratiques et représentations se différencient aussi selon la PCS du conjoint et les origines sociales du couple. Dit autrement, il apparaît que le « milieu familial » caractérisé par la conjugaison des PCS des conjoints et ascendants est irréductible à l’une quelconque de ces PCS.

  • 2  Enquête Permanente sur les Conditions de Vie des Ménages (INSEE, 2003) auprès de 4114 familles rep (...)

2Cet article tente de relever le défi de construire une variable « unique » que l’on appellera ici « milieu social » qui tient compte, non seulement de la PCS du père comme il est coutume de le faire, mais aussi de la mère, et des grands-parents. Au préalable, nous expliquerons l’intérêt d’une telle variable dont la construction repose sur une toute autre approche de la complexité des configurations familiales que celle proposée par les méthodes courantes en analyse des données. Dans un second temps, nous développerons comment construire cette variable. Cette réflexion aura pour trame les données et les questions que nous avons traitées et portant sur l’autorité ainsi que sur les relations adultes/enfants dans les familles (enquête INSEE, 2003).2 Nous pourrons, en conséquence, donner quelques résultats obtenus sur ces données.

Construire des milieux à partir des différentes PCS des lignées ? Pourquoi ?

  • 3  « Un ménage, au sens statistique, est défini comme l'ensemble des occupants d'une résidence princi (...)
  • 4  « Une famille est la partie d'un ménage comprenant au moins deux personnes et constituée, soit d'u (...)

3Le classement social des ménages3 s’appuie traditionnellement sur la PCS individuelle de la personne dite « de référence », autrement dit le plus souvent, dans les familles non monoparentales,4 l’homme. Ces notions de « personne de référence du ménage » ou de « personne de référence de la famille », qui ont remplacé celle de « chef de famille », accordent ainsi la priorité à l’homme par rapport à la femme, mais aussi à l’activité par rapport à l’inactivité, voire au plus âgé par rapport au plus jeune. A l’usage, cette approche focalisée sur la PCS d’un individu actif, s’avère réductrice.

4En premier lieu bien sûr parce que la PCS des femmes est une variable explicative non négligeable, en particulier lorsqu’on s’intéresse aux pratiques éducatives dans les familles. De nombreuses études rappellent que l’activité des mères (qu’elles soient au foyer ou qu’elles exercent une profession), lesquelles restent fortement investies dans l’éducation des enfants, comptent dans la transmission des statuts sociaux, notamment de leurs filles (Attias-Donfut, Lapierre, Segalen, 2002). De même, le diplôme ou la profession de l’épouse n’est pas sans effet sur les trajectoires professionnelles mêmes de leurs conjoints (Vallet, 1995). Aussi, il n’est pas rare de constater que la PCS de la mère nuance les classements sociaux obtenus à partir de celle du conjoint, ou parfois même s’avère plus discriminante que celle du père. Mais notre propos n’est pas de revaloriser la position de la femme par rapport à celle de l’homme et de substituer la PCS de la première à la PCS du second dans les analyses. Il s’agit plutôt de conjuguer les deux positions afin de tenir compte des ajustements conjugaux inhérents à la socialisation de couple, et susceptibles d’affecter les comportements et représentations habituellement caractéristiques d’une PCS prise isolément. En effet, lorsqu’un couple se forme, les façons d’être et de penser qu’on se partageait en famille auparavant sont confrontées aux façons de faire et de penser de l’autre : des contradictions quant aux principes de socialisation apparaissent dans une même famille (Lahire, 1998) ; des consensus, irréductible à la PCS de l’un ou l’autre conjoint en matière d’opinions politiques ou même de prévention sanitaire (Neyret, Faucheux, 2002) et bien sûr d’éducation (Attias-Donfut, Lapierre, Segalen, 2002) s’élaborent. Dit autrement et de façon un peu simpliste, nous considérons que deux cadres n’éduquent pas leurs enfants de la même manière qu’un cadre marié à une femme au foyer, ou qu’un cadre époux d’une employée. En termes de catégories, nous émettons l’hypothèse que les associations de PCS (via les relations conjugales) forment des catégories sociales « autres » (en matière de pratiques et de représentations) que ce dont une seule de ces PCS rend compte.

5Ce type d’hypothèse pose un nouveau problème méthodologique et nous invite immédiatement à observer quelle variable nous pouvons alors construire en croisant la PCS du père et celle de la mère. Pour exemple, prenons l’enquête INSEE précédemment citée, où respectivement 96,4% des pères et 54 ,4% des mères exercent une profession (Tableaux 1 et 2). Au minimum 41% des couples actifs ou ayant été actifs sont tels que maris et femmes n’appartiennent pas au même groupe socioprofessionnel (Tableau 3). On constate d’ailleurs que l’homogamie diminue lorsque l’on passe des grands-parents aux parents.

Tableau 1 : Répartition des familles selon la PCS du père

Tableau 1 : Répartition des familles selon la PCS du père

Tableau 2 : Répartition des familles selon la PCS de la mère

Tableau 2 : Répartition des familles selon la PCS de la mère

Tableau 3 : Taux d’homogamie pour chaque table croisant les PCS des deux époux (6 groupes d’actifs)

Tableau 3 : Taux d’homogamie pour chaque table croisant les PCS des deux époux (6 groupes d’actifs)
  • 5  On compte les 12 réponses possibles, plus la non réponse ce qui fait 13 modalités de réponses diff (...)

6La variable croisant les PCS du père et de la mère devrait ici comporter a priori 13 X 13,5 soit 169 modalités. En réalité, seuls 84 profils « mari*épouse » différents (soit 49,7%), sont représentés. Tous les profils théoriquement possibles sont donc loin d’être observés dans notre enquête mais il semble irréaliste de construire une nouvelle variable admettant 84 modalités. On constate aussi que les fréquences des profils varient entre 19,06 % des familles (cas où le mari est ouvrier et l’épouse au foyer) et 0,01 % des familles (cas où les deux parents sont à la retraite). Cette amplitude est nettement réduite dès lors qu’on passe au deuxième profil le plus fréquent qui concerne seulement 7,61 % des familles (cas de deux parents ouvriers). Les 17 premiers profils correspondent tous à une fréquence d’au moins 1% des familles et rassemblent ensemble 85,55 % des familles. Autant dire que les 67 autres profils (bien plus nombreux) rassemblent seulement une faible partie des familles (14,45 %). Une remarque est à faire aussi concernant les 29 derniers profils : ces cas n’ont jamais été observés sur plus de 4 familles dans l’échantillon qui en compte 4.114.

7Le problème se complique lorsqu’on entend caractériser la position sociale « globale » du ménage par les origines sociales de chacun des membres du couple. Cet intérêt pour l’origine sociale se justifie particulièrement pour les femmes au foyer dont on évalue les positions sociales par la PCS du père depuis les premiers travaux sur l’homogamie (Girard, 1981). Plus largement, des recherches notent des différences dans la différence entre catégories sociales, selon que les populations sont issues de la même catégorie que celle à laquelle elles ont accédé au cours de leur trajectoire ou non. Ainsi, en matière de politique, les électorats « ouvriers », « agricoles »,etc. présentent des variations selon que les actifs considérés sont eux-mêmes fils d’ouvrier, d’agriculteur, etc. (Neyret, Faucheux, 2002). Attias-Donfut, Lapierre et Segalen (2002) observent que dans le champ des pratiques éducatives, la mobilité sociale des parents s’avère plus décisive que leurs catégories sociales. Dans leur analyse des transmissions familiales, ces auteurs soulignent la nécessité de tenir compte non pas seulement d’une lignée, mais des quatre lignées qui remontent à chacun des grands-parents : l’éducation donnée résulte d’un compromis dans la gestion du double héritage parental. Dit de façon un peu lapidaire, un couple de cadres issus de deux familles de cadres n’éduquera pas de la même manière ses enfants qu’un couple de cadres issus de familles d’ouvrier.

8Ces constats nous invitent donc à situer socialement les ménages non seulement par les catégories sociales des deux conjoints mais également par leur mobilité sociale respective, c’est-à-dire par les professions des parents des deux membres du couple.

