Navigation – Plan du site
Ongoing Research/Recherche en cours

Le grand oral de Dominique de Villepin

Pascal Marchand
p. 80-85

Résumés

Cet article considère les 26 dernières déclarations de politique générale des Premiers ministres à partir de celle que J. Chirac a prononcée le 5 juin 1974 jusqu’à celle de Dominique de Villepin du 8 juin 2005. Ce corpus représente 181.094 formes lexicales, représentant 2.074 formes distinctes. Un tableau statistique est constitué en croisant, en lignes, les 2.074 formes lexicales, et en colonnes les vingt-six déclarations pour en faire une analyse factorielle des corrrespondances. Le graphique résultant permet de situer de manière chronologique le discours de chaque Premier ministre de 1974 jusqu’aujourd’hui.

Haut de page

Texte intégral

1La déclaration de politique générale qu’a prononcée Dominique de Villepin, Premier ministre, devant l’Assemblée nationale française, le mercredi 8 juin 2005, constitue la trente-et-unième de la Cinquième République, depuis celle de Michel Debré, le 15 janvier 1959.

2Cet exercice rituel rythme la vie politique et médiatique française. Il fait l’objet d’attentes, de prévisions, d’analyses et de commentaires. Mais il s’agit également d’un exposé exemplaire des projets politiques qui ont animé les quarante dernières années : Comment, simultanément, s’adresser à la nation tout entière, répondre aux attentes d’un électorat particulier, fédérer la majorité et donner à ses parlementaires des arguments utiles, mais aussi marquer sa différence de l’opposition politique ? Toutes ces exigences pèsent sur le choix des mots et des formules et rend cette base textuelle tout à fait appropriée à une analyse lexicométrique (Lebart & Salem, 1994).

Caractéristiques générales du corpus

3Les 31 déclarations de politique générale représentent 207747 formes lexicales. Pour permettre la comparaison avec des analyses précédentes (Cf. par exemple Marchand & Monnoyer, 2000), nous ne considérerons ici que les 26 dernières, à partir de celle que J. Chirac a prononcée le 5 juin 1974. Le corpus ainsi limité représente 181094 formes lexicales.

4Il est à noter qu’un certain nombre de réductions ont été opérées sur le lexique :
les pronoms personnels ont été réduits à une forme pivot (par exemple « je » pour j’ et je, et « me » pour m’, me, moi, mon, ma, mes) ;
la plupart des chiffres ont été écrits en lettres, à l’exception des dates et des pourcentages ;
les dates ont été rapportées à une forme « DATE » ; les chiffres ont été supprimés, mais le caractère « % » a été conservé ;
la recherche des segments répétés (Salem, 1987) a permis de regrouper sous une même forme un certain nombre de locutions particulièrement fréquentes : aujourd’hui, Chef de l’Etat, Outre-mer, sécurité sociale, président de la république, Tiers-monde, etc.

5Le seuil de fréquence minimale d’une forme lexicale a été fixé à 10, ce qui permet de retenir 160793 formes lexicales, représentant 2074 formes distinctes.

Analyse des correspondances lexicales

6Un tableau statistique est constitué en croisant, en lignes, les 2074 formes lexicales, et en colonnes les vingt-six déclarations.

7Il est à noter que deux discours ont dû être placés en « variables illustratives », du fait de leurs caractéristiques conjoncturelles et thématiques très particulières qui structuraient très fortement (et artefactuellement) l’analyse :

8Déclaration de politique générale du Premier ministre Pierre Bérégovoy sur les négociations commerciales multilatérales (GATT), le 25 novembre 1992 ;

9Déclaration de politique générale de Monsieur Alain Juppé, Premier ministre, sur son plan de réforme de la protection sociale, à l’Assemblée nationale le 15 novembre 1995.

10Le graphique ci-dessous ne représente que les colonnes (déclarations) et la ligne ne sert qu’à visualiser la chronologie. Voir Figure 1 : AFC lexicale (colonnes du bableau).

Figure 1: AFC lexicale (colonnes du tableau)

Figure 1: AFC lexicale (colonnes du tableau)

11On lit ce graphique d’après les oppositions sur les deux axes (horizontal et vertical). Les formes lexicales (lignes du tableau) qui structurent le plus ces oppositions sont données dans le tableau des contributions absolues.

12Axe horizontal (8,53 %) : Les trois derniers discours de P. Mauroy s’opposent à ceux de A. Juppé (95), J.-P. Raffarin (02), E. Balladur (93) et L. Jospin (97 ; très proche de celui de A. Juppé).