9En matière de mobilité, les données de notre enquête n’échappent pas à ce sujet aux phénomènes de mobilité intergénérationnelles bien connus notamment grâce aux enquêtes FQP successives de l’INSEE (Merllié, 1994 ; Merllié, Prévot, 1991; Thélot, 1982). Si l’on s’intéresse uniquement aux parents et grands-parents ayant (ou ayant eu une activité professionnelle), on s’aperçoit que 72,9 % des épouses sont classées comme leur mère ce qui est loin d’être négligeable (Tableau 4). Néanmoins, pour tous les autres croisements effectués, les taux d’immobilité sont nettement moins élevés. En particulier, les croisements « père X grand-mère paternelle » et « mère X grand-père maternel » font état d’une immobilité moindre comparativement aux autres tables. Quand il travaille, l’époux serait du point de vue de sa position sociale plus le reflet de la position de son propre père et l’épouse reflèterait encore davantage la position de sa propre mère (les modèles croisés sont moins fréquents), mais ces taux laissent une grande part de mobilité : 27 % des épouses n’exercent pas la même profession que leur propre mère et 33,5 % des époux n’exercent pas la même profession que leur propre père…

  • 6  La table est réduite aux 6 catégories d’actifs. Il s’agit donc du rapport entre la somme des effec (...)

Tableau 4 : Taux d’mmobilité pour chaque table de mobilité – 6 groups d’actifs6

Tableau 4 : Taux d’mmobilité pour chaque table de mobilité – 6 groups d’actifs6
  • 7  On pourrait, dans l’absolu, utiliser plus de variables ; nous nous en tenons à ce qu’il a été poss (...)
  • 8  De manière à rendre lisible ces profils, nous avons diminué a priori le nombre des catégories. Pou (...)

10Construire une variable intégrant les 6 PCS des couples et de leurs parents nécessite une certaine ingéniosité méthodologique. Il suffit de se pencher sur une enquête particulière pour voir que « concaténer » les différentes PCS (qui serait l’idée la plus simple à mettre ne en œuvre) peut aboutir à un nombre considérable de profils qui ne sauront être opérationnels « en l’état »7 : nous avons constaté que les profils « mari*épouse » étaient déjà fort nombreux, ils se multiplient encore lorsque l’on combine les 2 PCS des parents et les 4 PCS des grands-parents.8 En procédant de la sorte, on obtient déjà 823 profils différents en croisant les PCS des grands-parents et 1593 profils en croisant les PCS des 6 ascendants. Il serait donc vain de vouloir les présenter ici ; il serait vain également de prétendre construire une variable à 1593 modalités !

11On pourrait dans un premier temps repérer les profils les plus fréquents en tenant compte des grands-parents uniquement. Ainsi, sur l’échantillon, on compte 7,46% de cas où les deux grands-pères étaient ouvriers alors que les deux grands-mères étaient au foyer. On voit ensuite le cas du grand-père maternel ouvrier, son épouse étant au foyer accompagné de non-réponse ou ne sait pas pour les ascendants paternels (3,21 % des familles de l’échantillon). Mais bien vite les effectifs se font petits : par exemple 85 profils seulement sont observés 10 fois ou plus dans l’échantillon ; beaucoup ne sont observés qu’une fois. Si l’on inclut les parents (Tableau 5), le profil le plus fréquent dans l’échantillon concerne le cas où le mari est systématiquement ouvrier et l’épouse au foyer dans les trois couples (6,51% des familles). Vient ensuite le cas où le mari est ouvrier et l’épouse au foyer pour les parents et grands-parents maternels sans que l’on connaisse les PCS des grands-parents paternels (2,5% des familles). Seulement 55 profils comptent 10 familles ou plus. Au contraire, 1077 profils (sur 1593) ne sont observés que sur une seule famille. On est donc loin de la régularité statistique mais bien dans un cas où, même en passant par des catégories a priori relativement peu nombreuses, la disparité est plutôt la règle.

  • 9  Les profils indiqués se composent des 6 PCS des ascendants dans l’ordre suivant : PCS du père, PCS (...)

Tableau 5 : Répartition des profils les plus fréquents sur l’échantillon9

Tableau 5 : Répartition des profils les plus fréquents sur l’échantillon9
  • 10  On s’aperçoit d’ailleurs que les logiciels de traitement de questionnaires couramment utilisés en (...)

12La question pour nous est donc : peut-on (et si oui comment ?) construire une variable unique décrivant à la fois la mobilité sociale des conjoints et l’homogénéité sociale des couples, autrement dit « des milieux sociaux » à partir d’une telle disparité ? C’est à cette question que nous allons tenter de répondre.10

Comment construire des milieux et des sous-milieux sociaux ? – Regrouper les profils

13La question à se poser est, pour résumer, celle du regroupement des différents profils ici au nombre de 1593. Cette question ne peut être traitée qu’en rapport avec l’objet de recherche d’une part et avec les données recueillies d’autre part. Il s’agit bien de faire des choix théoriques et méthodologiques.

A la recherche de « pôles » numériques…

14Une des solutions consisterait à repérer des profils « pôles », des profils qui concentrent un grand nombre de familles. A partir de là, on pourrait imaginer de classer les profils restants en les « accrochant » au profil pôle assez proche si ce n’est « le plus proche » du point de vue de la composition des PCS.

15Mais nous avons vu plus haut que cette éventualité n’est guère possible car on ne peut pas mettre en évidence de tels pôles. Le profil le plus fréquent ne rassemble que 6,51 % des familles de l’échantillon, le suivant 2,5 %... Au contraire, beaucoup de profils (1077) ne sont observés que sur une seule famille. La solution proposée n’est pas adaptée d’un point de vue « quantitatif », les données ne présentant pas de « noyaux » suffisamment fournis et nombreux à partir desquels on pourrait construire des groupes de profils.

16Mais la solution n’est pas non plus adaptée d’un point de vue « qualitatif » sachant que les profils les plus fréquents (ne serait-ce que les deux premiers) portent sur la PCS ouvrier qui est toujours fortement représentée dans la population française. Du coup, il semble difficile de constituer des noyaux autour d’une seule et même catégorie. Les profils qui pourraient jouer le rôle de pôles ne sont pas variés mais centrés sur certains groupes socioprofessionnels. Comment, à partir de là, classer les profils restants ? Cette proposition n’est donc pas satisfaisante à tout point de vue.

Hiérarchie/non hiérarchie entre les PCS ?

17Une autre solution consisterait à s’appuyer sur une hiérarchie des PCS et à tenter d’expliquer le phénomène à étudier (par exemple l’éducation des enfants) par la mobilité/immobilité sociale. On classerait, par exemple, en trois catégories les familles (immobilité, mobilité « ascendante », mobilité « descendante ») afin d’étudier les liens entre cette variable ainsi construite et certaines variables à expliquer (les conflits parents/enfants par exemple).

18Cette proposition n’est pas sans inconvénient. Tout d’abord, parce que depuis les écrits de Desrosières et Thévenot (1996), on sait pertinemment qu’il n’existe pas de hiérarchie unidimensionnelle sur l’ensemble des groupes socio-professionnels. En conséquence, il semble délicat de construire des groupes de familles en « mobilité ascendante » ou « descendante ».

19Si l’immobilité semble relativement facile à mesurer en comparant deux, voire plus, PCS, la mobilité est plus difficile à mesurer si ce n’est en repérant « seulement » les différences entre PCS (i.e. les différences entre les « codes » des PCS).

20Aussi, nous avons déjà pu démontrer dans cette revue que si « mobilité ascendante » il peut y avoir, « mobilité descendante » il peut y avoir aussi (Dalud-Vincent, 2002). C’est encore le cas sur « nos » données. On trouve par exemple des pères ouvriers alors que leur propre père étaient classés cadres ou professions intermédiaires ou encore employés. On trouve aussi des pères employés fils de cadres… (Tableau 6). Mais il demeure la question (qui n’est pas une question seulement pratique mais bien aussi une question plus théorique), pour les 1593 profils observés et non pas seulement pour les cas apparemment « simples », de classer chacun selon la typologie déclinée en trois items (immobilité, mobilité « ascendante », mobilité « descendante »).

Tableau 6 : Quelques profils et leur répartition dans l’échantillon

Tableau 6 : Quelques profils et leur répartition dans l’échantillon

21La première interrogation porte sur « qui compare-t-on ? ». L’époux peut être en mobilité par rapport à son père et/ou par rapport à sa mère, l’épouse de même. A qui donner la priorité ? Faire ce type de choix, c’est bien sûr prendre une option théorique particulière. Ainsi, dans nos divers profils, on a obtenu par exemple ceux présentés en Tableau 6 qui pourraient être classés de différentes façons selon l’option choisie. Le premier de ces profils serait à classer en « mobilité descendante » si on compare le père et son propre père mais en « immobilité » si on compare le père et son beau-père ou encore la mère et sa propre mère.

22La seconde interrogation porte sur « comment classer ? » selon les 3 items proposés. Est-il seulement possible de le faire ? A supposer que l’on accepte une « certaine hiérarchie » entre les groupes d’actifs, quelle sera cette hiérarchie ? Peut-elle être identique quand on s’intéresse aux parents et quand on s’intéresse aux grands-parents (compte tenue de l’évolution des professions mais aussi des diplômes entre les générations) ? Comment classer, comparer un groupe socioprofessionnel et une réponse en « 99 » (ne sait pas ou non réponse) ou encore en « autre » (étudiants, chômeurs, retraités, sans activité professionnelle) voire la catégorie « au foyer » ?

23En définitive, il nous est apparu assez clairement, à la fois d’un point de vue théorique et méthodologique, que supposer une hiérarchie entre les différents groupes, et donc parler de « mobilité ascendante/descendante », n’était pas « la » solution. Mieux valait s’en tenir à un choix d’une certaine façon beaucoup moins engagé en retenant les notions d’ «homogénéité/hétérogénéité » professionnelle de la famille. En pratique, il s’agissait de construire ce que nous avons nommé une «équivalence/non équivalence » entre deux PCS. Deux PCS seront dites « équivalentes » si elles portent le même code dans la nomenclature utilisée. Dans tous les autres cas, elles seront dites « non équivalentes ». Cette notion d’« équivalence/non équivalence » est plus large que celle de « mobilité/immobilité » dans le sens où on peut parler d’« équivalence/non équivalence » au sein d’un couple par exemple alors que, dans ce cas, on ne peut pas parler de « mobilité/immobilité ». Du point de vue de l’interprétation, si les 6 PCS des ascendants sont équivalentes, on dira que le milieu est homogène. A l’extrême inverse, si les 6 PCS sont deux à deux non équivalentes, on dira que le milieu est très hétérogène. Entre ces deux cas de figure, toutes les situations sont bien sûr possibles…

24Il n’en demeure pas moins que notre approche reste bien sûr discutable dans la mesure où une égalité de PCS est considérée comme une ressemblance forte. Peut-on parler de ressemblance forte entre un agriculteur qui a peut-être 80 ans (grand-père) et un agriculteur de 40 ans (père) ? Ceci est un problème de fond sous-jacent à toute l’analyse que nous proposons et que l’on rencontre dès lors que l’on s’intéresse aux PCS et à différentes générations. Une nomenclature a toujours des biais et nous n’y échappons pas. Mais on peut avancer l’idée que, pour ce travail, nous considérons que deux ouvriers (même s’ils appartiennent à deux générations différentes) ont « plus de chances » de se ressembler qu’un ouvrier et un agriculteur par exemple. Il ne s’agit donc pas tant de poser comme « équivalents » (i.e. substituables) deux individus que de les considérer comme « plus ressemblants, plus proches » entre eux que deux autres.

Hiérarchie/non hiérarchie entre les personnes ?

25Une autre solution encore consisterait à hiérarchiser les personnes en donnant priorité au père par exemple (qui est plus souvent personne « de référence »). Sur cette question, et nous l’avons déjà évoquée plus haut, la littérature montre toute l’importance de chacune des 6 personnes que sont les parents et les grands-parents dans l’éducation des enfants même si certains travaux (quantitatifs ou qualitatifs) insistent plus sur telle ou telle d’entre elles. Eclairé et en même temps interrogé par ces résultats, notre point de vue ne va pas dans le sens de l’extraction d’une variable PCS particulière qui expliquerait mieux que toutes les autres tel ou tel conflit ou comportement…C’est bien dans la mise en évidence d’une conjugaison des 6 PCS et non d’une discrimination que nous désirons avancer par le biais de la construction d’une variable unique.

26Concernant la méthode, ce point de vue met naturellement à l’écart les analyses de type « régression » rassemblés sous l’appellation « méthodes explicatives » en statistique. Ces méthodes ont justement pour but de mettre en évidence les/des variables explicatives d’un phénomène (pour nous, par exemple, les conflits existants entre parents et enfants). Elles ont aussi pour but de hiérarchiser ces variables explicatives dans la mesure où elles tiennent compte des phénomènes d’« interactions » entre elles. Dans notre cas, on pourrait en déduire quelle est la variable de type PCS qui explique « au mieux » tel type de conflit « net des effets d’interactions avec les autres variables ». Nos objectifs ne vont pas dans ce sens et suggèrent beaucoup plus un effet de composition des PCS des différents ascendants que des effets qui viendraient se rajouter les uns aux autres, comme s’ils étaient « séparables ».

27Les méthodes descriptives de type ACM (Analyse Factorielle des Correspondances Multiples) semblent a priori mieux adaptées dans le sens où elles permettent d’étudier les liens entre plus de deux variables. On pourrait donc « croiser » les 6 variables PCS avec telle variable à expliquer (conflits par exemple). Il en résulterait que telle composition des 6 variables est en forte attraction avec tel item de la variable à expliquer.

28Une telle approche ne nous a pas semblé satisfaisante dans la mesure où seules les compositions numériquement très importantes risquaient d’être analysées ; en revanche beaucoup de compositions moins fréquentes ne pourraient pas faire l’objet d’interprétation. L’ACM, en effet, a pour objectif de réduire pour décrire au mieux et admet, en conséquence, l’inconvénient de faire disparaître des correspondances de « second ordre » comme le souligne B. Lahire (2004). Compte tenu de la distribution des profils présents dans nos données (beaucoup de profils peu fréquents), il était vain de vouloir procéder de la sorte.

29Mais à cela s’ajoute le fait que l’ACM ne peut aider à la construction de milieux qu’en rapport étroit avec la ou les variables correspondant au phénomène étudié. C’est bien à partir de l’étude des correspondances que la typologie voit le jour. Nous avions, pour ce qui nous concerne, l’objectif de tester certaines hypothèses portant sur le « rôle » tenu par l’homogénéité/hétérogénéité professionnelle dans les pratiques éducatives. Plus largement, notre ambition était de proposer un outil si possible réutilisable pour d’autres problématiques que la nôtre (pour étudier d’autres pratiques que les pratiques éducatives). Il s’agissait donc de mettre en œuvre un regroupement a priori des profils sur cette base à l’aide de la notion d’équivalence (indépendamment des données traitées). D’autant plus que notre ambition ne s’arrêtait pas là : il ne fallait pas oublier les différences selon l’origine sociale à niveau d’homogénéité/hétérogénéité égale. Refuser une hiérarchie entre les PCS n’est bien sûr pas refuser l’existence des différentes PCS… Ainsi, une famille homogène peut être « homogène cadre » ou « homogène ouvrière ». La double catégorisation semblait importante et permettait d’espérer aborder deux questions : celle de l’ « explication » par le niveau d’homogénéité/hétérogénéité, et celle, emboîtée, de l’ « explication » par l’origine sociale (PCS).

30C’est donc bien en amont d’une utilisation « réflexe » des méthodes habituelles d’analyse des données qu’il fallait réfléchir dans la mesure où notre choix imposait (tout simplement) un regroupement « raisonné » des profils. Construire un regroupement « raisonné », c’est construire finalement des catégories en se donnant des règles simples et interprétables. C’est ce que nous avons tenté de faire en mettant en correspondance (ressemblance/dissemblance) d’abord les « milieux » des parents (en comparant les deux couples de grands-parents sur la base de la notion d’équivalence définie ci-dessus) pour « descendre » ensuite au niveau du « milieu » de l’enfant (en comparant ses parents à ses grands-parents). Cette logique est une logique « historique » : les parents sont là avant leurs enfants. Et le milieu de l’enfant est en premier lieu constitué du rapprochement des milieux d’appartenance de ses parents. C’est, en même temps, une logique en termes de dispositions : les parents se sont constitués eux-mêmes dans un milieu, ont hérité de manières de faire, de penser… Ces dispositions vont se croiser, se conjuguer, s’ajuster les unes aux autres pour finalement donner d’autres dispositions (celles de leur enfant).