13Du côté P. Mauroy, on observe un vocabulaire de dates, de pourcentages, de chiffres (milliers, millions et milliards), ainsi que des mots tels que industriel, avons, travailleurs, entreprise(s), effort, ans, vous, consommation, production, reprise, contrats, relance, formation, investissement, équilibres, faisons ...

14Du côté gauche de l’axe horizontal, les mots sont les suivants : doit, républicain, égalité, défense, publique, cohésion, santé, proximité, Etat, publique, sécurité, république, pacte, nécessaires, ça, exclusion, monde, faut, réforme, Europe, attentes, démocratie, souhaite, services, missions

15Si on accepte que cet axe horizontal oppose un vocabulaire technique (P. Mauroy) à un vocabulaire plus théorique (A. Juppé, J.-P. Raffarin, E. Balladur et L. Jospin), on voit que la déclaration de D. de Villepin est plus proche du second que du premier.

16Axe vertical (7,58 %) : Cet axe est vraiment chronologique, et oppose les discours de J. Chirac (74), et R. Barre (76 et 78), à ceux de D. de Villepin (05), et J.-P. Raffarin (02, 04, 03).

17Du côté de J. Chirac et R. Barre, les contributions les plus fortes sont : progrès, prix, gouvernement, entend, détente, égard, inflation, pays, organisations, coopération, échanges, vie, indépendance, Pompidou, accomplir, Général de Gaulle, problèmes, politique, société, établissement, croissant, nations, tâche, dignité, hausses, relations, amélioration, liberté, responsabilité, syndicales, participation

18Du côté D. de Villepin et J.-P. Raffarin : mille, emploi(s), jeunes, je, embauche, place, public, ans, PME, salarié(s), contrat(s), projet, veux, avons, cohésion, service, santé, vous, %, personnes, attentes, proximité, école, ça, chômage, entreprises, réforme, emplois, mondialisation

19Il s’agit donc d’une opposition entre des thématiques différentes (la détente, l’inflation, versus l’emploi, la mondialisation), du fait de l’évolution, depuis trente ans, de la société, d’une part, et du genre discursif des déclarations, d’autre part.

20Cette analyse peut être complétée avec les mots spécifiques de la déclaration du nouveau Premier ministre. Il s’agit ici d’effectuer des « tris croisés », consistant à comparer la déclaration de D. de Villepin à l’ensemble des trente autres déclarations pour rechercher les formes lexicales qui s’écartent le plus de la distribution « au hasard ». A ce calcul, qui fait intervenir la comparaison d’une distribution observée à une distribution équilibrée (ou « théorique »), est associé une probabilité. On ne garde pour l’interprétation que celles dont la probabilité de rejet du hasard est la plus forte (et supérieure au seuil de .05). On distingue également :

- la spécificité positive (ou forme caractéristique) : forme sur-employée dans cette déclaration par rapport à l'ensemble des déclarations ; il s'agit donc d'une présence significative. Par exemple, emploi est employé 328 fois dans tout le corpus (soit un peu moins 0,2 % des formes lexicales totales), ce qui représente une moyenne d’un peu plus de dix fois par déclaration. Or, D. de Villepin l’utilise 44 fois (soit 0,75 % des mots qu’il a utilisés). La spécificité est significative à une probabilité de 10-16.

- la spécificité négative : forme sous-employée dans cette déclaration ou encore qu'elle a tendance à éviter ; il s'agit d'une absence significative. Par exemple, gouvernement est employé 762 fois dans tout le corpus (soit un peu plus de 0,4 % des formes lexicales totales), ce qui représente une moyenne d’un peu plus de 24 fois par déclaration. Or, D. de Villepin ne l’emploie que 9 fois (soit 0,15 % des mots qu’il a utilisés). La spécificité négative est significative à .0004.

21Ce qu’il a tendance à privilégier (spécificités positives) : emploi, embauche, salarié, veux, personnes, mille, jeunes, service, chacun, salariés, je, universités, contrat, donnons, un, les, propose, ils, ambition, davantage, leur, petites, besoin, chances, oui, soixante, vérité, aides, public, considérable, place, veulent, dispositif, cinquante, demande, sociaux, attentes, voient, françaises, veut, afin, inacceptable, modèle, contrats, égalité, cesse, trouvent, fidèle, PME, Etat …

22Ce qu’il a tendance à éviter (spécificités négatives) : même, la, gouvernement, politique, mais, fait, et, si, années, progrès, faut, cet, que, du, nécessaire, était, qu, est, ne, domaine, dont, encore, DATES, vous, dès, il, temps, sont, celui, toujours, ainsi, seulement.