31Pour résumer, notre démarche s’est finalement décomposée en deux temps :
dans un premier temps, nous constituons des milieux. Ces milieux sont eux-mêmes construits en deux niveaux : en comparant, tout d’abord, les couples de grands-parents (nous construisons ainsi 4 « grands » groupes) puis en comparant les parents aux grands-parents (ce qui permet d’obtenir des « milieux »). Ces milieux sont caractérisés par une plus ou moins grande homogénéité dans la mesure où le critère qui sert à les construire est la notion d’équivalence entre PCS.
dans un second temps, mais nous y reviendrons, nous constituons des « sous-milieux ». Ces sous-milieux viendront décomposer chaque milieu précédemment construit en « descendant » aux PCS. Ainsi, un milieu homogène pourra être un milieu homogène « ouvrier » ou un milieu homogène « cadre ». Ces sous-milieux seront construits, non pas en donnant priorité à telle ou telle catégorie ou à telle ou telle personne ascendante particulière, mais en étudiant de près les profils concernés de manière à faire surgir des regroupements « quantitativement » importants. Intéressons- nous, pour l’instant, au premier temps.

Construction des milieux : homogénéité/hétérogénéité

Description des milieux

  • 11  Pour tous les graphiques et tableaux qui suivent, les notations sont les suivantes : MF pour mère (...)

32Le Graphique 1 indique les 4 groupes construits en comparant les deux couples de grands-parents.11 Ces groupes ont été décomposés en milieu en comparant les parents et les grands-parents (Graphiques 2, 3, 4 et 5). Les 21 milieux ainsi obtenus peuvent finalement être repris sous la forme du Tableau 7.

Graphique 1 : Répartition des familles selon les PCS des grands-parents

Graphique 1 : Répartition des familles selon les PCS des grands-parents

Graphique 2 : Répartition des familles telles que MF=MH et PF=PH

Graphique 2 : Répartition des familles telles que MF=MH et PF=PH

Graphique 3 : Répartition des familles telles que PF=PH sans MF=MH

Graphique 3 : Répartition des familles telles que PF=PH sans MF=MH

Graphique 4 : Répartition des familles telles que MF=MH sans PF=PH

Graphique 4 : Répartition des familles telles que MF=MH sans PF=PH

Graphique 5 : Répartition des familles telles que ni MF=MH ni PF=PH

Graphique 5 : Répartition des familles telles que ni MF=MH ni PF=PH

Tableau 7 : Répartition des familles de l’échantillon en fonction du milieu d’appartenance

Tableau 7 : Répartition des familles de l’échantillon en fonction du milieu d’appartenance

33Les 6 premiers milieux sont des cas où les deux couples de grands-parents sont équivalents. Nous parlerons dans ce cas du « groupe 1 ». Les 3 suivants rassemblent les cas où les deux grands-pères seuls sont équivalents (groupe 2). Les 3 suivants encore sont les situations où les deux grands-mères seules sont équivalentes (groupe 3). A partir du milieu 13, les couples de grands-parents n’ont aucune ressemblance (groupe 4).

34D’une manière générale, nous remarquons que les 10 milieux les plus fréquents (milieux 1, 3, 7, 8, 11, 12, 14, 16, 20 et 21) dans l’échantillon rassemblent 92 % des familles de l’échantillon (et même de la population) ; les 11 autres milieux ne rassemblent ensemble qu’une faible partie des ménages. On tient donc là une variable qui, en 10 items, permet de « coder » la plus ou moins grande homogénéité du milieu de l’enfant.

Les milieux « expliquent » mieux les conflits parents/enfant que la PCS du père ou de la mère

35Nous venons de faire apparaître un certain nombre de « milieux familiaux », certains plus homogènes que d’autres, certains plus volumineux que d’autres. Dans cette première construction, nous avons avant tout privilégié les équivalences/non équivalences entre les 6 PCS des ascendants de l’enfant retenu dans l’enquête.

36Il semble important de s’arrêter momentanément pour tester ce qui sera notre première hypothèse concernant l’autorité dans les familles ; à savoir que la plus ou moins grande homogénéité du milieu auquel appartient l’enfant intervient, a un lien avec l’existence/inexistence de conflits entre parents et enfant. Notre question sera donc de repérer si, par exemple, un profil de type 6 PCS identiques amène à moins de conflits et/ou à d’autres conflits qu’un profil où l’homogénéité du milieu social de l’enfant est moins importante.

  • 12  Il est à noter que les milieux ne sont pas « hiérarchisables » dans la mesure où, par exemple, on (...)

37De manière corollaire, il s’agira de voir dans quelle mesure la structure même de cette homogénéité joue un rôle important. Par exemple, voit-on une différence entre la situation où le couple parental est équivalent à celui des grands-parents maternels et la situation où le couple parental est équivalent à celui des grands-parents paternels ? En d’autres termes, à niveau égal d’homogénéité,12 voit-on des différences entre milieux ?

  • 13  Les modalités de réponses sont pour chacune de ces variables « oui », « non » ou « l’enfant est tr (...)

38Pour commencer, on peut comparer les « pouvoirs explicatifs » des « milieux » que nous avons construits, de la PCS du père, puis de la PCS de la mère. Pour ce faire, il suffit de construire les tris croisant chacune des nomenclatures (milieux, PCS du père, PCS de la mère) avec les variables de type « conflits » contenues dans le fichier INSEE. Ces dernières indiquent les avis du parent répondant sur l’existence ou non de désaccord avec un de ses enfants (choisi au hasard) dans les domaines suivants : choix du métier (désaccord A) ; école (désaccord B) ; fréquentations (désaccord C) ; sorties (désaccord D) ; vêtement et aspect physique (désaccord E) ; dépenses (désaccord F).13 Chaque tri ainsi construit peut faire l’objet du calcul du Khi-deux et du coefficient de Cramer (noté V) qui est un indice du degré d’association des deux variables croisées. Il permet de comparer la force de différents liens. On rappelle que cet indice est compris entre 0 (si aucun lien n’apparaît entre les deux variables) et 1 (si le lien est au plus fort). Il se calcule par la formule suivante :

Khi-deux représente la valeur du Khi-deux du tableau,
N représente le nombre d’observations contenues dans le tableau,
l représente le nombre de lignes du tableau,
c représente le nombre de colonnes du tableau.

39Au risque valant 5 %, le test du Khi-deux amène à conclure à la dépendance entre milieux et désaccord, quel que soit le désaccord. Il en est de même entre PCS de la mère et désaccord. Par contre, s’agissant du croisement entre PCS du père et désaccord, le test conclut l’indépendance pour le choix du métier (A), l’école (B) et les vêtements, l’aspect physique (E). Aussi, le Graphique 6 montre que le coefficient V, même s’il reste assez faible, est toujours plus élevé quand on croise les milieux avec les désaccords. Il apparaît donc clairement que les milieux « expliquent » mieux que l’origine sociale repérée par la PCS du père ou de la mère les différents conflits.

  • 14  Il s’agit respectivement des croisements entre les 10 milieux les plus fournis et chaque désaccord (...)

Graphique 6 : Valeurs des coefficients V de Cramer pour chaque tableau croisant désaccord et milieux , désaccord et PCS du père, désaccord et PCS de la mère14

Graphique 6 : Valeurs des coefficients V de Cramer pour chaque tableau croisant désaccord et milieux , désaccord et PCS du père, désaccord et PCS de la mère14

40Les Graphiques 7, 8 et 9 (effectués sur la population redressée) montrent finalement les positions des différents milieux les uns par rapport aux autres et aussi par rapport à la situation moyenne (qui tient compte de l’ensemble des 21 milieux).

Graphique 7 : Part des « oui » dans chaque milieu et pour chaque conflit

Graphique 7 : Part des « oui » dans chaque milieu et pour chaque conflit

Graphique 8 : Part des « non » dans chaque milieu et pour chaque conflit

Graphique 8 : Part des « non » dans chaque milieu et pour chaque conflit

Graphique 9 : Part des réponses « l’enfant est trop petit » dans chaque milieu et pour chaque conflit

Graphique 9 : Part des réponses « l’enfant est trop petit » dans chaque milieu et pour chaque conflit

41On peut voir ainsi (Graphique 7) que les différences entre les milieux peuvent être importantes quand on repère les réponses positives (présence du désaccord selon le parent répondant). L’écart entre le milieu correspondant au taux maximal et le milieu correspondant au taux minimal vaut 22,6 points pour le conflit F ; il vaut 21,7 points pour le conflit C, 20,3 points pour le conflit D. Il diminue tout en restant relativement élevé pour le conflit A (13,1 points), pour le conflit B (8,1 points) et tombe encore plus bas pour le conflit E (7 points). L’école et l’aspect physique seraient donc moins l’objet de différences entre milieux concernant les réponses positives ; à l’inverse, les dépenses, les fréquentations et les sorties montrent des différences d’appréciation entre milieux.

42On voit également se dégager 3 milieux plus particulièrement placés au-dessus des autres (12, 20 et 21). Le milieu 12 se situe très au-dessus concernant les fréquentations ; le milieu 21 se différenciant plus à propos des dépenses mais aussi des sorties. Au contraire, les milieux 7 et 16 sont situés généralement au bas du graphique et répondent donc moins souvent par la présence de désaccords. Il est d’ailleurs remarquable que le milieu 21 soit au plus bas à propos de l’aspect physique.

43Quelles sont les caractéristiques des milieux repérés de la sorte ? Les milieux 20 et 21 sont les plus hétérogènes qu’on ait pu construire. Le milieu 12 contient des cas de mobilité de la femme dans la mesure où les deux grands-mères sont équivalentes (en réalité très majoritairement au foyer) alors que la mère ne leur ressemble pas. Dans ce cas aussi, les deux grands-pères ne sont pas équivalents. Les parents indiqueraient donc plus souvent l’existence de désaccords avec leur enfant lorsqu’ils sont issus de milieux hétérogènes ou lorsqu’une mobilité de la mère a eu lieu. Ces parents insistent plus particulièrement sur la sociabilité (fréquentations, sorties) et sur les dépenses. A l’inverse, les parents répondant moins par « oui » appartiennent à des familles qui sont soit dans une situation d’équivalence entre les 3 époux et la mère soit dans une situation d’équivalence entre le couple de parents et le couple de grands-parents paternels. On est là dans des milieux beaucoup plus homogènes.

  • 15  Il est clair que le « apparemment » est important dans la mesure où l’hypothèse selon laquelle il (...)

44On voit également que le milieu 14 et le milieu 16 (même niveau d’homogénéité mais avec équivalence entre couple des parents et couple grands-parents maternels pour le milieu 14, d’une part, et équivalence entre couple des parents et couple grands-parents paternels pour le milieu 16, d’autre part) n’admettent pas les mêmes proportions de « oui » notamment pour les désaccords C, D, E et F. Le milieu 14 se situe nettement au-dessus du milieu 16. On déduit qu’à homogénéité du milieu « apparemment »15 comparable, les conflits/désaccords annoncés par les parents ne sont pas « quantitativement » comparables.

45Qui répond plutôt par la négative aux désaccords avec les enfants ? Les courbes (Graphique 8) apparaissent ici un peu plus serrées et aplaties que les précédentes, mais l’échelle ne doit pas être trompeuse. En réalité, elles se dissocient encore avec des écarts entre « maxi » et « mini » qui vont de 32,6 points pour les dépenses à 23,8 points pour les fréquentations. Ces écarts sont donc tous, sans exception, loin d’être négligeables. Les positions de ces courbes indiquent qu’il n’y a pas renversement par comparaison aux courbes des « oui ». Au contraire, les milieux qui répondent le plus en « oui » sont également ceux qui répondent le plus en « non ». On retrouve ainsi tout en haut les milieux 12, 20 et 21.

46Le Graphique 9 va donc être instructif. Il montre bien que les milieux autres que 12, 20 et 21 ont en quelque sorte « botté en touche » en choisissant beaucoup plus fréquemment « l’enfant est trop petit ». Les écarts s’étalent entre 42,9 points pour D à 24,7 pour l’aspect physique.

  • 16  On observe le même phénomène avec la PCS du père et celle de la mère.

47Mais on peut, bien sûr, penser que la réponse des parents aux questions sur les désaccords dépend, non seulement du milieu de l’enfant, mais aussi de son âge. En effet, l’âge des enfants n’est pas comparable d’un milieu16 à l’autre. Le Tableau 8 récapitule les moyennes d’âge par milieu. Il est clair que les milieux 12, 20 et 21 contiennent des familles dont l’enfant est relativement âgé comparativement aux autres milieux. On peut donc légitimement supposer que les dépendances entre milieux et réponses aux différents désaccords s’expliquent d’abord par des différences d’âge.

Tableau 8 : Moyenne d’âge par milieu

Tableau 8 : Moyenne d’âge par milieu
  • 17  Les Khi-deux ne sont pas jugés significatifs au seuil de 5% dans la plupart des cas ; beaucoup d’e (...)

48A ceci, on peut répondre que tous les autres milieux admettent des moyennes d’âge relativement comparables et qu’ils n’ont pas pour autant obtenu des courbes similaires (par exemple, les milieux 14 et 16 repérés plus haut). D’autre part, on peut aussi refaire les mêmes tris « âge par âge » et montrer que les milieux « expliquent » toujours mieux les conflits que les PCS du père ou de la mère. A titre d’exemple, les Graphiques 10 et 11 donnent les valeurs de V pour le conflit C (fréquentations), puis pour E (aspect physique). On remarque, en comparant ces courbes aux précédentes (pour tous âges confondus), que les coefficients17 augmentent. Mais la courbe indiquant les coefficients pour les milieux reste globalement au-dessus des deux autres. Enfin, le pouvoir explicatif du milieu n’est pas toujours identique. A certains âges, il apparaît plus important. A certains âges également, l’écart entre les différentes courbes devient plus particulièrement grand.

Graphique 10 : Valeurs des coefficients V de Cramer pour chaque tableau croisant désaccord C et milieux, désaccord C et PCS du père, désaccord C et PCS de la mère par âge

Graphique 10 : Valeurs des coefficients V de Cramer pour chaque tableau croisant désaccord C et milieux, désaccord C et PCS du père, désaccord C et PCS de la mère par âge

Graphique 11 : Valeurs des coefficients V de Cramer pour chaque tableau croisant désaccord E et milieux, désaccord E et PCS du père, désaccord E et PCS de la mère par âge

Graphique 11 : Valeurs des coefficients V de Cramer pour chaque tableau croisant désaccord E et milieux, désaccord E et PCS du père, désaccord E et PCS de la mère par âge

Des milieux aux sous-milieux - Construction des sous-milieux : origine sociale

49Cette première approche ne doit pas faire abstraction du fait qu’à l’intérieur d’un même milieu, les origines de l’enfant peuvent être très diverses. Par exemple, dans le milieu 1, le plus homogène dans la mesure où les 6 ascendants connaissent (ou ont connu) la même PCS, on peut différencier les cas où cette PCS partagée est agriculteur ou ouvrier ou cadre…

  • 18  On ne renonce pas bien sûr à regrouper certains cas de figures au niveau de l’interprétation. Ce q (...)

50Il s’agit donc, dans ce second temps, d’avoir un double regard homogénéité/origine sociale en constituant ce que nous appellerons des « sous-milieux ». Si sociologiquement, cette approche peut paraître assez nouvelle, techniquement elle ne pose pas de problème majeur dans la mesure où il suffit de « descendre » au niveau des PCS là où nous nous en sommes tenus à des catégories plus grossières portant sur l’homogénéité. L’avantage sera de conserver à tout moment nos « milieux » qui ont déjà prouvé leurs liens « explicatifs » avec l’« autorité » pratiquée. A aucun moment, nous ne construirons une deuxième catégorisation complètement indépendante18 de la première. Cette construction devrait, entre autre, permettre de répondre à des hypothèses du type : les familles ouvrières très homogènes (6 ascendants ouvriers), ont-elles les mêmes réponses sur les désaccords que les familles où les 3 époux sont (ou étaient) ouvriers et les épouses femmes au foyer ?

51Un autre point nous semble important également. Si cette démarche peut permettre de faire des différences internes à chaque milieu, elle peut aussi faire apparaître le lien éventuellement fort entre milieu et PCS par exemple en montrant peut-être que seules les familles d’agriculteurs appartiennent aux milieux les plus homogènes ou encore que seules les familles où le père est cadre (famille en mobilité « ascendante ») sont dans des milieux très hétérogènes. Si cela s’avérait être vérifié, on aurait un « doute » sur ce qui explique véritablement les différences apparues jusque-là, homogénéité ou PCS ? C’est aussi dans ce sens qu’il nous a semblé nécessaire de mener une analyse plus fine.