Discussion

23En 1988, M. Rocard inaugurait, avec son nouvel espoir, un nouveau genre, privilégiant des concepts de communication consensuelle sur l’exposé de solutions et le conflit idéologique. Abandonné par ses successeurs immédiats, on retrouvera le développement de ce genre discursif avec les notions de pacte ou contrat républicains, de forces vives (A. Juppé, L. Jospin), puis de République, de démocratie, d’humanisme (L. Jospin, J.-P. Raffarin). Loin de rompre avec les discours « communiquants » qui l’ont précédé, le nouveau Premier ministre confirme cette évolution historique du genre.

24Dans la ligne des deux derniers discours de J.-P.Raffarin, celui de D. de Villepin se caractérise notamment par un faible nombre de spécificités négatives (au seuil de .05). Tout se passe comme si l’on cherchait à aborder tous les domaines, ne serait-ce que succinctement. Les quelques « absences » sont donc notables, par exemple la négation (bien que de façon moins marquée que chez son prédécesseur).

25En revanche, il s’engage personnellement (je veux, je propose, je demande ...) dans une stratégie de personnalisation introduite par L. Fabius en 1984, poursuivie par E. Cresson en 1991, P. Bérégovoy en 1992 et A. Juppé en 1996. Mais le peu d’usage du vous et une absence notable de ce qui concerne le monde politique et ses institutions (politique, Gouvernement) donnent l’impression de l’engagement d’un homme devant les Français, au-delà de leurs représentants.

26Moins lyrique que ce que l’on pouvait attendre (notons néanmoins : ambition, chances, vérité, égalité), ce discours évoque des thématiques concrètes (cinq-cent-mille offres d’emploi ne trouvent pas preneurs ; Il y a deux millions six cent mille entreprises en France : un million cinq cent mille d’entre elles n’ont pas de salarié, près d’un million a moins de dix salariés), et éventuellement des solutions concrètes (Je propose donc que l’Etat verse une prime de mille euros à toutes les personnes au chômage depuis plus d’un an ; Je demande donc à l’ANPE de recevoir individuellement les cinquante-sept-mille jeunes au chômage depuis plus d’un an avant la fin du mois de septembre pour leur proposer une solution adaptée ; que les jeunes qui prennent un emploi dans un secteur connaissant des difficultés de recrutement bénéficient personnellement d’un crédit d’impôt de mille euros ...).

27En revanche, l’usage de quelques chiffres ne suffit pas à rapprocher complètement ce discours des déclarations les plus concrètes et programmatiques, par exemple celles de P. Mauroy, voire de J. Chirac en 1987 ou de A. Juppé en 1995 (dans son deuxième discours sur son plan de réforme de la protection sociale). Moins conceptuel que ne l’étaient A. Juppé (première déclaration), L. Jospin et J.-P. Raffarin (première déclaration), il s’inscrit néanmoins encore dans la continuité des discours « de communication », mais sait s’habiller de données chiffrées et mesures concrètes.

Haut de page

Bibliographie

Lebart, L. et Salem, A. 1994. Statistique textuelle. Paris : Dunod.

Marchand, P., Monnoyer, L. (2000) 1. Les discours de « politique générale » français : La fin des clivages politiques ? Mots, 62, 13-30.

Marchand, P. (1998). L’Analyse du Discours Assistée par Ordinateur. Concepts, méthodes, outils. Paris : Armand Colin, coll. U.

Salem A. (1987). Pratique des segments répétés, Essai de satistique textuelle. Paris : Klincksieck.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: AFC lexicale (colonnes du tableau)
URL http://bms.revues.org/docannexe/image/877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Marchand, « Le grand oral de Dominique de Villepin », Bulletin de méthodologie sociologique, 87 | 2005, 80-85.

Référence électronique

Pascal Marchand, « Le grand oral de Dominique de Villepin », Bulletin de méthodologie sociologique [En ligne], 87 | 2005, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://bms.revues.org/877

Haut de page

Auteur

Pascal Marchand

LERASS, IUT Informaiton et Communication, Toulouse ; pascal.marchand@iut-tlse3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© BMS

Haut de page
  • Revues.org