  • 19  Le tri croisant les 10 milieux les plus fréquents et la PCS du père (13 modalités possibles) donne (...)

52Il est, à ce propos, assez clair que les milieux ne se ressemblent pas du point de vue de la PCS du père19 (Graphique 12). On ne peut pas dire non plus qu’il existe une ressemblance à l’intérieur d’un même groupe (entre les milieux 1 et 3, entre les milieux 7 et 8, entre les milieux 11 et 12, entre les derniers milieux). Le milieu 1 se démarque nettement dans la mesure où il contient une très forte proportion d’agriculteurs ; les milieux 3, 7 et 8 contiennent plus d’ouvriers qu’en moyenne ; les milieux 12, 20 et 21 contiennent plus de cadres. Le milieu 21 contient beaucoup de professions intermédiaires, d’employés. Mais d’une manière générale, on retrouve bien toutes les catégories dans chaque milieu.

Graphique 12 : Répartition de la PCS du père par milieu

Graphique 12 : Répartition de la PCS du père par milieu
  • 20  Le tri croisant les 10 milieux les plus fréquents et la PCS de la mère (13 modalités possibles) do (...)

53Les milieux se différencient aussi du point de vue de la PCS de la mère20 (Graphique 13), en partie à propos des mères au foyer qui peuvent être très nombreuses (milieux 3, 8 et 11) ou inexistantes (milieux 1 et 7). Les milieux hétérogènes ne contiennent que peu de mères au foyer. On retrouve toujours beaucoup d’agricultrices dans le milieu 1 et d’ouvrières dans les milieux 1 et 7. Les employées semblent plus nombreuses en milieux 12, 20 et 21. Ces derniers milieux, que nous avons retrouvés ensemble dans nos analyses précédentes, présentent des structures relativement proches (ce qui n’était pas autant le cas pour la PCS du père). On note encore que les milieux d’un même groupe n’ont pas forcément les mêmes structures. La question qui se pose est donc : comment construire les sous-milieux ?

Graphique 13 : Répartition de la PCS de la mère par milieu

Graphique 13 : Répartition de la PCS de la mère par milieu

54Dans la continuité de ce que nous avons défendu plus haut (pas de hiérarchie a priori entre les PCS, pas de priorité de tel ascendant sur tel autre), nous avons fait le choix de nous appuyer sur une analyse « statistique » fine des profils de chaque milieu. Notre objectif a été de repérer des régularités dans chaque milieu, ces régularités peuvent porter sur des associations fréquentes entre plusieurs PCS, sur la non activité d’une ou de plusieurs des épouses (au foyer)… voire encore sur les non-réponses nombreuses dans certains milieux (14, 20 et 21).

  • 21  Il en découle parfois des sous-milieux qui ne seront pas toujours parfaitement comparables d’un mi (...)

55Il ne s’agit donc pas d’une catégorisation a priori mais bien d’une catégorisation mettant en évidence des pôles dans chaque milieu. A aucun moment, par exemple, nous avons fait le « choix » de donner priorité à une PCS particulière (PCS du père par exemple), c’est toujours sur la base des fréquences « les plus fortes » que nous avons créé nos catégories.21 Il serait long et fastidieux de développer chaque décomposition des 10 milieux les plus fréquents. Nous présentons, à titre d’exemples, deux d’entre elles.

Décomposition du milieu 14

56Dans ce milieu (1030 familles), ni les grands-mères ni les grands-pères ne partagent la même PCS, mais le couple de parents est équivalent au couple des grands-parents maternels. En analysant les différents profils de ce groupe, on s’aperçoit que l’on trouve un grand nombre de non-réponses concernant les PCS des grands-parents paternels (465 familles n’ont indiqué ni la PCS du grand-père paternel ni la PCS de la grand-mère paternel, soit 45,15 % des familles du milieu). Nous avons donc pris le parti de découper en deux groupes ce milieu de manière à constituer un groupe de familles telles que l’une des PCS des grands-parents paternels au moins n’est pas « 99 ». On compte 565 familles (soit 54,85 % des familles du milieu 14) dans ce groupe. On décompose ces familles en 3 sous-groupes :

57parents et grands-parents maternels ont tous la même PCS (sauf 10) - 199 familles sont dans ce cas, dont 39 familles (code 14001) telles que parents et grands-parents maternels sont ouvriers, 44 familles ( code 14003) telles que parents et grands-parents maternels sont agriculteurs, 38 familles (code 14002) telles que parents et grands-parents maternels sont employés, 42 familles (code 14004) telles que parents et grands-parents maternels sont artisans, 36 autre cas (code 14005).

58la mère et la grand-mère maternelle sont au foyer - 189 familles sont dans ce cas dont 64 familles (code 14006) telles que le père et le grand-père maternel sont ouvriers, 30 familles (code 14007) telles que le père et le grand-père maternel sont cadres, 26 familles (code 14008) telles que le père et le grand-père maternel sont employés, 33 familles (code 14009) telles que le père et le grand-père maternel sont artisans, 29 familles (code 140010) telles que le père et le grand-père maternel sont professions intermédiaires, 7 autres cas (code 140011).

59autres cas - 177 familles demeurent dont 26 familles (code 140012) telles que le père et le grand-père maternel sont professions intermédiaires, 57 familles (code 140013) telles que le père et le grand-père maternel sont ouvriers, 94 autres cas (code 140014).

Décomposition du milieu 16

60Dans ce milieu (644 familles), ni les grands-mères ni les grands-pères ne partagent la même PCS, mais le couple de parents est équivalent au couple des grands-parents paternels. Ce milieu peut apparaître comme le symétrique du milieu 14 dans la mesure où l’équivalence ne porte plus sur la lignée maternelle mais sur la lignée paternelle. En analysant les différents profils de ce groupe, on peut construire 3 sous-milieux dont certains pourraient par la suite être regroupés si nécessaire.

61parents et grands-parents paternels ont tous la même PCS (sauf 10) - 235 familles sont dans ce cas, dont 55 familles (code 1601) telles que parents et grands-parents paternels sont ouvriers, 62 familles (code 1603) telles que parents et grands-parents paternels sont agriculteurs, 36 familles (code 1602) telles que parents et grands-parents paternels sont employés, 46 familles (code 1604) telles que parents et grands-parents paternels sont artisans, 36 autre cas (code 1605).

62la mère et la grand-mère paternelle sont au foyer - 229 familles sont dans ce cas, dont 82 familles (code 1606) telles que le père et le grand-père paternel sont ouvriers, 39 familles (code 1607) telles que le père et le grand-père paternel sont cadres, 32 familles (code 1608) telles que le père et le grand-père paternel sont employés, 33 familles (code 1609) telles que le père et le grand-père paternel sont artisans, 26 familles (code 1610) telles que le père et le grand-père paternel sont professions intermédiaires, 17 autre cas (code 1611).

63autres cas - 180 familles demeurent dont 40 (code 1612) familles telles que le père et le grand-père paternel sont ouvriers, 36 familles (code 1613) telles que le père et le grand-père paternel sont artisans, 34 familles (code 1614) telles que le père et le grand-père paternel sont cadres, 30 familles (code 1615) telles que le père et le grand-père paternel sont professions intermédiaires, 40 autres cas (code 1616).

64En procédant de la sorte pour chaque milieu, nous avons construit 83 sous-milieux s’emboitant dans les 10 milieux les plus fréquents.

Les sous-milieux améliorent encore l’ « explication » des conflits parents/enfant

65Avant toute analyse, il est important de rappeler que certains sous-milieux sont peu fournis (pour certains, moins de 20 familles). En conséquence, le test du Khi-deux amène dans la plupart des cas à de nombreux effectifs théoriques inférieurs à 5. Ceci étant, les coefficients de Cramer montrent que la force des liens entre désaccord et sous-milieux augmente encore par rapport à celle obtenue pour les milieux (Graphique 14).

66

  • 22  Il s’agit des croisements entre les 83 sous-milieux (appartenant aux 10 milieux les plus fournis) (...)

Graphique 14 : Valeurs des coefficients V de Cramer pour chaque tableau croisant désaccord et milieux, désaccord et PCS du père, désaccord et PCS de la mère, désaccord et sous-milieux22

Graphique 14 : Valeurs des coefficients V de Cramer pour chaque tableau croisant désaccord et milieux, désaccord et PCS du père, désaccord et PCS de la mère, désaccord et sous-milieux22

67Deux questions peuvent maintenant être traitées selon que l’on s’intéresse à la comparaison des sous-milieux d’un même milieu (étude interne), ou que l’on s’intéresse à la comparaison de sous-milieux appartenant à des milieux différents mais se ressemblant du point de vue des PCS (étude externe).

Des différences selon l’origine sociale à l’intérieur d’un même milieu…

68Les coefficients de Cramer (Graphique 15) montrent que la force des liens n’est pas toujours la même selon le désaccord et selon le milieu décomposé et étudié. On peut observer que l’étude interne aux milieux 3, 20 et 21 n’amène pas à des valeurs très importantes de V. Pour tous les autres milieux, l’étude interne montre que les liens observés sont plus forts que ceux que l’on a pu mesurer entre les milieux eux-mêmes. On peut donc constater ainsi que s’il y a des différences entre les milieux, il y en a bien aussi entre les sous-milieux d’un même milieu. Les deux niveaux sont donc bien complémentaires et utiles. Les milieux 7 et 8 semblent particulièrement bénéficier de cette décomposition.

  • 23  Avec milieu 14(99) : on ne connaît pas les PCS des grands-parents paternels et milieu 14(autre) : (...)

Graphique 15 : Valeurs des coefficients V de Cramer pour chaque tableau croisant désaccord et sous-milieux d’un même milieu23

Graphique 15 : Valeurs des coefficients V de Cramer pour chaque tableau croisant désaccord et sous-milieux d’un même milieu23

69A titre d’exemple (Graphique 16) et sous la forme d’hypothèses, compte tenu des effectifs relativement faibles de familles que nous avons pu comparer, nous pouvons indiquer les résultats qui portent sur certains sous-milieux du milieu 14 (cas où parents et grands-parents maternels ont tous la même PCS mais ne sont pas « au foyer »).

Graphique 16 : Part des « oui » dans chaque sous-milieu et pour chaque conflit

Graphique 16 : Part des « oui » dans chaque sous-milieu et pour chaque conflit

70Les familles ouvrières (parents et grands-parents maternels ouvriers) auraient globalement moins de désaccords que les familles d’employés (sauf pour les dépenses), l’écart entre les deux est notable pour les sorties Les familles d’employés sont celles qui, comparativement aux autres, connaissent le plus de désaccords, si l’on exclut les dépenses et le métier (pour lequel elles sont dépassées par les agriculteurs). Les familles d’artisans/commerçants restent, quant à elles, plutôt au-dessous des autres. Les agriculteurs atteignent le niveau le plus haut pour le métier et les dépenses et le plus bas pour les vêtements. A niveau égal du point de vue de l’homogénéité, on note donc des différences selon l’origine sociale (PCS).

…mais aussi d’un milieu à l’autre

71Notre question sera maintenant la suivante : l’origine sociale, peut-elle évacuer la question de l’homogénéité/hétérogénéité du milieu ? En clair, les familles plutôt à tendance ouvrière, se ressemblent-elles dans leur comportement quel que soit leur niveau d’homogénéité ? Y a-t-il des différences entre sous-milieux appartenant à des milieux différents mais proches du point de vue de l’origine sociale ? Il s’agit donc de comparer les sous-milieux, quel que soit leur groupe ou milieux d’appartenance.

72A titre d’exemple (Graphique 17) et sous la forme d’hypothèses pour les raisons déjà évoquées plus haut, nous pouvons indiquer quelques résultats portant sur des sous-milieux à tendance ouvrière et appartenant aux milieux 14 et 16.

Graphique 17 : Part des « oui » dans chaque sous-milieu et pour chaque conflit

Graphique 17 : Part des « oui » dans chaque sous-milieu et pour chaque conflit

73On repère encore des différences internes à chaque milieu (entre les courbes du milieu 14, d’une part, et celles du milieu 16, d’autre part) mais on entrevoit également des différences entre milieux (symétriques ici). Une immobilité du côté paternel de type « parents et grands-parents ouvriers » amènerait à moins de conflits (sauf métier et aspect physique) qu’une immobilité du côté maternel de même type. Aussi, lorsqu’elle est toujours du côté paternel mais de type « père et grand-père ouvriers, mère et grand-mère au foyer », l’immobilité amènerait à plus de conflits de type école, fréquentations et dépenses et à moins de conflits de type métier, sorties et aspect physique que lorsqu’elle est du même type mais du côté maternel. On note ainsi en résumé que, concernant les sous-milieux à tendance ouvrière, l’immobilité sociale « n’interviendrait pas » de la même manière (dans la mesure où les volumes des différents conflits d’après les dires des parents ne sont pas les mêmes) selon la lignée (immobilité du côté maternel vs paternel) et la nature de cette immobilité (« parents et grands-parents ouvriers » vs « père et grand-père ouvriers, mère et grand-mère au foyer »).

Conclusion

74La construction que nous proposons repose parfois sur des effectifs relativement faibles et ne peut faire fonction d’une véritable démonstration au sens statistique (les Khi-deux ne permettent pas toujours de conclure). Elle montre néanmoins qu’il y a moyen de tenir à la fois une analyse en termes d’homogénéité/hétérogénéité du milieu de l’enfant et une analyse en termes d’origine sociale (PCS). Elle a aussi l’avantage de ne supposer ni une hiérarchie entre les PCS, ni une hiérarchie entre les personnes. Pour finir, elle n’est basée que sur des variables habituellement collectées et peut donc être réutilisée dans d’autres travaux mobilisant des données d’enquête de grande envergure, y compris des travaux portant sur d’autres domaines que les relations parents/enfants. On peut aussi imaginer compléter ces variables par d’autres (diplômes, par exemple). Cette première tentative pourra certainement, grâce à d’autres données et problématiques, être rendue plus performante et, pourquoi pas, aboutir à un outil standardisé…

Haut de page

Bibliographie

Attias-Donfut C., Lapierre N., Segalen M. (2002) : Le nouvel esprit de famille, Odile Jacob, Paris.

Dalud-Vincent M. (2002) : Reso comme outil de structuration des Catégories Socioprofessionnelles, Bulletin de Méthodologie Sociologique, octobre, 76, 5-26.

Desrosières A., Thévenot L. (1996) : Les catégories socioprofessionnelles, La Découverte, Repères, Paris.

Girard A. (1981) : Le choix du conjoint, INED – PUF, Travaux et documents cahier 70, 3ème édition.

Kieffer A., Oberti M., Préceteille E. (2002) : Enjeux et usages des catégories socioprofessionnelles en Europe, Sociétés contemporaines, L’Harmattan, n°45-46, 5-15.

Lahire B. (1998) : L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Nathan, Paris.

Lahire B. (2004) : La culture des individus, Dissonances culturelles et distinction de soi, La découverte, Paris

Neyret G., Faucheux H. (2002) : Extraits du rapport « Evaluation de la pertinence des catégories socioprofessionnelles », Sociétés contemporaines, L’Harmattan, n°45-46, 131-155.

Merllié D. (1994) : Les enquêtes de mobilité sociale, PUF, Paris.

Merllié D., Prévot J. (1991) : La mobilité sociale, La Découverte, Repères, Paris.

Thélot C. (1982) : Tel père tel fils, Paris, Dunod.

Vallet L.-A. (1995) : Diplôme féminin et carrière masculine, Revue française de sociologie, n°36-1, 143-170.

Haut de page

Notes

1  Professions et Catégories Socioprofessionnelles.

2  Enquête Permanente sur les Conditions de Vie des Ménages (INSEE, 2003) auprès de 4114 familles représentatives des familles ayant au moins un enfant entre 3 et 25 ans.

3  « Un ménage, au sens statistique, est défini comme l'ensemble des occupants d'une résidence principale, qu'ils aient ou non des liens de parenté. Un ménage peut ne comprendre qu'une seule personne ». « La personne de référence du ménage est déterminée à partir de la structure familiale du ménage et des caractéristiques des individus qui la composent. Il s'agit le plus souvent de la personne de référence de la famille quand il y en a une, ou de l'homme le plus âgé, en donnant priorité à l'actif le plus âgé » (définitions extraites du site Web de l’INSEE).

4  « Une famille est la partie d'un ménage comprenant au moins deux personnes et constituée, soit d'un couple marié ou non, avec ou sans enfants, soit d'un adulte avec un ou plusieurs enfants. Dans une famille, l'enfant doit être célibataire (lui-même sans enfant) » . « La personne de référence de la famille est l'homme du couple ou le parent de la famille monoparentale » (définitions extraites du site Web de l’INSEE).

5  On compte les 12 réponses possibles, plus la non réponse ce qui fait 13 modalités de réponses différentes au total. Ces réponses sont les suivantes : Non renseigné ; 01. Agriculteur exploitant ; 02. Artisan, commerçant, chef d'entreprise ; 03. Cadre et profession libérale ; 04. Profession intermédiaire et technicien ; 05. Employé administratif ou employé de commerce ; 06. Ouvrier ; 07. Etudiant ; 08. Retraité ou retiré des affaires ; 09. Chômeur ; 10. Personne au foyer ; 11. Autre personne sans activité professionnelle ; 99. Ne sait pas.

6  La table est réduite aux 6 catégories d’actifs. Il s’agit donc du rapport entre la somme des effectifs sur la première diagonale divisée par l’effectif total redressé correspondant à cette réduction.

7  On pourrait, dans l’absolu, utiliser plus de variables ; nous nous en tenons à ce qu’il a été possible de faire dans le cadre de l’enquête INSEE.

8  De manière à rendre lisible ces profils, nous avons diminué a priori le nombre des catégories. Pour cela, nous avons mis sous le code 99 les réponses en « ne sait pas » et « non réponse », et sous le code « au » (pour autre) les étudiants, chômeurs, personnes sans activité professionnelle et les retraités. On obtient ainsi 9 catégories comprenant toujours les 6 catégories d’actifs.

9  Les profils indiqués se composent des 6 PCS des ascendants dans l’ordre suivant : PCS du père, PCS de la mère, PCS du grand-père maternel, PCS de la grand-mère maternelle, PCS du grand-père paternel, PCS de la grand-mère paternelle. Les 5 premiers profils indiqués sont également les plus fréquents sur la population redressée.

10  On s’aperçoit d’ailleurs que les logiciels de traitement de questionnaires couramment utilisés en sociologie ne permettent pas même la construction des profils qui nécessitent la concaténation de 6 variables.

11  Pour tous les graphiques et tableaux qui suivent, les notations sont les suivantes : MF pour mère de l’épouse ; MH pour mère de l’époux ; PF pour père de l’épouse ; PH pour père de l’époux ; P pour père/époux ; F pour mère/épouse. Le signe = indique l’équivalence entre les PCS des personnes concernées au sens indiqué dans le texte. Ainsi, par exemple, MF=MH indique que les deux grands-mères ont la même PCS.

12  Il est à noter que les milieux ne sont pas « hiérarchisables » dans la mesure où, par exemple, on retrouve des cas symétriques (homogénéité pour les époux/homogénéité pour les épouses).

13  Les modalités de réponses sont pour chacune de ces variables « oui », « non » ou « l’enfant est trop petit » (i.e., jugé par les parents trop petit pour être concerné par la question).

14  Il s’agit respectivement des croisements entre les 10 milieux les plus fournis et chaque désaccord, entre les 6 PCS d’actifs et chaque désaccord, entre les 6 PCS d’actifs et la catégorie femme au foyer avec chaque désaccord.

15  Il est clair que le « apparemment » est important dans la mesure où l’hypothèse selon laquelle il ne s’agit bien que d’une apparence demande à être vérifiée. L’immobilité selon la lignée (maternelle ou paternelle) ne « jouerait » pas de la même manière. Pour répondre plus précisément, on peut proposer d’ores et déjà, de « descendre » au niveau des catégories dans les deux milieux. A suivre…

16  On observe le même phénomène avec la PCS du père et celle de la mère.

17  Les Khi-deux ne sont pas jugés significatifs au seuil de 5% dans la plupart des cas ; beaucoup d’effectifs théoriques sont inférieurs à 5.

18  On ne renonce pas bien sûr à regrouper certains cas de figures au niveau de l’interprétation. Ce que nous suggérons là est l’idée qu’il restera toujours une manière de remonter à notre première catégorisation en termes d’homogénéité. Cela ne doit pas non plus nous enfermer dans cette première catégorisation, des regroupements seront encore possibles en fonction de leur « valeur explicative ».

19  Le tri croisant les 10 milieux les plus fréquents et la PCS du père (13 modalités possibles) donne un coefficient de Cramer valant 0,155.

20  Le tri croisant les 10 milieux les plus fréquents et la PCS de la mère (13 modalités possibles) donne un coefficient de Cramer valant 0,256. D’une manière générale, le lien entre milieux et PCS est plus fort concernant les épouses (avec la mère en première position).

21  Il en découle parfois des sous-milieux qui ne seront pas toujours parfaitement comparables d’un milieu à l’autre mais telles étaient nos données (nos milieux) et nous avons pris le parti de ne pas déformer chacun d’eux dans un but purement comparatif. Egalement, si les volumes des sous-milieux créés nous ont peu importés dans ce premier « essai », c’est que nous pensons pouvoir, si besoin, regrouper ces sous-milieux en fonction des « pouvoirs » explicatifs qu’ils partageront concernant notre objet.

22  Il s’agit des croisements entre les 83 sous-milieux (appartenant aux 10 milieux les plus fournis) et chaque désaccord.

23  Avec milieu 14(99) : on ne connaît pas les PCS des grands-parents paternels et milieu 14(autre) : les PCS des grands-parents paternels sont, au moins pour l’un d’entre eux, renseignées.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Répartition des familles selon la PCS du père
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 2 : Répartition des familles selon la PCS de la mère
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 3 : Taux d’homogamie pour chaque table croisant les PCS des deux époux (6 groupes d’actifs)
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 4 : Taux d’mmobilité pour chaque table de mobilité – 6 groups d’actifs6
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau 5 : Répartition des profils les plus fréquents sur l’échantillon9
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 6 : Quelques profils et leur répartition dans l’échantillon
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Graphique 1 : Répartition des familles selon les PCS des grands-parents
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphique 2 : Répartition des familles telles que MF=MH et PF=PH
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Graphique 3 : Répartition des familles telles que PF=PH sans MF=MH
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphique 4 : Répartition des familles telles que MF=MH sans PF=PH
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphique 5 : Répartition des familles telles que ni MF=MH ni PF=PH
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau 7 : Répartition des familles de l’échantillon en fonction du milieu d’appartenance
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Graphique 6 : Valeurs des coefficients V de Cramer pour chaque tableau croisant désaccord et milieux , désaccord et PCS du père, désaccord et PCS de la mère14
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Graphique 7 : Part des « oui » dans chaque milieu et pour chaque conflit
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 8 : Part des « non » dans chaque milieu et pour chaque conflit
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 9 : Part des réponses « l’enfant est trop petit » dans chaque milieu et pour chaque conflit
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 8 : Moyenne d’âge par milieu
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Graphique 10 : Valeurs des coefficients V de Cramer pour chaque tableau croisant désaccord C et milieux, désaccord C et PCS du père, désaccord C et PCS de la mère par âge
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Graphique 11 : Valeurs des coefficients V de Cramer pour chaque tableau croisant désaccord E et milieux, désaccord E et PCS du père, désaccord E et PCS de la mère par âge
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Graphique 12 : Répartition de la PCS du père par milieu
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Graphique 13 : Répartition de la PCS de la mère par milieu
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Graphique 14 : Valeurs des coefficients V de Cramer pour chaque tableau croisant désaccord et milieux, désaccord et PCS du père, désaccord et PCS de la mère, désaccord et sous-milieux22
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Graphique 15 : Valeurs des coefficients V de Cramer pour chaque tableau croisant désaccord et sous-milieux d’un même milieu23
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Graphique 16 : Part des « oui » dans chaque sous-milieu et pour chaque conflit
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Graphique 17 : Part des « oui » dans chaque sous-milieu et pour chaque conflit
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/450/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Dalud-Vincent, Odile Rissoan et Rachel Gasparini, « Une autre manière de construire des milieux sociaux ? », Bulletin de méthodologie sociologique, 94 | 2007, 5-38.

Référence électronique

Monique Dalud-Vincent, Odile Rissoan et Rachel Gasparini, « Une autre manière de construire des milieux sociaux ? », Bulletin de méthodologie sociologique [En ligne], 94 | 2007, mis en ligne le 01 avril 2010, consulté le 25 mars 2017. URL : http://bms.revues.org/450

Haut de page

Droits d’auteur

© BMS

Haut de page
  • Revues.org